ZA, le restaurant connecté : le papier vs la réalité

Les restaurants qui se veulent digitaux se développent de plus en plus en France. J’ai testé le restaurant connecté ZA, l’un des symboles de la digitalisation de l’expérience client dans la restauration. Ainsi, vous pourrez avoir une idée des possibles évolutions que vous pourrez bientôt observer lors d’une de vos prochaines sorties au restaurant.

ZA, le restaurant connecté

Situé sous la canopée des Halles à Châtelet dans le 1er arrondissement, le restaurant connecté a été conçu par Philippe Starck, célèbre designer français, et appartient au couple Fabienne et Philippe Amzalak. Ce trio est reconnu dans le secteur de la restauration : ils sont en effet à la tête d’autres restaurants dont vous avez certainement entendu parler comme par exemple Ma Cocotte.

Le chef, Yannick Papin, est également un partenaire de longue date du couple, avec qui il travaille depuis 2008. Il a un parcours culinaire intéressant : il a travaillé dans un premier temps comme second de Jean-Yves Guého (une étoile à Nantes), puis il a été chef de Michel Rostang (deux étoiles à Paris) pendant six années avant de prendre son indépendance.

ZA restaurant connecté

Malgré ces beaux noms qui sont associés à Za, ce n’est pas ceci qui rend le restaurant si particulier. Il paraît aujourd’hui bien difficile de ne pas avoir entendu parler de cet établissement, qui est totalement innovant, de par son parcours client entièrement digitalisé. En entrant dans le restaurant connecté, le cadre est épuré. Cinq tables en bois, allant de 6,22m à 10,30m, pensées pour accueillir 128 convives, partent du comptoir où tous les repas sont préparés.

Le concept est simple : lorsque vous vous installez à une table, il vous est demandé de vous connecter au Wi-fi et de télécharger l’application du restaurant sur votre smartphone. Vous aurez ensuite à déposer votre téléphone sur un emplacement précisé à votre place afin que le capteur placé sous la table puisse vous repérer dans le restaurant connecté. Pour finir, passez commande en choisissant le menu qui vous attire le plus sur l’application ! Évidemment, le paiement se fait via mobile mais ceci n’est pas obligatoire pour les plus réfractaires au e-paiement.

Digital, mais pas ultra original me direz-vous ? En effet, mais soyez patient, le meilleur arrive ! Aucun serveur ne viendra vous apporter votre plat. Un drone non plus, rassurez-vous ! Nous n’en sommes pas encore là.  Au milieu de chacune des tables en bois, qui pour rappel partent du comptoir, un tapis roulant lumineux est placé. Lorsque votre commande est prête, votre plateau est déposé sur ce tapis et roule jusqu’à votre place. Il s’arrête automatiquement face à vous, sans que vous ayez besoin de vous emparer de votre plateau pour que celui-ci ne termine pas chez le voisin. “Comment est-ce possible ?”, me direz-vous.  Grâce au capteur, plus précisément appelé un beacon, sur lequel vous avez déposé votre smartphone avant de passer commande ! Impressionnant non ? Cette technologie a été mise en place par le société TouchAndPlay. Ainsi, le serveur – aussi appelé “crooner” dans l’établissement – est principalement présent pour vous conseiller, vous placer et vous débarrasser.

Côté menu, tout est basé sur l’humour comme le restaurant Ma Cocotte. Les produits phrases sont les « Zomelettes », les « Zoupes », les « Zalades » et les « Zartines ».

  • Les « Zomelettes », à 11,80 €, sont proposés sous quatre formes différentes avec les plus célèbres au Jambon Prince de Paris, qui est produit intra-muros et au comté affiné, ou bien celle aux champignons de Paris sautés.
  • Les « Zoupes » sont originales et ont un prix compris entre 6,30 € et 7,50 €.
  • Les « Zalades », allant de 8 € à 9,50 €, peuvent avoir un base quinoa, pâtes ou autre.
  • Les « Zartines » sont proposées sous de très nombreuses formes et peuvent être faites à partir du pain de chez « Lalos » ou de pain sans gluten, de 10,80 € à 14,50 €

Ceci regrouperait presque tous les éléments pour plaire au citadin dit « bio-pensant » car la nourriture est saine et légère. De plus, les préparations sont réalisées dans un local à proximité, puis sont ensuite transportées en tricycles électriques et réfrigérées avant d’être mises dans l’assiette sur place.

