Qui a déjà eu envie de voyager dans le temps? Aujourd’hui, c’est désormais chose possible avec la startup Rendr qui propose une expérience touristique innovante. Je vous propose de découvrir quel sera le possible futur de vos prochaines expériences de visite de sites patrimoniaux. Je vous invite également à découvrir cette startup dynamique qui met la réalité virtuelle au service du patrimoine.

Comment allier réalité virtuelle et patrimoine?

Vision à 360°, balise Bluetooth (également appelé beacon), réalité virtuelle (VR), imagerie de synthèse, IA et cloud computing sont les technologies utilisées par la startup afin de mettre en valeur le patrimoine historique des villes. Toutes ces technologies sont combinées afin de concocter une technologie maison unique plaçant la réalité virtuelle au service du patrimoine.

réalité virtuelle et patrimoine
Photo by Scott Webb on Unsplash

Quel est le principe?

Le principe est simple. Muni d’un casque de réalité virtuelle et d’un smartphone compatible VR, le visiteur sillonne un lieu et le visualise à une époque antérieure en réalité virtuelle immersive. Le smartphone utilise l’application VRlib, qui deviendra « Legendr » au mois de mars 2019,  avec laquelle le visiteur visualise une reconstitution en image de synthèse du lieu. Des balises Bluetooth, invisibles à l’œil du visiteur, sont posées tout au long du parcours. Elles sont tout de suite repérées par le smartphone du visiteur lors de son passage. Elles permettent alors un accès à un contenu vocal adapté à l’histoire du site. Voilà une belle application de la réalité virtuelle au service du patrimoine!

Ayant le besoin d’augmenter leurs revenus et l’attractivité de leurs sites, le dispositif s’adresse à des collectivités publiques comme des offices de tourisme et des musées dans un premier temps. Ces derniers bénéficient, pour certains, de soutiens régionaux dans le cadre de l’aménagement et de la valorisation innovante des sites patrimoniaux. L’application VRlib / Legendr est une réponse à ce besoin et met la réalité virtuelle au service du patrimoine. Le dispositif est distribué aux visiteurs qui sont les clients finaux via une activation au Bureau d’Information Touristique, contre paiement ou pas. En effet, certaines balades sont payantes et d’autres, gratuites. Cela dépend de la politique de prix fixée par la collectivité publique ou le musée. 

Que gagne-t-on?

De façon générale, les avantages sont nombreux. Le visiteur a accès à une visite enrichie grâce à une médiation culturelle innovante. La visualisation in-situ du même lieu à une période antérieure est simplement bluffante. L’adaptation du contenu se fait en fonction du public (niveau d’information, langues). Le visiteur n’a plus d’audioguide à récupérer à l’accueil de la structure. Un casque VR lui est remis.

Du côté de la structure, elle n’a plus d’audioguides à financer, distribuer, entretenir et renouveler étant donné que l’application est sur le smartphone du visiteur. Le casque VR doit quand même être distribué. En termes de data, la récolte de données utilisateur est plus efficace et pointue ce qui permet l’analyse des lieux visités, du temps passé, à quelle heure, etc… afin de proposer une offre améliorée et adaptée aux différents publics.

Les concepteurs et historique

Deux amis d’Epitech, Laurent Lefebvre et Nicolas Mondange sont à l’origine de Rendr. En 2014, après la sortie de l’Oculus, ces derniers sont contactés par des architectes coréens ayant besoin d’une technologie permettant la visualisation de constructions architecturales futures. La startup est alors créée en 2015. Pour financer le développement de leur startup, les fondateurs ont décidé de « bootstrapper », cette méthode de financement économe qui se base sur l’utilisation de ses propres ressources et des revenus générés par son activité. Pas de fonds d’investissements ou de business angel, les fondateurs souhaitant pouvoir se focaliser au maximum sur la demande du client. Les moyens n’étaient pas au rendez-vous pour un projet dans le domaine de la culture et du patrimoine. C’est alors que s’est présenté en 2016, le concours du Louvre Lens Vallée sur le thème de la culture. Basé sur des documents d’archives et des relevés archéologiques, le projet de la reconstitution de la cité antique de Palmyre en Syrie s’est réalisé en …48h! La réalité virtuelle au service du patrimoine prend forme!

