En décembre 2019, Bris Rocher patron du groupe Rocher  annonce être devenue la première « Entreprise à Mission » en France,  inscrivant dans ses statuts que sa mission est en synthèse de

–  Conjuguer performance économique et prise en compte du bien commun

–  Reconnecter les hommes et les femmes à la nature

Bris Rocher PDG du groupe Rocher devant le slogan Act Beautiful

Bris Rocher PDG du groupe Rocher devant le slogan Act Beautiful

 

   

Modifier les statuts d’une entreprise pour y insérer un engagement autre que générer du profit est possible depuis la promulgation de La loi PACTE le 22 mai 2019.

 

J’ai eu envie de comprendre pourquoi certaines entreprises iraient s’engager dans cette démarche contraignante et vous partager ce que l’on peut considérer comme une pierre fondatrice de l’Entreprise de demain (oui rien que ça) et qui laisse à penser que  les entreprises à mission seront les entreprises du XXI siècle.

 

En 2020 , Ou en sommes-nous ? 

Rien de sensationnel à rappeler que

  • Depuis plusieurs dizaines d’années, l’entreprise semble avoir perdu de vue sa place dans nos sociétés. Pression des actionnaires, objectif de performance financière et croissance sans fin, elle est apparue comme une machine qui a perdu l’adhésion des clients, fournisseurs, employés, citoyens.
  • Le consommateur qui est aussi un citoyen et un salarié cherche à donner un sens à ses achats comme un sens à son travail
  • On attend beaucoup de l’entreprise qu’elle innove pour répondre aux enjeux de la société : agilité, écologie, social, RSE etc.

 

Qu’est-ce que La loi Pacte 2019 ou Le Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises (PACTE) : votée en mai 2019 elle ambitionne de donner aux entreprises les moyens d’innover, de se transformer, de grandir et de créer des emplois.

 

  • Le premier objectif est de lever les obstacles à la croissance des entreprises, à toutes les étapes de leur développement, de création jusqu’à transmission, en passant par leur financement. La loi simplifie et réduit les différents seuils applicables aux PME (5 10 20 50 etc. salaries), offre la possibilité de créer son entreprise 100% en ligne à moindre coût, facilite le rebond des entrepreneurs après un échec, fluidifie la transmission d’une entreprise etc. Enfin ! nous y sommes.

 

  • Le deuxième objectif  est de mieux partager la valeur créée par les entreprises avec les salariés. Suppression du prélèvement sur l’intéressement et la participation, simplification et portabilité des produits d’épargne, disposer d’une épargne retraite qui suit le salarie tout au long de sa vie professionnelle etc. Le compte CPF était déja les prémices de ce mouvement.

 

  • Le troisième objectif est de permettre aussi aux entreprises de mieux prendre en considération les enjeux sociaux et environnementaux dans leur stratégie. Ce troisième volet porte sur la redéfinition de la raison d’être d’une entreprise . Regardons ensemble cette notion.

 

Raison d’être Entreprise à mission , qu’est ce que c’est ?

il s’agit de repenser la place des entreprises, et engager une véritable réflexion sur leurs engagements et leur finalité 

 

En premier lieu, la loi a  modifié la définition de l’objet social de toutes les formes d’entreprises dans le Code civil , ce qui n’avait pas évolué sur ce sujet depuis plus de 200 ans !

Extrait de l'étude Deloitte et Citizen Capital

Extrait de l’étude Deloitte et Citizen Capital

C’est une »fusée à trois étages »,  qui démarre par la notion d’intérêt social dans laquelle on trouve la RSE,  puis celle de raison d’être, et enfin, d’entreprise à mission, pour les plus volontaires.

 

  1. la finalité d’une société est de réaliser un bénéfice ou une économie profitant aux associés, précise le code civil. Désormais, en complément et c’est écrit dans le dur, la société est gérée dans son intérêt social en prenant en compte les enjeux sociaux et environnementaux de son activité . C’est la première fois qu’une norme de gestion de la société est posée par le Code civil ». Le RSE fait partie de l’intérêt social.

