Moi qui veux devenir entrepreneure un jour, on m’a toujours répété : lorsque l’on monte une entreprise, il faut être incollable sur son marché pour comprendre ses consommateurs et anticiper leurs besoins. Et c’est vrai !

Le problème, c’est que peu d’entrepreneurs ne mettent en avant cette expertise. Comment faire confiance à un entrepreneur s’il ne maîtrise pas son marché ? Comment puis-je savoir qu’un entrepreneur le maîtrise s’il ne le montre pas ?

La solution : le personal branding. Un concept très utilisé par nos voisins américains et pour cause. 

Dans cet article, je vous explique ce concept – malheureusement trop souvent sous-estimé – avec des exemples concrets à l’appui et une pointe de vigilance en conclusion. 

 

Qu’est-ce que le personal branding ? 

Définition et rétrospective 

Le personal branding, ou en français la marque personnelle ou le “marketing de soi”, ne date pas d’hier. C’est un concept qui émerge aux États-Unis en 1997 lorsque Tom Peters, un écrivain américain, l’aborde dans son article publié sur Fast Company

“Pour être en affaires aujourd’hui, notre travail le plus important est d’être le responsable marketing de notre propre marque.” – Tom Peters

C’est ensuite Peter Montoya, au début des années 2000, qui sera le premier à définir une méthode de personal branding en écrivant deux livres à ce sujet : The Brand Called You et The Personal Branding Phenomenon. 

Concrètement, le personal branding consiste à appliquer les mêmes raisonnements et pratiques de marketing d’une entreprise, mais destiné à sa propre expertise et son image professionnelle. 

Le marketing de soi remplit ainsi trois missions principales : mieux se connaître, se faire connaître et se faire reconnaître. 

Avec l’arrivée d’Internet, la marque personnelle a pris une toute autre dimension. Sa définition devient intimement liée à celle de l’e-réputation, soit la réputation d’une personne en ligne. 

Les réseaux sociaux entrent en scène et deviennent les plateformes de prédilection pour construire et diffuser sa marque personnelle. 

Beaucoup de professionnels qui misent sur leur personal branding diversifient leurs points de contacts avec leurs prospects en multipliant les plateformes : partager du contenu sur Twitter, réaliser des vidéos sur Youtube, enregistrer des podcasts…

 

Les Américains : précurseurs du personal branding 

L’exemple par excellence : Steve Jobs. Trop cliché peut-être. Mais on ne peut nier que le personal branding, il maîtrise. 

À coup de lunettes de vue rondes et de col roulé, Steve Jobs est l’un des entrepreneurs les plus connus et reconnus du monde entier. 

Son personal branding est tellement une réussite que, s’il annonçait le lancement d’une nouvelle marque demain, tous ses adeptes iraient acheter ses produits. C’est là, tout le pouvoir du personal branding. 

Dès le début de sa carrière, Steve Jobs s’est mis – littéralement – sur le devant de la scène pour être identifié comme un expert de la technologie de demain. 

Pour se faire connaître et reconnaître, il a vaincu sa peur de parler en public en lançant les “keynotes” : ces grandes conférences, très efficaces en termes de couverture médiatique, pour présenter les nouveaux produits d’Apple – toujours avec sa marque de fabrique : l’humour.

Steve Jobs présente les trois nouveaux produits
révolutionnaires d’Apple lors du premier keynote en 2007.

Grâce à ses keynotes et au travail réalisé pour entretenir et diffuser sa marque personnelle, Steve Jobs est devenu la référence en terme de nouvelles technologies, contribuant ainsi à propulser Apple en leader du marché. 

 

Les entrepreneurs français accélèrent la cadence 

De notre côté du globe, les Français s’inspirent des Américains et intègrent de plus en plus le potentiel du marketing de soi. 

On voit apparaître, notamment via les réseaux sociaux, des entrepreneurs qui construisent et entretiennent leur propre image de marque pour être identifiés comme une référence dans leur secteur d’activité et construire une relation de confiance avec leurs clients. 

C’est le cas de Guillaume Moubeche, un jeune entrepreneur qui a misé sur l’humain pour lancer (entre autres) lemlist, un outil d’automatisation et de personnalisation d’e-mail de prospection.

Si vous travaillez dans le marketing, vous avez sûrement déjà entendu parler de lui. Guillaume est connu et reconnu comme un expert en growth et prospection par e-mail. La clé de sa réussite ? Avoir su humaniser son entreprise.

personal branding Guillaume Moubeche

Bon Produit + Affection pour la Marque = Entreprise à Succès

Convaincu que le succès d’une entreprise repose en partie sur la capacité d’une marque à être appréciée par ses clients, Guillaume a misé sur son personal branding pour humaniser son entreprise et la rendre plus “aimable”. Pourquoi ? Il me l’explique en quelques mots : 

 “Selon moi, en B2B, on oublie que l’humain reste au cœur de tous les processus de ventes. On achète à des humains, pas à des compagnies. Le personal branding permet de montrer qui sont les personnes au sein d’une compagnie et par conséquent, d’humaniser une boîte.”
– Guillaume Moubeche

Pour que ses prospects aiment, s’identifient et soient fidèles à sa marque, le fondateur de lemlist a donc construit et entretenu son image personnelle. 

