« Allo Allo monsieur l’ordinateur » : recherche vocale, enceinte connectée et référencement

Alors que les enceintes connectées prennent place à vitesse grand V dans nombreux foyers français, leur usage reste aujourd’hui encore assez limité pour la plupart de leur propriétaire. Il en est de même pour les assistants vocaux en général. Cependant, derrière cela une vraie révolution est en route : celle de la recherche vocale !
Et
 c’est dès aujourd’hui que les stratégies doivent se mettre en place pour pouvoir répondre au mieux aux requêtes des utilisateurs. Quels sont les enjeux et les techniques de référencement pour s’assurer d’être la réponse des sollicitations au fameux « OK google » ? Quelles différences entre SEO et AEO ?

Assistants vocaux et enceintes connectées, quels usages en France ?

A l’heure actuelle, nous confondons souvent assistant vocal et enceinte connectée. Cependant, ce n’est pas la même chose : l’assistant vocal est la technologie présente dans l’enceinte connectée. Chaque marque présente sur le marché possède la sienne et la concurrence s’accélère.

Illustration Marque / Enceinte / Assistant vocal

Bien qu’aujourd’hui l’utilisation de la recherche vocale se fasse encore majoritairement via smartphone, les enceintes connectées connaissent une croissance non négligeable en France et nous devrions rapidement rattraper les USA qui eux utilisent ces technologies depuis plus longtemps et dont la majorité des foyers sont équipés.

Aujourd’hui, encore peu d’enquêtes sont réalisées pour connaître les usages des assistants vocaux, mais que ce soit aux USA ou en France, les résultats semblent identiques et l’utilisation se fait majoritairement pour des requêtes internet simples, demander la météo ou encore jouer de la musique.

Device utilisé pour la recherche vocale

« OK Google » quelles différences entre le SEO et le AEO ?

Notons que les techniques de référencement ci dessous prennent en considération les logiques de référencement Google en tant que moteur de recherche. En effet, captant plus de 90% du marché, il est aujourd’hui incontournable.
Les autres acteurs tels qu’Alexa par exemple fonctionnent totalement différemment dans leur logique de réponse vocale. Cela ne sera pas abordé dans cet article.

Lors d’une recherche écrite sur Google aujourd’hui, chacun a pris l’habitude de voir ressortir des liens sponsorisés, puis les liens bleus.
Le SEO (Search Engine Optimization) classique consiste à optimiser son site au maximum pour avoir la meilleure position possible sur les pages de requêtes à travers une stratégie de mots clefs. Libre aux internautes par la suite de choisir le lien sur lequel ils vont cliquer, notamment grâce à la méta description (les 3 ou 4 lignes de texte sous le lien) qui donne le ton de la réponse.

La recherche vocale change la donne dans le sens où l’on passe d’un moteur de recherche à un moteur de réponse. Donc l’internaute ne choisit plus le lien sur lequel il veut cliquer, c’est Google qui décide de la réponse à fournir.
L’enjeu devient donc d’être LA réponse que Google délivre lors d’une recherche vocale et pour cela, il faut viser la position zéro (P0).

En SEO aujourd’hui, la position 0 peut donner 2 types de résultats : les quick answer ou les featured snippet (FS).
Mauvaise nouvelle, les quick answer sont contrôlées par Google. Il n’est donc pas possible d’influer sur ce positionnement et de passer devant.
Les featured snippet sont choisis par Google mais dépendent de l’optimisation de son référencement. Ils peuvent être sous forme de liste (cf exemple ci dessous), de paragraphe ou de tableau.
Pour sortir en featured snippet dans Google, il faut viser le podium et même la position 1.

Quick answer vs featured snippet

Concernant la recherche vocale, 80% des réponses dictées par Google Home émanent de la position 0 donc du featured snippet. (Etude Roast – Janvier 2018)

D’où l’enjeu du AEO (Answer Engine Optimization) : être audible !

Audible : comment le devient-on ?

Pour être audible, c’est comme pour être bien référencé, il faut procéder étape par étape, respecter un certain nombre de règle et faire du test & learn pour s’améliorer.
Nous allons énoncer ci dessous la méthode que recommande Olivier Andrieu, expert SEO et fondateur de la société Abondance.

  • Faire des recherches sur les questions que se posent les utilisateurs.
    Pour cela, plusieurs outils existent pour aider à recenser diverses questions autour d’un sujet.
    Par exemple les sites answerthepublic.com ou encore 1.fr
    Il peut être également utile de vérifier les « autres questions posées » sur le même sujet.

  • Vérifier la place disponible sur Google sur ce sujet là.
    Comme évoqué plus haut, si Google positionne déjà une quick answer sur le sujet, on oublie et on cherche à se positionner sur une autre recherche.  🙁
    Si des featured snippet sont déjà présents, il faut étudier la provenance des réponses et voir si on peut prendre la place.  🙄
    Si aucun featured snippet ne ressort, c’est une belle opportunité, on fonce !  😆 

  • Créer une page qui répond à une seule question
    Pour s’assurer de ressortir, il ne faut pas mettre plusieurs résultats de recherches sur une même page. On se concentre sur la réponse à apporter et on fournit un contenu qualitatif d’abord mais quantitatif tout de même. 200 mots minimum pour répondre à la question parmi lesquels on fera ressortir au départ un bloc d’environ 20 ou 30 mots qui correspondront à la réponse dictée (identiques à la méta description lors des recherches « écrites »).

  • Optimiser son SQR (Speech Quality Rating)
    Le but principal étant de ressortir en réponse vocale, il est primordial de se préparer à être dicté. Il faut donc un texte simple, correct en terme de grammaire et de syntaxe. Le contenu entre parenthèse n’est pas dicté et les citations ne sont pas vraiment appréciées.

  • Ne pas négliger son SEO
    Pour avoir un bon AEO, il faut un bon SEO. Il faut donc garder le même travail de fond.

En utilisant cette méthode, vous mettez toutes les chances de votre coté pour ressortir vocalement. Cependant, rien de mieux que le test & learn pour s’améliorer, sans oublier non plus la partie secrète de Google !

Aujourd’hui, la recherche vocale reste assez peu exploitée. Cependant, il faut se tenir prêt pour le jour où cela prendra une place plus importante.
Selon une étude du cabinet OC&C Strategy Consultants, en 2022, les achats vocaux en ligne représenteront un marché de 40 milliards de dollars dans le monde (vs 2 milliards en 2017). Les marques vont donc se battre pour prendre leur part du gâteau et l’intégration de publicité dans les recherches vocales va devenir l’enjeu de ces prochaines années. Alors n’attendez pas pour optimiser votre AEO.

N’hésitez pas à lire également l’article de Cara Courtiade « Recherche vocale : 5 astuces pour optimiser votre référencement « 
ou encore celui de Nathan Charpentier « L’air de l’assistance »

La tribune – Le journal du Net – Le figaro – Les echos
Abondance.com

Par |2019-01-27T19:54:29+00:00dimanche, 27 janvier, 2019|Catégories : E-commerce|

À propos de l'auteur :

#MBAMCI #exCarrefour #DigitalMarketing

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

kayseri escort aydın escort denizli escort çanakkale escort bursa escort