 

  1. le code civil offre aussi en option la possibilité de modifier les statuts de l’entreprise et d’y insérer une « raison d’être, constituée des principes dont la société se dote et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité ».

La raison d’être de l’entreprise constitue une nouvelle étape de réforme ». « la raison d’être de Veolia est de contribuer au progrès humain, en s’inscrivant résolument dans les Objectifs de Développement Durable définis par l’ONU, afin de parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous ».   ( Antoine Frérot PDG de Véolia)

 

  1. la création d’un statut d’Entreprise à Mission. Uniquement pour celles qui le souhaitent, l’idée est de déclarer une mission d’intérêt collectif ou général et de la déposer au greffe du tribunal de commerce. On peut entendre par « missions » l’implantation locale, la revitalisation d’une région, la protection d’un environnement etc. .

 

Une entreprise responsable peut être parfaitement inutile, comme une entreprise peut être utile sans être responsable. Nous trouverons les entreprises à mission au croisement de l’utilité et de la responsabilité  On parle ici d’une vraie promesse, aux racines de l’entreprise.

 

Basé sur le volontariat ce statut est évidemment contraignant :

  1. L’entreprise doit formuler la mission, l’impact social, sociétal, environnemental,
  2. elle doit afficher des objectifs chiffrés et les modalités de suivi.
  3. Intégrés dans la gouvernance de l’entreprise, ils seront suivis par un comité de mission,
  4. et feront l’objet d’une vérification par un organe tiers et indépendant  .

  

 Choisir d’inscrire dans ses statuts une mission n’est pas un argument marketing, c’est s’imposer des contraintes, alors même que ce n’est pas obligatoire. Pourquoi ???

 

  • Ce n’est peut-être pas si difficile :
les 6 bonnes raisons de se lancer sur le chemin d'entreprise à mission

Synthèse 1: les 6 bonnes raisons de se lancer sur le chemin d’entreprise à mission.

 

Si l’entreprise semble avoir perdu de vue sa place dans nos sociétés c’est pourtant souvent le rêve d’un individu  qui est à l’origine de leur création.  Il s’agit de s’y reconnecter.  Je dis reconnecter parce que pour beaucoup la mission a été la base de leur création.

 

Dans un environnement ultra concurrentiel, ultra compétitif avec dans des cycles de plus en plus courts, ou la transformation est permanente, le principe est de rester connecté à ses 2 ou 3 fondamentaux qui ne varieront pas avec le temps et conserveront le sens.

 

 

 

L’étude Deloitte-Citizen Capital, « l’entreprise à mission de la théorie à la pratique » à déroulé de nombreux interviews de patrons d’entreprises et extrait les 6 bonnes raisons de se lancer sur ce chemin. Je vous en livre un condensé sur 2  pages étayées de témoignages.

 

  • C’est bon pour l’entreprise.
les 6 bonnes raisons de se lancer sur le chemin d'entreprise à mission

Synthèse 2: les 6 bonnes raisons de se lancer sur le chemin d’entreprise à mission.

 

Pour  Bris Rocher du Groupe Rocher une bonne «  Mission » :

 

  1. Est définie en puisant dans ses racines pour la rendre authentique
  2. Réponds aux défis futurs et actuels
  3. Se base sur des fondamentaux qui ne changent pas, qui embarquent toute l’organisation et donne un sens positif au travail (Ce qui aura le mérite d’attirer et conserver les talents)
  4. Est spécifique de sorte que les concurrents ne puissent se l’approprier

 

 

 

  • Si l’entreprise ne le fait pas qui le fera ?