Pour finir, ZA se place, en plus d’être perçue comme une cantine améliorée, dans la branche des cafés littéraires. Il est possible de demander à se faire imprimer un livre en 5 minutes, parmi une sélection de 7 lectures renouvelées chaque mois. Tout cela est réalisable grâce à un partenariat avec la start-up française Orsery. Ceci coûte entre 5 € à 25 € et permet de découvrir de nouveaux écrivains tout en dégustant son repas. Cet aspect du restaurant connecté est très important, la devise du site « Feed you mind » le prouve ! Vous pourrez ainsi mêler culture et innovation.

 

Mon expérience personnelle

Je me suis rendue chez ZA, avec une amie, pour tester le restaurant connecté et m’en faire ma propre opinion. Nous y sommes allées un soir de semaine, en sortant du travail. Le restaurant n’était par conséquent pas très rempli mais ceci ne me semble pas surprenant ! La zone des Halles est très vivante la journée, beaucoup moins en soirée.

La commande

A peine entrées, nous sommes accueillies par un charmant serveur très souriant qui nous propose de choisir la place qui nous plaira. Après nous être installées, il nous apporte immédiatement la carte en format papier. Il ne nous parle pas du concept, ni même nous conseille de télécharger une application. J’avoue avoir été un peu déçue, je voulais vivre le concept de A à Z. Mais je n’ai rien dit, préférant vivre l’expérience comme un client lambda ne connaissant pas le restaurant connecté.

Il revient quelques minutes après et prend notre commande sur son smartphone. Je trouve ça bien ! Pour les clients qui ont des difficultés à passer commande via l’application, le serveur a une application directement téléchargée sur son smartphone pour aider le client. Ceci empêche la perte de temps ou le possible énervement généré en cas de mauvais fonctionnement de l’application. Quand la commande est prise, il vérifie le numéro de notre table avant de le noter sur son smartphone et de partir s’occuper d’autres clients. Du coup, pas de commande digitale pour nous… 

Le concept est très innovant, et malheureusement il n’est pas présenté comme il le faudrait dans l’établissement. Je trouve ça réellement dommage que le serveur ne demande pas à chaque nouvel entrant si celui-ci connaît le concept ou non. Certains arrivent chez ZA par hasard, mais d’autres non ! Ils viennent vivre une nouvelle expérience de consommation. Il faut alors les satisfaire et leur donner toutes les informations nécessaires pour qu’ils puissent la vivre à fond. Pourquoi ne pas mettre des panneaux – digitaux si possible – expliquant toutes les étapes à suivre pour passer la commande via son smartphone ? Ceci éviterait au serveur de répéter à longueur de journée la même chose, et permettrait aussi  aux clients d’être plus indépendants dans leur prise de commande.

Il en est de même pour les livres ! Il faudrait beaucoup plus communiquer sur cet aspect du concept. Il est présenté nulle part dans le restaurant, ce qui est bien dommage.

Côté carte, celle-ci est simple mais il y en a pour tous les goûts ! Des salades, des soupes, des omelettes, des tartines. Ca permet de se faire plaisir, tout en mangeant sainement. Et puis, j’ai personnellement apprécié la touche d’humour présente dans la carte. Ca change de la carte classique que nous avons tous l’habitude de voir dans les restaurants.

Le repas

Au bout de quelques minutes, j’entends un bruit et je vois le tapis qui commence doucement à rouler. C’est à notre tour, top ! Je vois notre plateau arriver doucement vers nous, et j’avoue avoir eu une petite crainte qu’il ne s’arrête pas devant nous… Mais pas du tout, le plateau se stoppe pile où il faut, impressionnant ! Par contre, j’ai tout de même deux points qui m’ont quelque peu dérangé. Le premier est le bruit fait par le tapis. Me trouvant en bout de table, il y a tout de même un nuisance sonore qui est légèrement dérangeante dans un premier temps, mais je n’imagine pas le raffut que cela doit être quand la salle est pleine à l’heure du déjeuner… Surtout que le bruit doit alors être constant. Le second temps est plus lié à l’hygiène. Le tapis étant au milieu de la table, il est entre les personnes qui mangent et discutent ensemble. J’aurais apprécié qu’un couvercle puissent protéger mon plateau, qui a par conséquent traversé trois couples en pleine conversation… Eux aussi ont dû être perturbés. 

 

Après avoir partagé le plateau avec l’amie qui m’accompagnait, je vous avouerai que nous ne nous attendions pas à cela. Nous avons chacun pris une soupe, elle une omelette aux champignons et moi une tartine au fromage de chèvre et à la tomate. Tout d’abord, nos assiettes et bols étaient en plastique, comme à la cantine. Pourquoi pas ! Ca rappelle des souvenirs, mais il faut avouer que c’est surprenant quand on voit les prix. On s’attend à manger dans une réelle assiette.

