La reconnaissance faciale est un système qui grâce à l’intelligence artificielle (IA) permet de reconnaître les traits d’un individu dans la rue, dans des établissements, à n’importe quel endroit disposant d’une caméra ou sur n’importe quelle photo. Les algorithmes utilisés ont une efficacité remarquable ce qui permet d’avoir une précision et une rapidité de résultats impressionnantes. Dans le monde où nous vivons, nous sommes friands de nouvelles technologies et de gadgets en tout genre pour nous assister dans la vie. L’usage qui est fait de cette technologie crée des disparités entre ceux qui trouvent l’emploi du digital indispensable au niveau de la sécurité et du confort quotidien et ceux qui se méfie d’un système de surveillance douteux au niveau de la collecte des informations en pointant du doigt des desseins cachés. Comment fonctionne la reconnaissance faciale ? Quels sont les usages qui en sont faits ? Quelles sont les avantages et les freins de ces technologies ? Les réponses à ces questions seront apportées dans cet article.

Reconnaissance faciale et intelligence artificielle : Définition et fonctionnement

Avant d’entrer dans les détails, il est important de comprendre ce qu’est l’intelligence artificielle et la reconnaissance faciale. L’intelligence artificielle (IA) est le moteur du procédé. Son but est de reproduire des processus cognitifs humain pour que la machine ait une logique et une intelligence propre afin de pouvoir apprendre de nouvelles compétences par elle-même. On parle dans ce cas de Machine Learning, plus précisément de Deep Learning (apprentissage profond). Ces attributs lui permettent de reconnaître et d’anticiper plusieurs éléments :

  • âge
  • sexe
  • ethnicité
  • vieillissement
  • visage partiellement masqué
  • les étirements du visages causés par les émotions (sourire, colère…)
  • un comportement

La reconnaissance faciale est un logiciel qui permet d’analyser des images ou des vidéos (séquences de plusieurs images) afin d’identifier et d’authentifier les individus qui s’y trouvent avec une très grande précision grâce à la biométrie. Les détails et les traits du visage sont analysés par un algorithme (ensemble d’opérations ou d’instructions nécessaire à un calcul stricte et définit) de l’IA ce qui permet de les comparer à une base de données (data). Plus d’une quarantaine de points de mesures qui vont du front au menton en passant par les oreilles sont analysés pour déterminer le faciès numérique.

Pour obtenir des données, la présence d’une caméra de bonne résolution est nécessaire afin de capturer les images. Le système peut également se servir d’images existantes déjà sur la toile ou fournit par d’autres biais. Longtemps utilisé pour traquer les criminels, accéder à des zones d’accès de haute sécurité ou retrouver les personnes disparues, la reconnaissance faciale est aujourd’hui utilisée de bien d’autres façons afin de faciliter la vie de notre monde en pleine digitalisation.

Reconnaissance faciale et fonctionnement

Source: leparisien.fr

Reconnaissance faciale : les usages

La sécurité (criminalité et terrorisme)

A ses débuts, la reconnaissance faciale était utilisée exclusivement dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité. Les forces de l’ordre l’utilisait pour traquer les individus dangereux présents sur le territoire ou ceux qui tentent également d’y entrer.

En France, certaines gares sont équipées du système dit de « reconnaissance facile » car il est possible de balayer un large champ de surveillance soit des centaines d’individu qui passent devant les caméras pour détecter les individus suspects dans une foule. La protection des voyageurs est ainsi garantie contre les individus reconnus dangereux. C’est pour cela que depuis 2017, la Gare du Nord, à Paris, en est équipée pour passer la douane. Les aéroports de paris le sont depuis l’été 2018. Ainsi, la comparaison biométrique entre le visage de l’individu et le visage sur le passeport permet d’éviter les fraudes grâce à un portique vidéo. C’est aussi l’occasion de faire la chasse aux individus fichés S.

En Inde, le développement de cette technologie s’est vite déployé pour retrouver les enfants disparus. Entre 2012 et 2017, 240 000 enfants indiens étaient portés disparus (fugue et kidnapping). Bon nombre d’entre eux ont été enlevé et sont forcés à travailler ou à se prostituer. La technologie du visage a fait ses preuves en analysant les photos des enfants recueillis dans les orphelinats avec d’excellents résultats : près de 3 000 enfants retrouvés en 4 jours.

Filtre et beauté

Le secteur de la beauté a su se servir de cette technologie innovatrice pour entamer sa transformation digitale. En équipant les points de vente de technologie d’essai virtuel avec des miroirs intelligents. Le concept plait énormément car il est possible de tout essayer dans un temps relativement court. Rouge à lèvre, fond de teint, faux cils, coloration de cheveux et différentes coupes de cheveux peuvent être essayé sans avoir une interaction physique avec le matériel de beauté. Une vitrine virtuelle rend possible l’essayage de toutes les teintes qu’elles soient disponibles ou pas en magasin.

