Une crise exceptionnelle, du jamais vu pour l’époque moderne… La période que nous vivons est inédite et semble remettre en question notre modèle sociétal, économique et surtout comportemental. Il nous semble que la vie ne sera plus jamais la même. Mais, à quoi ressemblerait alors la vie d’après ? A ce stade là il n’y a que des conjectures. Essayons donc d’imaginer à quoi pourrait ressembler notre future « nouvelle normalité » et esquissons ensemble les tendances digitales qui nous attendent après le Covid-19.

1. La digitalisation accélérée des entreprises et gouvernements

Mieux vaut tard que jamais. A la suite de la pandémie, toutes les entreprises qui étaient paresseuses de point de vue digital devrons désormais activer toute la panoplie d’outils numériques : solutions cloud, partage des documents, conférences vidéo, sécurité de l’information, accès des outils à distance. Une situation pareille pouvant manifestement se reproduire, les entreprises devront donc parer à cette éventualité et prioriser des investissements basés sur le « digital-first » afin d’assurer la continuité de leurs activités. Les sociétés se poseront des questions : « Est-ce que je peux rester opérationnel si cela arrive encore ? » « A quel point puis-je m’adapter rapidement aux nouveaux changements ? ». Dès maintenant, les entreprises de toutes les industries devront repenser leurs stratégies pour rester opérationnel. La transformation numérique va s’accélérer.

Une autre pierre d’achoppement est la digitalisation des services publiques. En toute objectivité, les européens n’ont pas beaucoup de raison de se plaindre : même si des écarts subsistent entre pays de l’UE, la plupart de démarches administratives peuvent être effectuées en ligne. 75% des Français estiment que l’offre digitale des services publics s’est nettement renforcée ces dernières années. Néanmoins dans certains pays une simple démarche administrative nécessite encore de faire la queue avec des liasses de documents pendant de longues heures et il est permis d’espérer que cette crise sanitaire va favoriser la volonté des gouvernements de transformer les sociétés et numériser davantage les services publics. L’accessibilité des services en ligne, leur facilité d’utilisation, le développement d’applications e-gouvernement seront les solutions DigitalGouv à venir. Rappelons ici le bel exemple de l’Estonie, où 99% des services de l’état sont accessibles en ligne 24/7.

2. L’essor de la télémédecine

Selon de dernier Baromètre Digital Gouv’2019 (pdf) par Sopra Steria Next, les français ont identifié les services publiques qui ont besoin d’une digitalisation prioritaire, en première place desquels la santé.

Sopra Steria barometre digitalisation administration '19

Sopra Steria Next, Baromètre Digital Gouv’2019

Le premier progrès immédiat provoqué par la crise du COVID dans ce domaine a été l’annonce de l’Assurance-maladie de prendre en charge à partir de 18 mars 2020 100% des charges des consultations à distance. Grâce aux plateformes déjà existantes (DoctoLib, Ma Question Médicale, Hello Care, Livi) c’est devenu réalisable rapidement et facilement. De plus, DoctoLib a mis son service de consultation vidéo à disposition gratuitement pour la période de confinements aux 80 000 médecins (contre normalement 79 euros par mois). Les autres sociétés ont réagi également. Le résultat ne s’est pas fait attendre : l’Assurance-maladie a dénombré plus de 600k téléconsultations en Mars, contre 40k en Février.

Les médecins, mais surtout les patients, vont-ils continuer à utiliser le service comme DoctoLib après la crise ? Certainement pas tous mais une majorité aura pu tester cette solution et il y a des fortes chances que la pratique des téléconsultations rentre dans leurs habitudes.

3. Le télétravail gagne en crédibilité

Finalement cela devait arriver ! Pour de nombreuses entreprises, il existait une sorte de barrière psychologique à laisser leurs employés travailler à la maison, notamment par crainte d’une baisse de productivité. La crise a d’ores et déjà tout changé dans ce domaine. Il est très probable que beaucoup d’organisations intégreront que le travail à distance n’est pas aussi préjudiciable qu’ils le pensaient (à condition d’utiliser des bons outils numériques) mais présent au contraire plusieurs avantages. Les employés ne perdent pas de temps dans le transport, ils sont plus concentrés et ne sont pas distraits par les collègues et très souvent ils peuvent mieux s’organiser (à condition qu’il n’y ait pas d’enfants à côté 😊).

Bien loin des préjugés, une étude américaine 2019 d’Airtasker relève que les employés qui travaillent à distance non seulement ne sont pas moins productifs qu’au bureau mais au contraire y sont souvent sont plus efficaces.

Employee productivity Airtasker 2019

On peut imaginer qu’après le confinement certaines entreprises seront plus à l’aise avec la question de télétravail et iront même plus loin en optant pour des espaces de travail sans place attribuée.