Suite à ce succès, la ville d’Alençon s’est présentée à Rendr avec le constat suivant : 70% du patrimoine historique de la ville n’est pas visible et Alençon n’en est pas le seul exemple. En effet, les visiteurs ne sont pas connectés à l’Histoire, de plus, cela représente un manque à gagner pour les villes qui perdent des opportunités de revenus. Un partenariat s’est alors conclu entre Rendr, Orange Cloud Business et l’Office de Tourisme de la ville d’Alençon. L’application « Visit Alençon » est née. Lors des Journées du Patrimoine de l’année 2016, l’application a été téléchargée 900 fois sur 2 jours.

Mais voilà, le défi à relever est que le visiteur ne supprime pas l’application après sa visite. En 2017, Rendr décide d’éditer une seule application qui regrouperait un maximum de lieux et de villes. VRlib est né. Ce modèle présente l’avantage de pouvoir mutualiser les modifications ; la mise-à-jour vers une nouvelle version est réalisée en une fois. En outre, les budgets ne sont pas dispersés entre les multiples applications et sont investis dans une seule et unique application.

Parmi les projets les plus notables que l’on peut retrouver dans l’application VRlib / Legendr sont ceux du Touquet des années 1930 et celui des Andelys. Ce dernier projet a d’ailleurs permis à l’Office de Tourisme Nouvelle Normandie de gagner le prix du public lors des Trophées de L’Innovation du Tourisme de l’Eure, #TILT Trophy, au mois de décembre 2018. La reconstitution des sites du Château-Gaillard du XIIième siècle, dernier château de Richard Cœur de Lion, et de la ville du Petit-Andely a été lancé en mars 2018. Les objectifs étaient triples :

  • Améliorer l’attractivité
  • Améliorer l’expérience du visiteur in-situ
  • Générer des revenus directs et indirects

Le parcours de cette visite dure 1h30 à 2h mais les données récoltées ont permis de constater que la moyenne de la durée de visite était plutôt de 3h. La fréquentation touristique du Château-Gaillard a été de 31 000 visiteurs au courant de l’année 2018. La captation du public est une réussite. Le taux de satisfaction enregistré est de 96%. Ce projet a donné lieu à des publications dans la presse ainsi qu’un reportage sur France 3.

Reportage France 3 du 8 août 2018 – Les Andelys – Une Visite Historique en Réalité Virtuelle

D’autres projets sont aussi disponibles comme celui du Château de Martainville en Normandie qui se présente sous forme de chasse aux trésors pour le public des 6 à 13 ans ou le musée Flaubert de Rouen. Les projets en cours de création sont nombreux comme celui de Paris, Le Marais Face Cachée qui est en version BETA ou encore un circuit de randonnée en Seine Maritime. En allant plus loin avec la réalité virtuelle mis au service du patrimoine, Rendr souhaite reconstituer la même ville à trois époques différentes pour accentuer l’idée de voyage dans le temps d’un même lieu. D’ailleurs, si vous souhaitez voir votre ville en réalité virtuelle immersive, votez pour elle. Vous la verrez peut-être alors à l’époque médiévale! 

Le business model de la startup repose aujourd’hui sur le budget des collectivités publiques. Plusieurs schémas sont envisageables pour la suite, notamment avec les dons ou peut-être un abonnement sous forme de package.

Est-il possible de visualiser le futur?

Et la réalité virtuelle mis au service du patrimoine… futur? Oui, aussi! La startup propose également de reconstituer le futur dans le cadre de projets d’aménagements urbains avec l’application VisionR. Le but étant de pouvoir plonger les administrés dans une visualisation immersive du projet. Cette technologie ouvre les portes à la visualisation de projets portés par des constructeurs immobiliers et autres acteurs de l’aménagement urbain.

La réalité virtuelle mis au service du patrimoine constitue un véritable atout dans sa valorisation ainsi que dans la projection de projets futurs. Elle dépoussière les balades et facilite la médiation culturelle. Elle permet d’attirer et de capter les publics agissant ainsi comme un levier de sauvegarde de notre patrimoine. Mais devons-nous comprendre que les guides conférenciers et audioguides actuels deviendront…obsolètes ?

Pour aller plus loin sur le digital et le patrimoine :
Tourisme et réalité augmentée: le voyage dans le temps selon Histovery
Médiation culturelle numérique : quelle valeur ajoutée ?
Le Crowdfunding : Le digital à la rescousse d’un patrimoine en danger

Appel à Manifestations d’Interêt « Culture, Patrimoine et Numérique »

Sources :
Rendr
L’Office de Tourisme Nouvelle Normandie
France 3
Les Echos
Eure Tourisme
Actu.fr
Futura Science