Du contenu vidéos sur les réseaux sociaux, aux articles de conseils sur Medium en passant par des interventions lors de conférences, Guillaume s’est mis sur le devant de la scène pour montrer son expertise et partager son expérience. 

personal branding guillaume moubeche

Il parvient ainsi à humaniser son entreprise tel qu’il l’envisageait et devinez quoi ? Ça marche ! 

En un an, lemlist a généré 250 000 euros d’ARR. (annual recurring revenue = chiffre d’affaires annuel récurrent) 

“Chez lemlist, je drive des milliers de visites sur mon profil (Linkedin) tous les mois. Cela génère également des dizaines de signups à lemlist tous les mois.” – Guillaume Moubeche

Guillaume Moubeche est l’un des nombreux entrepreneurs français pour qui, miser sur sa marque personnelle, est un pari gagné.

 

Résumons les pouvoirs incontestables du personal branding

Pouvoir n°1 : travailler son image personnelle pour se faire connaître

Saviez-vous que les publications de compte personnel sur les réseaux sociaux génèrent 561% de portée de plus que les publications de compte d’entreprise ? Elles génèrent également 8 fois plus d’engagement ! 

Ne pas utiliser votre compte personnel pour communiquer sur votre activité, c’est passer à côté d’un levier puissant de bouche à oreille. 

 

Pouvoir n°2 : le personal branding établit une relation de confiance avec le consommateur…

La confiance des consommateurs dans les entreprises diminue d’année en année. Car ces dernières font miroiter des promesses à leurs clients qu’elles ne tiennent pas. 

Conséquence ? Les consommateurs changent leur comportement d’achat. Ils se tournent vers les recommandations de leur entourage voire même de parfaits inconnus pour prendre une décision d’achat. Ils font plus facilement confiance à une personne qu’à une marque. 

D’après une étude menée par BrightLocal, 88% des consommateurs ont affirmé faire davantage confiance à l’avis en ligne d’une personne qu’ils ne connaissaient pas, plutôt qu’à une publicité traditionnelle d’entreprise.

D’où la montée en puissance des influenceurs qui partagent leurs opinions sur des marques et influencent les décisions d’achat de milliers de consommateurs. 

C’est à l’entrepreneur d’adopter une stratégie de personal branding pour devenir l’un de ces influenceurs que les consommateurs considèrent comme modèle. S’il réussit à accomplir cela, il aura tout gagné : confiance, fidélité et donc chiffre d’affaires qui va avec 😉 

 

Pouvoir n°3 : … et cette confiance les fidélise ! 

Mais pourquoi la confiance est-elle aussi importante ? Un mot : la rétention ! D’après une étude de Kantar, 53 % des Français arrêteraient d’utiliser les produits ou les services d’une entreprise en cas de perte de confiance.

Pour les retenir, un entrepreneur peut construire sa marque personnelle, rassemblant ainsi une communauté qui lui fait confiance et qui lui sera fidèle. 

 

Pouvoir n°4 : le marketing de soi comme avantage compétitif

La marque personnelle est également un atout concurrentiel. 

Si un consommateur hésite entre deux marques de qualité égale, mais que l’une d’elle est portée par l’image de son fondateur (suivi par des milliers de personnes), quelle marque croyez-vous que le consommateur choisira ? 

La communauté de l’entrepreneur est un avantage compétitif considérable, qui a le pouvoir d’influencer la décision d’achat du consommateur. 

 

Ce qu’il faut retenir

Les pouvoirs du personal branding sont nombreux et surtout prouvés par des centaines d’entrepreneurs qui ont osé se lancer. Attention : miser sur sa marque personnelle n’est pas une stratégie dénuée de risques. Personne n’est à l’abri d’un bad buzz, d’un manque de temps ou d’une baisse de régime. Le tout, c’est d’oser se lancer et surtout persévérer, car les résultats viendront avec le temps ! 

 

SOURCES 

How to build a personal brand – Blog Lempod

The Key To Increasing Your Brand’s Reach By 561%? – Forbes

People Trust People, Not Brands – Addicted 2 Success 

Social Selling: utilisez le personal branding pour mettre en avant votre expertise – Wydden

In 1 Simple Sentence, Warren Buffet Explains the Power of Personal Branding – Inc.com