4. La digitalisation du commerce de proximité

Il paraît évident que le commerce global va changer après le Coronavirus et que le commerce en ligne va encore s’accélérer, notamment dans certains secteurs où il n’est pas encore la norme.  Mais surtout, cette expérience soulever beaucoup de questions pour les petits commerçants :  comment maintenir le contact avec mes clients en cas de crise ? comment vendre mes produits et maintenir son activité s’il n’y pas flux physique de client ? Et encore, comment aider les personnes vulnérables qui ont besoin d’assistance et de livraison à domicile si je n’ai pas contact avec eux ?

Bien évidemment, après la crise Covid-19 les détaillants accéléreront sur le numérique : e-mailing, réseaux sociaux, site web ou encore présence sur les plateformes de commerce à proximité, comme par exemple, Cultures Locales et Epicery. Cette dernière start-up, Epicery, offre actuellement aux petits commerçants les frais d’inscription (habituellement 129 euros par mois), et étendra son service à 40 villes supplémentaires (contre Paris et Lyon seulement aujourd’hui).

Sur ce même thème, le portail de la transformation numérique des entreprise FranceNum a publié l’année dernier un « mode d’emploi sur les bénéfices de l’Internet et du numérique pour les commerçants ». Certainement ce guide connaîtra un regain d’intérêt dans les semaines à venir.

5. Les évènements virtuels deviendront un phénomène permanent

Webinars, conférences en ligne, live streaming sur les réseaux sociaux, cours en ligne : nous sommes coutumiers de ce type des événements virtuels. Aujourd’hui l’offre s’est multipliée : cours de l’art sur Zoom, yoga live sur YouTube, beauty marathon sur Instagram. Levez les mains si vous vous êtes déjà inscrit à des dizaines de webinars ou si vous utilisez ce temps de confinement pour compléter vos connaissances ou apprendre des nouvelles matières.

Entre autres, nous observons l’émergence de nouveaux formats d’évènements, comme le cloud-clubbing, né en Chine pendant le confinement. Les clubs populaires ont ainsi organisées des performances des DJs diffusées en direct sur les plateformes de partage de vidéo comme TikTok ou Bilibili (analogue chinois de YouTube). Et elles ont rencontré du succès : le 10 février le club Sir Teen de Pékin a attiré 2,3 mln téléspectateurs sur l’ensemble de la session.

Aujourd’hui le choix des concerts, fêtes et festivals virtuels ne manque pas. Parmi les festivals virtuels français on peut citer les exemples du Sofa Festival ou encore du Festival Je Reste à la Maison.Festival Reste a la Maison plan Comme les événements physiques ne peuvent pas avoir lieu, les organisateurs ont le choix de soit annuler l’événement, soit le reporter, soit le rendre virtuel. La dernière solution a été choisie par Shanghai Fashion Week dont les organisateurs ont préféré de diffuser en ligne la semaine de la mode (24-30 mars 2020) à la place d’annuler cet événement important pour l’industrie de la mode. A peu près 150 Marques ont participé à cette performance diffusée sur la plateforme e-commerce Tmall appartenant à Alibaba. Les chiffres d’audience ont atteint 2,5 millions de connexions pendant le live et les spectateurs avaient aussi la possibilité d’acheter des vêtements en ligne.

Angel Chen’s Fall Winter 2020 livestream show. Shanghai Fashion Week. Vogue

Les fashionistas considèrent que Shanghai Fashion Week va réécrire l’histoire comme étant la première semaine de la mode au monde à passer complètement en ligne. De toute façon, l’industrie des évènements après le Covid-19 va recourir aux outils numériques plus souvent. On va voir plus d’évènements virtuels, ou des évènements hybrides, avec un nombre restreint d’invités réunis dans un lieu physique et une large audience en ligne.

Conclusion :

Nous nous demandons tous à quoi va rassembler notre vie après le Covid-19. Certains pensent que nous oublierons vite cette crise et reviendrons à nos habitudes du passé. Les autres assurent que le monde va devenir méconnaissable. De toute évidence, l’éloignement physique (social distancing) va fortement imprégner notre mode de vie et stimuler de plus en plus le monde digital. N’importe quel changement est souvent douloureux mais d’un autre coté constitue des opportunités. Et les gagnants seront ceux qui seront capables d’anticiper et répondre aux besoins générés par des nouvelles tendances digitales.

 


A lire aussi:

Le coronavirus : big bang de l’accélération numérique ?

Covid-19 : les marques font leur pub

Comment des outils comme Whatsapp aident à identifier les fake news

Restez chez vous et prenez soin de votre stratégie marketing digitale

Sources:

https://www.nytimes.com/2020/03/17/technology/coronavirus-how-to-live-online.htm

https://www.odi.org/blogs/16747-five-ways-coronavirus-could-shape-our-digital-future

https://diginomica.com/predictions-post-coronavirus-world-where-digital-king

https://hbr.org/amp/2020/03/how-chinese-companies-have-responded-to-coronavirus

http://www.ratecard.fr/le-coronavirus-covid-19-va-t-il-booster-le-digital

https://www.vogue.com/article/angel-chen-virtual-runway-show-shanghai-fashion-week?utm_source=headtopics&utm_medium=news&utm_campaign=2020-04-04