French tech : 5 start-up qui luttent contre le gaspillage alimentaire

Des start-up sensibilisées au gaspillage alimentaire, ont vite compris qu’il était possible de créer un modèle économique gagnant autour du business anti gaspi et d’agir pour une consommation plus responsable.

Qui sont elles ? Quel est l’ampleur du gaspillage alimentaire en France ? Quels sont les principaux enjeux sur le plan environnemental, économique et sociétal ?

Le gaspillage alimentaire : depuis le champ jusqu’à l’assiette

Aujourd’hui en France, le gaspillage alimentaire représente par an 10 millions de tonnes de nourriture destinée à la consommation humaine qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée.

Comme vous pouvez le constater dans l’infographie ci-dessous, ce gâchis touche cinq principaux secteurs d’activité.

infographie décrivant la répartition du gaspillage alimentaire

J’ai fait le choix de me focaliser sur les start-up qui luttent contre le gaspillage alimentaire dans le secteur de la distribution dans lequel j’ai travaillé pendant près de 10 ans, et de la restauration qui reste un business proche du consommateur.

Les 3 principaux enjeux du gaspillage alimentaire

Les conséquences sont lourdes tant sur le plan de l’environnement, de l’économie ou de la société.

      • Environnement : le gaspillage en France, 16 milliards d’euros, 3% des émissions de gaz à effet de serre: cinq fois celles du trafic aérien intérieur et un tiers de celles émises par les voitures individuelles.
      • Economie : le gaspillage alimentaire c’est inévitablement un gaspillage d’argent et il coûte cher : entre 12 et 20 milliards d’euros par an en France  soit l’équivalent de 159 euros par personne pour les seuls ménages.
      • Société : jeter de la nourriture est d’autant plus inacceptable dans la perspective d’une crise alimentaire mondiale, mais aussi dans le contexte social actuel propre à chaque pays y compris en France où l’on estime qu’une personne sur 10 a du mal à se nourrir.

Ces 5 start-up qui luttent contre le gaspillage alimentaire ?

De « jeunes pousses », sensibilisées au gâchis alimentaire, ont vite compris qu’il était possible de créer un modèle économique gagnant autour du business anti gaspi.

Il s’agit de recréer de la valeur sur des produits qui seraient partis à la poubelle. 

La mise en place de la Loi du 11 février 2016 a représenté un véritable coup d’accélérateur pour le développement de ces start-up. En effet, elle interdit les grandes surfaces dont la surface de vente est supérieure à 400 m2, de jeter de la nourriture consommable ou de la détruire au lieu de la redistribuer. Les enseignes doivent ainsi mettre en place avec elles une convention d’organisation de collecte, celles ne jouant pas le jeu risquant une amende de 3 750 €.

De plus, ces grandes surfaces ont également un intérêt à donner leurs invendus, car elles bénéficient d’une incitation fiscale pour le faire, une déduction au titre du don alimentaire.

Un an après la promulgation de cette loi, les banques alimentaires ont enregistré une augmentation des dons de 10 à 15 % selon les sites. Ce qui est encourageant. Mais, les grandes surfaces, comme les petits commerçants ont dû mal à organiser cette collecte de produits au quotidien, c’est là qu’interviennent nos supers héros anti gaspillage alimentaire.

Qui sont elles ?

Logo Zero gachis

Le pionnier anti gaspi créé en 2012, propose aux consommateurs des promotions (de 50 à 70% du prix de vente) sur des produits dont la date de péremption est proche, dans plus de 150 magasins partenaires en France et en Belgique.

Ce service gratuit est accessible grâce à une application dotée d’une fonctionnalité de géolocalisation. Son objectif est double : réduire les invendus en grande distribution et permettre aux consommateurs de réaliser des économies.

Illustration en magasin de la zone « Zero Gâchis » dédiée aux produits à Date Limite de Consommation courtes

Nous sommes heureux de souhaiter le bienvenue à l'Intermarché de Saint Jeoire dans la liste de nos magasins partenaires…

Publié par Zéro Gâchis sur mardi 30 Janvier 2018

Résultats : sauvetage de 315 tonnes de produits, soit l’équivalent de 630 000 repas

Logo OptiMiam

Cette start up, créée en 2014, met en relation des consommateurs et des commerçants (restaurants, boulangeries …) qui proposent leurs excédents de produits frais à prix réduit.

