Tourisme durable : les start-up à la conquête des voyageurs responsables

Que ce soit pour un week-end ou des vacances plus longues, la planification et la réservation des séjours passent désormais principalement par Internet. L’apparition des OTA (Online Travel Agencies) tels que Booking, Expedia ou encore Tripadvisor a permis de faciliter l’accès à l’information, aux comparaisons et avis des autres voyageurs. Ces géants du tourisme ont en contrepartie contribué au phénomène de tourisme de masse : les voyageurs ont tendance à visiter les mêmes sites touristiques, certains lieux sont dénaturés afin d’attirer et accueillir les touristes. Dans ce contexte, une nouvelle forme de tourisme émerge, répondant à un besoin de voyager autrement en préservant l’environnement, la population et la culture locale : le tourisme durable.

Mais qu’est-ce que le tourisme durable?

« Un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil. »

Organisation Mondiale du Tourisme

Il est facile de se perdre parmi les nombreux termes qui désignent ce type de tourisme : solidaire, responsable, équitable…  Pour y voir un peu plus clair, le schéma ci-dessous résume l’articulation entre ces différentes notions :

Les idées principales qui ressortent de ces différents termes sont celles d’économie sociale et solidaire, de respect de l’environnement, de la culture et des populations locales, et de bénéfices économiques pour les communautés locales.

Ce type de tourisme reste encore assez vague et méconnu, et les voyageurs ne savent pas forcément comment obtenir des informations à ce propos, comme peuvent en témoigner ces quelques chiffres :

L’Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire (ATES) a réalisé une vidéo pour expliquer les principes du tourisme équitable et solidaire :

Face à une demande émergente de voyager autrement, des start-up tentent de se démarquer face aux grands acteurs du tourisme classique pour offrir des solutions de voyage alternatives et responsables.

FairTrip, un guide de voyage collaboratif

Surfant sur la vague du partage de bonnes adresses et des avis, FairTrip est une application proposant un guide de voyage gratuit et collaboratif, dont l’objectif est de créer une communauté mondiale. Basée sur une carte géolocalisée, l’utilisateur peut obtenir des suggestions selon l’endroit où il se trouve.

L’application référence des établissements de différentes natures : restaurants, hébergements, commerces, associations/ONG et propose à ce jour plus de 2000 adresses en Asie du Sud-Est, Amérique du Nord et du Sud, Afrique et Europe.

Les adresses sont sélectionnées selon des critères précis tels que :

  • le respect du patrimoine naturel, culturel et architectural local
  • le soutien à l’économie sociale et solidaire
  • le soutien aux producteurs locaux via les circuits-courts
  • le soutien au développement des communautés locales

L’utilisateur a la possibilité de proposer des adresses qui seront validées ou non en fonction des critères définis, noter et laisser des avis, signaler une adresse qui ne correspondait pas ou plus aux critères, ce qui rajoute un aspect interactif à FairTrip. Sur le modèle des réseaux sociaux, l’utilisateur appartient à une communauté de FairTrippers, peut suivre d’autres utilisateurs et consulter leurs adresses favorites.

De plus, l’application fonctionne également hors connexion, si vous voyagez dans des lieux un peu reculés.

Double Sens, une agence de voyage responsable et solidaire

Double Sens

Double Sens, créée en 2006, propose des séjours dans quinze pays différents d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud. L’accent est mis sur les rencontres et les échanges entre les voyageurs et les populations locales, avec des retombées économiques partagées avec les communautés d’accueil.

L’agence propose deux types de voyage :

  • des voyages participatifs permettant de s’investir dans un projet local en relation étroite avec les populations (chantiers de construction, rénovation, etc.)
  • des voyages alternatifs permettant une immersion au sein des communautés locales (participation aux activités quotidiennes…)

Double Sens possède une agence physique située à la Ruche Paris, un espace de coworking et d’incubation pour l’innovation sociale, mais mise principalement sur son site web pour se faire connaître et promouvoir ses offres.

En 2014, dans l’optique d’accroître sa visibilité auprès des voyageurs et de devenir un leader dans le domaine du tourisme solidaire, Double Sens décide de mettre en place une stratégie digitale, dont l’un des éléments clés est la refonte du site Internet.

Pour cela, Double Sens a eu recours à plusieurs leviers :

  • Une amélioration du référencement qui passe par une étude des mots-clés.
  • Une analyse des Personas, afin de bien cibler les différents profils types visés. Il en est ressorti 6 grandes catégories de Personas : famille, solo, groupe, école, entreprise et sénior. Ces 6 différentes cibles sont bien représentées sur la Home Page du site avec une photo les regroupant tous. Il en est tout de même ressorti deux cibles prioritaires : les femmes ayant entre 20 et 35 ans qui souhaitent voyager autrement et les familles.
  • L’envoi d’une newsletter mensuelle pour communiquer sur les événements et les nouveautés.
  • Une stratégie de Content Marketing avec notamment des retours d’expérience d’anciens voyageurs sur le blog du site, pouvant également être relayés sur les réseaux sociaux.

Quelques mois après la refonte du site, le taux de transformation du site a augmenté de 30%. Le site a obtenu des backlinks de la part de plusieurs sites spécialisés dans le tourisme tels que Babel Voyages, TourMaG ou encore Tom.travel. 

Double Sens continue d’évoluer, de nouvelles destinations continuent de s’ouvrir. Les offres proposées séduisent de plus en plus les Comités d’Entreprise, qui souhaitent eux aussi voyager autrement (ils représentent 30% de la clientèle en 2017).

Par ailleurs, Double Sens vient de remporter le prix « coup de cœur du public » lors des Palmes du Tourisme qui se sont déroulés le 6 décembre dernier.

Bagshare, une plateforme de mise en relation entre les voyageurs et les associations locales

Bagshare

La start-up Bagshare permet de mettre en relation les voyageurs avec des associations locales ou des petites ONG qu’elle répertorie sur sa plateforme, en précisant leurs besoins matériels (par exemple des produits d’hygiène). Cela permet ainsi à des voyageurs souhaitant s’investir, d’avoir accès à des organisations locales, de rencontrer et échanger avec la population sur place et de leur apporter des biens matériels.

L’idée est aussi de mettre en lumière les petites structures locales qui n’ont pas forcément de visibilité. A leur retour, certains voyageurs deviennent des ambassadeurs de ces structures, par exemple en alimentant leurs réseaux sociaux. Pour l’instant, la plateforme recense une cinquantaine d’associations dans 10 pays.

Initialement destinée aux particuliers, la start-up étend désormais son offre aux B2B : elle permet aux salariés d’une entreprise de faire don de matériels usagés, lorsqu’ils partent en voyage d’affaires ou organisé.

Si le tourisme durable commence à gagner en visibilité avec de plus en plus d’initiatives visant à le promouvoir, la part du tourisme durable dans le tourisme global reste faible. Le tourisme dit de masse demeure la forme de tourisme la plus pratiquée. Des start-up comme FairTrip ou Bagshare, qui en sont encore en pleine phase de développement, manquent encore de références. Et vous, seriez-vous intéressés par le tourisme durable?


Sources : Babel Voyages / TourMaG / TOM.travel / FairTrip / Double Sens / Bagshare / Medium / Telerama

Par |2018-12-13T13:05:50+00:00jeudi, 13 décembre, 2018|Catégories : Entrepreunariat & Startups, Expérience Client|Mots-clés : , , , |

À propos de l'auteur :

Student #MBAMCI #DigitalMarketing #Travel #ESS #Ecotourism - Ex Financial Controller @Accorhotels

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.