Ensuite, nous avons débuté notre dégustation. Nous avons d’abord goûté nos soupes. Les mélanges auraient pu être délicieux, mais les soupes étaient très liquides… Et malheureusement ça a joué. Nous avons eu du  mal à terminer. Nous passons alors à la suite. Ma tartine m’a déçue. Elle était noire car trop cuite, recouverte d’une fine couche de fromage de chèvre et deux petites tomates cerise, coupées en deux, étaient déposées. Mon amie avait une omelette pas du tout assez cuite : un liquide conséquent était présent au fond de l’assiette et ne donnait pas réellement envie de manger l’omelette.

J’avoue avoir été déçue par mon repas. Sur la carte, l’idée est géniale ! Des produits sains et simples, proposées sous forme originales, sont présentées. Toutefois, le résultat n’est pas à la hauteur. C’est tout de même un point gênant pour un établissement qui reste un restaurant avant d’être un lieu connecté. Maintenant que l’aspect innovant est bien ancré dans les esprits du consommateur, il est peut-être temps de se concentrer sur les produits servis. Ceci est d’autant plus embêtant que les prix sont tout de même élevés, ce qui laisse espérer un repas plus finalisé.

Concernant l’aspect connecté, il reste quelques améliorations à faire notamment au niveau de l’application qui, après l’avoir téléchargée de mon côté, reste assez fade comparé au lieu. Le lieu est épuré; l’application l’est peut-être un peu trop. Pourquoi ne pas proposer des photos de chaque plat et y ajouter du détails ? Ceci donnerait une meilleure idée au consommateur des plats proposés avant de commander. Pour ce qui est des tapis, l’idée est géniale mais il reste des légères améliorations notamment en ce qui concerne le bruit. Aussi, sachant qu’une terrasse ouvre l’été, on pourra imaginer la mise en place d’un comptoir extérieur pour que les clients qui déjeunent au soleil puissent aussi profiter de cette technologie.

Le “Au revoir”

Lorsque nous avions terminé, le serveur vient nous débarrasser et nous fait payer par carte bleue. Là encore, on nous ne propose pas de réaliser un e-paiement ou autre. Dommage pour un restaurant connecté. Le serveur nous remercie très gentiment et s’en va continuer son service.  

Je tiens à saluer le recrutement du personnel. Le serveur qui nous a servi était très à l’écoute et à passer du temps pour nous conseiller avant notre prise de commande. Quoi de plus important dans un restaurant qu’un serveur souriant, avenant et prêt à nous aider ? Toutefois, il serait indispensable qu’il en dise plus aux clients sur le concept « restaurant connecté ». Aussi, le cadre est magnifique. Un espace très grand, très épuré avec un design contemporain. On se sent très vite à l’aise dans le lieu.

Par contre, à aucun moment, on nous a parlé d’un possible téléchargement de livres non plus. Il en est de même que pour l’application ! Il faudrait beaucoup plus communiquer sur cet aspect du concept. Il est présenté nulle part dans le restaurant, ce qui est bien dommage.

 

Et, à l’avenir ?

Forcément, on apprécie l’audace des propriétaires et du designer qui se sont lancés dans un projet totalement nouveau et innovant. En France, c’était du jamais-vu ! Même s’il reste quelques petits axes d’améliorations, je trouve l’idée grandiose. Pour une première mise en place, on ne peut qu’être agréablement surpris par ce restaurant connecté. Je resterai dans quelques mois, voire si les choses ont évolué par la suite. 

ZA est un précurseur dans une évolution qui ne devrait pas tarder à se développer. Le digital a été ajouté dans cet établissement, et il s’installe petit à petit dans un grand nombre d’autres restaurants. Que ce soit en salle pour divertir les clients, en cuisine pour faciliter le travail des chefs ou en gestion pour aider le restaurateurs, il faut que nous nous préparions à l’ouverture des restaurants connectés dans le type de ZA. En France, il est possible de finir une autre expérience digitale chez Max à table, qui propose de commander son burger sur des tables interactives connectées. Dans un premier temps, ils nous sembleront innovants, puis ils finiront peut-être par nous sembler classiques. Qui sait, dans une dizaine d’années, il n’y aura peut-être plus de cartes pour nous présenter le menu : nous aurons peut-être des tablettes qui nous proposerons des plats personnalisés en fonction de nos goûts et ça nous semblera normal !

Par | 2017-04-18T09:51:02+00:00 lundi, 17 avril, 2017|Catégories : E-commerce|Mots-clés : , , , , , , , |

À propos de l'auteur :

Customer Support at @accengage. #MBAMCI student. Crazy about #Mobile, #Food and #Travels

Laisser un commentaire