 

Par la suite, des applications comme Make-up Genius App by L’Oréal Paris font le lien entre essayage, partage et e-commerce. Il est alors possible de faire des essais de n’importe où sans se rendre en magasin en passant commande sur le même support. Ce changement révolutionne la beauté car l’utilisateur peut prendre son temps pour choisir son produit tout en restant fidèle à sa marque préférée. En partageant des photos de l’essayage des produits, les avis des proches aident à faire le bon choix et à passer commande à n’importe quel moment de la journée.

 

La reconnaisance faciale : confort et sécurité

On ne peut parler de technologie sans parler du confort de l’utilisateur. Tout d’abord, la reconnaissance faciale est arrivée sur nos smartphones pour remplacer l’empreinte digitale. Lorsque l’usage des mains n’est pas possible, c’est une aide non refusable lorsqu’on est pressé. De plus, couplé à la recherche vocale, l’usage du smartphone peut se faire sans le moindre contact avec celui-ci.

Reconnu pour un usage sans limite de la reconnaissance faciale, la Chine possède une avance en termes d’usage. L’accès aux logements et aux établissements ont déjà commencé à être équipé de ce système plus sécuritaire selon eux. De même, les paiements bancaires évoluent en paiement facial. Dans ce cas, le paiement au visage comporte l’avantage de ne pas avoir un objet pour payer et de ne pas prendre le risque que quelqu’un obtienne le code de la carte bancaire ou essaye de la pirater. Créé et mis en place par Alipay, solution de paiement sur internet du groupe Alibaba, le consommateur voit les données de son visage liées à ses données bancaires.

Les besoins de la reconnaissance faciale

Pour être efficace et reconnaître les individus, le système de reconnaissance faciale a besoin de « jus », c’est-à-dire de données. Les entreprises exploitant cette technologie cherchent par tous les moyens à être le plus précis possible pour un Deep Learning plus complet. C’est par exemple pour cela que le géant américain Google s’est lancé dans une campagne d’achat de visage en juillet 2019. Il proposait aux intéressés de vendre leur visage pour 5$ dans le but d’améliorer leur algorithme.

Du côté du réseau social Facebook de Mark Zuckerberg, en nous proposant un « tag » automatique des photos, Facebook nous propose son aide pour faire le travail à notre place. C’est en effet un gain de temps mais le but est d’obtenir plus données pour améliorer le système de reconnaissance faciale.

Reconnaissance faciale et intelligence artificielle : avantages et contraintes

Avantages

La reconnaissance faciale à l’avantage de reconnaître des individus en mouvement, ce qui permet assez facilement d’identifier un individu qui court, à vélo ou à moto. Le système est efficace en agglomération où la population est nombreuse et se déplace rapidement.

Souvent utilisé dans des applications de distraction et de communication, les filtres comme ceux utilisés sur Snapchat offrent des possibilités amusantes qui occupent le temps. Les possibilités sont de plus en plus variées comme par exemple la possibilité de se vieillir. Cette possibilité est également utilisée par la sécurité intérieure pour repérer des individus dangereux qui ont été victime des années. L’algorithme prend en compte les changements provoqués par le vieillissement.

Contraintes

La reconnaissance faciale impose d’avoir des images de bonne qualité pour pouvoir faire ressortir tous les points de mesure pour avoir un taux de fiabilité le plus élevé que possible. Avec des algorithmes évolutifs, le niveau de détection s’améliore de jour en jour.

L’identification des enfants est plus difficile car la base de données a été constitué à partir d’adulte.

Qui dit système informatique et digital laisse penser aux « hackers » qui n’hésitent pas à contourner les règles pour forcer une authentification.

L’une des plus grosses contraintes est celle liée aux problèmes d’éthique. En effet, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) veille. Il n’est pas permis d’entrer dans la vie privée ou professionnelle sous peine de lourdes sanctions. Le droit à l’oubli est fortement défendu et tout individu doit être consentant de façon claire et précise à l’utilisation de ses données. Facebook a été sanctionné à cause des informations recueillis alors que l’utilisateur n’était pas informé.

Il est donc nécessaire d’informer clairement qu’une zone est soumis à la reconnaissance faciale et que les données biométriques sont collectées, ce qui n’est pas toujours simple.

C’est pour cela que certaines entreprises créent des méthodes pour tromper les logiciels de reconnaissance faciale. Mais comment est-ce possible ? Avec un algorithme, il est possible de créer un maquillage pour le visage qui permet de ne pas être vu par le système. Le maquillage posé sur le visage rend le visage incompréhensible par l’intelligence artificielle. D’autres moyens de marcher en toute méconnaissance dans la rue est le développement de vêtement aillant la même finalité que le maquillage facial. Mais les entreprises à l’origine de ses techniques disposent d’un frein : celle de voir des criminels utiliser leur produit pour réaliser leurs méfaits. C’est pour cela qu’elles ont renoncé à la commercialiser.

L’avenir de la reconnaissance faciale

Vous avez sans doute compris que la reconnaissance faciale est déjà à nos portes. Son exploitation se fait au quotidien. L’utilisation de son potentiel se fera de façon maximale si la confiance est accordée au stockage et à la protection des données contrôlé par la RGPD. Il ne restera plus qu’à voir comment l’intelligence artificielle change nos vies.

Sources : Netatmo – Journaldugeek – Lesechos – Journaldunet – iatranshumanisme – laquadrature