On conçoit que pour certaines entreprises la démarche soit plus facile ( ONG, associations) mais le point novateur est que ce statut réconcilie Profits et Missions.  Ce n’est pas qu’une action philanthropique. mais comme le souligne Emmanuel Faber (Groupe Danone)

L’économie sans le social c’est de la barbarie

Le social sans l’économie c’est de l’utopie 

 

Extrait – L’économie vertueuse | Laurence Grandcolas | TEDxLorient

 

En conclusion :

Des dizaines de sociétés françaises ont publiquement annoncé vouloir se convertir en « entreprises à mission ». Une association regroupant une cinquantaine d’entreprises, dont Danone et Groupe La Poste, fortement intéressées par ce label, a en outre été créée récemment.

Certaines entreprises en création seront davantage Mission Native, comme les organisations Digital Native.  Ce sera plus lourd pour les autres. Elles devront semer les graines de «  l’intérêt social », puis cultiver une « Raison d’Etre » , avant d’être prêtes à « Entreprise à mission » .  C’est un vrai chemin et une action cosmétique donnerait immédiatement lieu à un « Mission Bashing ».

Ce qui semble être certain c’est que l’on constate déjà que la performance économique est liée à l’impact positif sur enjeux sociaux et environnementaux.

En affichant un objectif qui n’est pas que profit et qui guide sa stratégie, l’Entreprise trouve le moyen de répondre aux enjeux de demain : Renforcer sa marque directement auprès du consommateur, citoyen, fournisseur pour en faire la marque préférée tout en affichant un sens et une direction inscrits dans la loi.

Les technologies ont abolies les frontières et seront le support d’un dialogue avec les communautés engagées que sont les clients, l’écosystème, les citoyens, les collaborateurs,  et que l’on va pouvoir mobiliser autour de la mission.

Certaines marques comme Adidas ou Nike ont réussi à susciter au niveau mondial un engouement certain. Cependant leurs baskets sont fabriquées en majorité dans les pays asiatiques où les conditions de travail sont difficiles et la dignité des travailleurs remise en question. Cela sera-t-il encore possible ? De même un Apple dont l’ergonomie est incontestable pourra t-il continuer à être suspecter de programmer  l’obsolescence de ses batteries. Gageons que le consommateur Citoyen de demain le rappellera à l’ordre.

Pour Emery Jacquillat Patron de la Camif, les entreprises à mission sont les entreprises du XXI siècle, (..)c’est le capitalisme du XXI siècle » 

 

 

Avec les statuts « Raison d’Etre », « Entreprise à Mission »,  La loi Pacte 2019 offre  un cadre semi fini et j’ai hâte de voir comment les entreprises vont s’en emparer.

Suivons cela ensemble ?

 

 

Sources:

Videos

Emery Jacquillat MACIF : « Il y a une urgence à ce que les entreprises s’engagent…

https://www.youtube.com/watch?v=MoGGccGnbcI&feature=youtu.be

https://youtu.be/5Gwy8BSAL2M

 

« L’entreprise doit s’engager pour la société » pascal demurger  MAIF

https://youtu.be/56PtrOvteT4

 

Extrait – L’économie vertueuse | Laurence Grandcolas | TEDxLorient

https://youtu.be/cIC1em7R-0g

 

bris rocher : engagement is the new black

https://youtu.be/tbG4InEpCyE

 

Articles

https://www.economie.gouv.fr/loi-pacte-croissance-transformation-entreprises#

 

https://www.lesechos.fr/pme-regions/ile-de-france/ces-pme-pionnieres-qui-se-convertissent-en-entreprises-a-mission-1143856

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/ces-societes-qui-se-convertissent-en-entreprises-a-mission-1163357

https://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/presse/2019/publication-guide-entreprises-a-mission.html

https://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/sustainability-services/articles/entreprises-a-mission.html

La MAIF devient la première «entreprise à mission» : https://www.argusdelassurance.com/les-assureurs/mutuelles/la-maif-devient-la-premiere-entreprise-a-mission.148210

 

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/comment-devenir-une-entreprise-a-mission-712959