Quel avenir pour le marché des sites de rencontres ?

Le marché des sites de rencontres a explosé ces dix dernières années, encouragé par la situation démographique en France. Divorces, mariages tardifs, infidélités, solitude sont autant de raisons qui poussent les internautes à s’inscrire pour chercher l’amour en ligne. Ce phénomène concerne toutes les tranches d’âge.

Face à ce marché opportun, les sites se sont rapidement multipliés. Aujourd’hui un grand nombre d’acteurs tente de satisfaire les célibataires. Dans cette course à l’innovation, la relation clients et la personnalisation de leurs services fait ressortir vainqueurs les plus gros sites qui déploient des moyens considérables pour conserver leurs parts de marché.

Marché des sites de rencontres

Un marché en phase de maturité

La France compte en moyenne 130 000 divorces par an, soit plus de 45% des mariages qui finissent par un divorce. Ajouté à cela, les Français se marient de plus en plus tard avec un âge moyen entre 25 à 29 ans. Cette situation démographique engendre un grand nombre de célibataires. Selon l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE) la France en compte aujourd’hui plus de 18 millions dont près de 11,5 millions qui surfent régulièrement sur la toile. Sur la totalité des célibataires, 30% ont été ou sont inscrits sur un site de rencontres.

Les sites de rencontres sont apparus dans les années 2000 et ont rapidement trouvé leur marché. En 2002, on comptait 100 000 inscrits, contre 5,8 millions en 2014. Aujourd’hui, la France est le troisième plus gros marché de rencontres en ligne d’Europe. Le nombre d’inscrits a fait s’envoler le chiffre d’affaires du secteur qui enregistrait au début des années 2010 une croissance moyenne de plus 9% par an. Elle explique la multitude d’acteurs qui se sont lancés sur le marché. On en compte aujourd’hui près de 2000.

En 2013 le marché est arrivé à maturité et a amorcé une croissance négative de 5%. Paradoxalement, face à ce phénomène les sites de rencontres enregistrent un nombre d’utilisateurs croissant. En 2015 le chiffre d’affaires du marché s’élevait à 128 millions d’euros. Ce sont les sites les plus populaires qui en profitent : les cinq premiers génèrent à eux seuls 60% de la totalité du chiffre d’affaires.

 

Vers une démocratisation du site de rencontres ?

L’image des sites de rencontres n’a jamais été aussi démocratisée qu’aujourd’hui, mais il reste encore un long chemin à parcourir. Beaucoup de personnes ne parlent pas de leurs inscriptions ou ont du mal à avouer à leurs proches qu’elles ont rencontré leur conjoint sur un site de rencontres. Un sondage de l’Institut Français d’Opinion Publique (IFOP) indique qu’à la question « si vous aviez une relation avec quelqu’un rencontré sur un site de rencontres, diriez-vous à votre entourage que vous l’avez connu par ce biais ? », 18% répondent NON, 36% OUI mais difficilement, 46% OUI facilement. « La rencontre via internet est presque dévalorisée aux yeux d’autrui puisqu’elle est d’abord virtuelle. Les gens considèrent qu’une histoire d’amour doit être exceptionnelle, unique donc si elle débute sur un site de rencontres, la part de rêve s’envole pour la plupart des gens » (Stéphane Rose, 2013).

D’après une autre enquête réalisée par l’IFOP en 2012, 56% des personnes pensent que les sites de rencontres rendent les rencontres amoureuses plus faciles que par le passé. Cependant peu pensent y trouver le grand amour : 62% des personnes inscrites recherchent « une histoire sans lendemain » et 38% « une relation sérieuse ». Ce sont les femmes qui y croient le plus avec 56% d’entre elles inscrites pour trouver l’âme sœur contre 48% des hommes. Malgré les efforts faits par les grands acteurs du marché qui dépensent une grande partie de leur chiffre d’affaires en communication, cette image évolue lentement.

 

La rencontre sur téléphone mobile

Si les chats de rencontres par SMS existent depuis longtemps, le développement des nouvelles technologies et tout spécialement des Smartphones, a favorisé l’envol des applications mobiles de rencontres. On peut aujourd’hui flirter d’où que l’on soit, c’est très simple et la plupart des applications ont développé leur chat au design de conversation SMS, ce qui facilite l’utilisation par le client.

Même si les applications mobiles de rencontres sont très développées, ce ne sont pas elles qui rapportent le plus.  Les utilisateurs dépensent moins sur leur Smartphone. On considère que 75% du chiffre d’affaires est toujours réalisé sur les connexions depuis un ordinateur, alors que plus de 50% des connexions se font sur mobile. Cette tendance s’explique entre autre par la réticence du client à payer via son Smartphone. Les internautes considèrent souvent que le mobile permet d’obtenir des informations tarifaires mais que c’est sur l’ordinateur qu’ils concluront l’achat. Si le paiement par mobile est en plein développement chez les jeunes, il ne l’est pas encore chez les plus de 30 ans. Ce sont pourtant eux qui dépensent le plus pour accéder aux services de rencontres.

Les applications restent incontournables. La plupart des sites ont maintenant la leur et les prestataires qui n’existaient qu’au travers d’une application mobile ont aujourd’hui un site en parallèle. Le site internet et l’application mobile sont complémentaires et tendent à devenir indissociables.

Marché des sites de rencontres

Une segmentation de plus en plus poussée du marché

On peut classer les sites de rencontres en lignes en cinq catégories :

  • Les rencontres sur les réseaux sociaux : essentiellement présents sur des applications mobiles, ils visent un public jeune. Ils fonctionnent en freemium : un accès gratuit qui devient payant si on veut obtenir plus de fonctionnalités. Exemple: Happn, Once, Tinder.
  • Les sites de rencontres « classiques »: les membres recherchent eux-mêmes la personne qui leur correspond parmi les inscrits. Exemple: AdopteUnMec.fr, Meetic.fr.
  • Les agences matrimoniales en ligne : ces sites visent les célibataires recherchant des relations sérieuses. Les membres sont mis en relation directement avec d’autres membres qui auront été préalablement sélectionnés. Exemple: Be2.fr, eDarling.fr, MeeticAffinity.fr.
  • Les sites de rencontres érotiques : ces sites visent des rencontres qui aboutissent sur des aventures érotiques (aventures libertines, échangistes, fétichistes). Exemple: AdultFriendFinder.com, CasuelDating.fr.
  • Les sites de rencontres spécifiques : ces sites spécialisés dans un domaine visent une catégorie de personnes précise : ceux qui aiment les animaux, la moto, ceux qui mangent bio etc. Exemple: vinealove.com, droite-rencontre.com.

Ces dernières années on observe une explosion des sites de rencontres spécialisés qui se positionnent sur un marché spécifique. En 2015, ces sites représentaient 8,1% des utilisateurs mensuels et 5,4% du chiffre d’affaires, ce qui, à première vue, ne parait pas particulièrement profitable. Cependant, ces sites perdurent, et tous les thèmes (ou presque) sont abordés : amoureux des bêtes, motards, gastronomes, bio, etc. L’idée est avant tout de créer un marché niche.

Par | 2018-05-05T17:06:32+00:00 lundi, 30 avril, 2018|Catégories : E-commerce|

À propos de l'auteur :

Vins & Spiritueux #Digital #MBAMCI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.