A la lecture de ce livre, j’avais déjà conscience que nous étions à un grand tournant dans nos modes de consommations et notre savoir-être dans la société. Mais cette ouvrage m’a fait réaliser à quel point le collaboratif peut modifier en profondeur nos différentes organisations et comment le web avait largement contribué à l’essor de l’économie collaborative. Afin de rédiger cette note de lecture j’ai sélectionné les passages qui m’ont le plus marqué en les reformulant pour la plupart du temps. J’espère donc que cet article vous donnera envie d’en savoir davantage et de lire entièrement cet ouvrage que je recommande.

couverture-vive-la-corévolution

« Vive la corévolution! » est un ouvrage imprimé en octobre 2013 par les éditions Gallimard, dans la collection manifestô Alternatives. Deux auteurs l’ont co-rédigé: Anne-Sophie Novel, journaliste, docteure en économie et fondatrice du blog collectif ecoloinfo.com et Stéphane Riot, fondateur de Nove Terra, expert en accompagnement du changement par le facteur humain, spécialisé dans les logiques de collaboration à l’oeuvre dans la mutation des organisations. Cet essai explique le fonctionnement de la logique collaborative et nous donne les clés pour comprendre et mettre en place de plus grandes collaborations entre individus, organisations et institutions. Les auteurs sont convaincus que la corévolution est un « phénomène sociologique majeur doublé d’une révolution des modèles économiques ». Selon eux, la logique collaborative imprègne notre société et répond aux enjeux du développement durable. A travers cet ouvrage, ils démontrent que la corévolution repose sur une foi en la nature humaine, nécessitant une mobilisation de tous pour un changement global. Cette lecture nous permet de prendre du recul sur notre regard porté sur la société dans laquelle nous vivons. Dès l’introduction, nous sommes prévenus du changement de paradigme vers lequel nous sommes menés, vers un nouveau monde, celui de la corévolution. 

Les auteurs nous donnent accès à un lexique et à une liste d’ouvrages et de sites internet à consulter pour aller plus loin. Tout au long de l’ouvrage, ils semblent vouloir éveiller leurs lecteurs en parsemant leur écrits, de citations de philosophes, écrivains, professeurs, économistes etc… Ils appuient aussi leurs arguments de différentes études et visions de spécialistes. Sont cités, plusieurs cas concrets et des exemples stratégiques d’entreprises. Anne-Sophie Novel & Stéphane Riot ont aussi travaillé avec une cinquantaine de personnes qui leur ont dévoilé leur vision d’une société collaborative. 

schéma-économie-collaborative

Ils souhaitent d’abord nous faire comprendre que dans le contexte actuel dans lequel nous vivons, il est urgent de retrouver un système économique durable et plus humain. Internet et les réseaux sociaux nous permettent d’être tous connectés, ont favorisé le partage et les échanges en nous offrant la possibilité de mettre nos excès en accès. Cette logique collaborative commence même à entrer dans la réflexion stratégique des entreprises. La consommation collaborative  sert une économie plus fonctionnelle, plus durable. Elle remet du sens dans l’allocation des ressources elle révèle le potentiel d’exploitation, le gâchis, décuple la circulation, en démultiplie la jouissance et met les possessions de chacun en réseau. A terme il s’agira d’établir un nouveau modèle où les acteurs ont tout intérêt à se placer comme partenaires et non concurrents. Tout ceci, en tenant compte des précautions d’usage notamment dans les domaines techniques, juridiques et sociales posées par la consommation collaborative.

Des conflits, on passe donc à la collaboration. Les forums sociaux mondiaux gagnent en visibilité et l’action individuelle peut aujourd’hui avoir un impact négatif sur l’image d’une société. Du coup, on assiste à de nouvelles formes de coopérations entre acteurs publics et privés. Les réseaux sociaux deviennent nécessaires dans la mise en oeuvre d’actions et pour l’influence des associations. Des entreprises s’adaptent aussi en douceur. Dans ce contexte, la coconstruction de valeur donne aux entreprises l’opportunité de réduire les risques spécifiés dans les approches RSE et de valoriser une image de comportement responsable. Les approches de la coconstruction sont expliqués. Ils nous indiquent que la corévolution se fait par la base de la pyramide par le BoP. L’idée étant de développer des relations marchandes adaptées au besoins des hommes. Mais concrètement, les profits sont souvent faibles, il est donc fondamental de prêter une attention particulière à la R&D des entreprises et aux infrastructures de proximité pour assurer la logistique intermédiaire. Finalement, « la cocréation est la logique entrepreunariale de l’avenir ».

Etre-ensemble

Les auteurs soulignent le passage de la compétition à la collaboration radicale et nous donnent les clés de compréhension des termes compétition, coopération et coopétition. Pour eux, il n’y a pas de doute sur le fait que « L’union fait la force… durable! ». Les sociétés ont tout intérêt à intégrer des pratiques adaptées au RSE avec des approches de collaboration radicale pour contribuer au développement durable. Pour comprendre comment fonctionne un processus coopératif et une démarche collaborative, cet ouvrage est idéal. Il explique aussi comment la corévolution modifie le rôle de l’entreprise mais aussi son fonctionnement avec un management plus collaboratif. Par ailleurs, on invite les entreprises au dépassement et à la créativité en mettant en avant l’importance de quitter la norme même si elle reste indispensable. Plus que la mise en réseau des compétences et de l’information, c’est vers une cogouvernance de l’organisation que nous devons nous diriger.

Dans un monde subissant différents types de crises, le web participatif facilite la mise en réseau des personnes du monde entier, renforce le sentiment d’interdépendance et sert la transparence des échanges. Cette logique imprègne peu à peu notre façon de penser, d’agir, de consommer de militer, d’entreprendre et de manager. Cette évolution sert les enjeux du développement durable sans le vouloir. Une nouvelle ère économique et sociale s’inscrit avec des caractéristiques différentes. Finalement l’esprit de la corévolution c’est d’améliorer « ensemble, tout ce qui peut servir l’Etre, et donc l’avenir de notre civilisation… Vive la corévolution!»

J’ai aimé les différentes citations et visions qu’on retrouve tout au long de l’ouvrage. Ce livre nous pose en tant qu’acteur et nous incite à notre propre réflexion sur nos moyens mis en oeuvre et les différentes actions possibles pour changer la société.