L’application permet chaque jour aux commerçants de mettre à jour leur inventaire en ligne et de proposer soit des formules prédéfinies (entrée, plat et dessert ou des ­en-cas salés ou sucrés) ou des « OptiBox » surprises composées au gré de ses stocks.

Le consommateur géo-localise les magasins affiliés à OptiMiam et visualise immédiatement sur la page d’accueil les produits en vente. Il remplit alors son panier de produits sélectionnés, puis un code lui est attribué. Une fois arrivé au magasin, le ticket virtuel généré par l’application permet de s’identifier et de régler sa commande en toute simplicité.

Résultats : plus de 150 000 utilisateurs et 700 commerçants partenaires

Logo Too Good to Go

Lancée en juin 2016, elle propose aux consommateurs d’acheter des paniers d’invendus à un commerçant de quartier à prix réduit (restaurants, traiteurs, pâtisseries, primeurs…)

Cette application créée par Lucie Basch souhaite encourager une consommation plus responsable et continue son ascension dans une quarantaine de villes comme Paris, Lille, Lyon, Rennes, Nantes, Bordeaux et Toulouse.

Résultats : 450 000 repas ont été sauvés en 2017

Logo Phenix

Créée en 2014, cette start up accompagne les distributeurs, mais aussi les industriels et les traiteurs dans la gestion de leurs invendus, et organise la collecte avec les associations caritatives pour la prise en compte des dons.

Elle les accompagne aussi dans la réduction de la destruction en proposant des valorisations en alimentation animale, compost ou méthanisation lorsque le don n’est plus possible. Elle met à disposition une plateforme web intermédiaire entre la grande distribution, les industriels et les organisateurs d’événements d’un côté, et les associations et entreprises sociales et solidaires de l’autre.

Grâce à SNCF Développement et dans le cadre de mon MBA en marketing digital, j’ai la chance de pouvoir accompagner cette belle start up dans une mission de conseil en stratégie digitale. Je peux donc témoigner du professionnalisme et du véritable engagement de cette entreprise dans la lutte anti gaspi. Sa mission dépasse même ce cadre car elle se positionne comme un acteur de l’économie circulaire avec de nouveaux projets à venir.   

Résultats :  plus de 20  millions de repas sauvés depuis Mars 2014

Logo Comerso

Créée en octobre 2013 est un opérateur avant tout logistique qui facilite le lien entre les magasins et les associations d’aide alimentaire.

Cette start up dispose d’outils logistiques et numériques qui permettent de redistribuer des produits frais en date courte à des associations. Elle vient récupérer les invendus des enseignes et assure la redistribution des dons de manière sécurisée en respectant la chaîne du froid avec une traçabilité de la marchandise.

Comerso, en partenariat avec Ipsos a réalisé un Baromètre sur la valorisation des invendus en grande distribution.

Cette étude souligne les actions mises en place en grande distribution sur une base de 164 magasins interrogés. Ils mènent en moyenne 5,4 actions (ex :  gestion de stock , coachs anti gaspi, formations, vente assistée Fruits & Légumes, stickage… ).

Mais, ils sont toutefois encore confrontés à des difficultés, faute de temps, de moyens ou d’expertise, et leurs attentes restent nombreuses. C’est pour cela que nos start-up anti gaspillage alimentaire interviennent en apportant une solution clé en main (expertise, conseil et mise en relation).

Résultats :  plus de 14,700  millions de repas sauvés depuis Mars 2014

Conclusion

Ces start-up ont ainsi réussi à créer un modèle économique gagnant dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Suite au Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire de 2013, leurs opportunités de croissance sont d’autant plus fortes, car la France s’est engagée à réduire de moitié le gaspillage alimentaire à l’horizon 2025.

Lire aussi sur le Blog MBA MCI : la dangereuse métamorphose de nos déchets

Par | 2018-03-30T10:02:52+00:00 mardi, 20 février, 2018|Catégories : Entrepreunariat & Startups|

À propos de l'auteur :

#MBAMCI #MarketingDigital @KedgeBS #Retail #Ecommerce #EconomieCirculaire #Business avec expertises en Category management, conseil, CRM, négo

Laisser un commentaire