Vêtements intelligents et industrie textile 2.0

Les vêtements intelligents sont aujourd’hui l’avenir de l’industrie textile. Permis par le boom des smartphones, leurs champs infinis d’utilisation en font un des pans de la révolution numérique.

VÊTEMENTS INTELLIGENTS, CA VEUT DIRE QUOI ?

Composés de tissus high-tech qui associent fibres classiques et micro-capteurs connectés, ces nouveaux vêtements intelligents peuvent mesurer et analyser différentes données de notre corps.

Les vêtements ou textiles intelligents, de l’anglais smart textiles, ou  e-textiles pour electronic textiles, sont capables de capter et d’analyser un signal afin d’y répondre d’une manière adaptée et ainsi de modifier son comportement en temps réel.

LES VÊTEMENTS INTELLIGENTS, UN REEL POTENTIEL ECONOMIQUE

Pour la première fois le Consumers Electronics Show (CES, crée en 1967) de Las Vegas a consacré un espace à la mode.

Paris a connu en septembre 2015, la deuxième édition de la Fashion Tech Week  en marge de la Fashion Week de Paris, 12% des adultes américains s’imaginent porter des vêtements intelligents, 53% des français pensent que les outils technologiques sont une aide dans la gestion de la santé et du bien-être.

LES ACTEURS DU MARCHE

Gouvernements, starts-ups, acteurs du sports…

En France, Citizen Sciences (start-up lyonnaise) fait beaucoup parler d’elle pour son D-Shirt, dont une nouvelle version a été présentée au CES de Las Vegas : le vêtement intelligent intègre un cardiofréquencemètre, un GPS, un altimètre et une centrale inertielle. Elle a aussi présenté un cuissard connecté pensé pour les cyclistes.

Crée en 2008 elle a l’ambition de devenir le spécialiste de la conception, création et du développement de textiles connectés. Elle a notamment signé un accord avec le sportif ASICS pour développer et commercialiser un maillot connecté. La start-up déclare avoir l’ambition de décliner son savoir-faire à d’autres secteurs comme la santé ou la sécurité des personnes.

vêtements connectés

On peut citer d’autres acteurs français : Brochier Technologies (tissage de fibres optiques pour des textiles lumineux), Sefar Fyltis (tissus conducteurs mono filament), Sofileta R&D (tissus avec des capteurs de température ou de rythme cardiaque par exemple), Tibtech Innovations (fils chauffants ou conducteurs).

Au Canada, Carré Technologies a équipé les astronautes canadiens et lancé Hexoskin, un t-shirt connecté destinés aux sportifs professionnels. Le t-shirt envoie des informations sur les signes vitaux à une application. Un tel vêtement permet aux coachs de surveiller la respiration, le niveau de stress, de fatigue et de récupération de leurs sportifs. Il est aussi possible de déterminer le moment clé de l’entraînement sur lequel doit encore travailler l’athlète, à la fois au niveau physique et respiratoire. Cela aide les entraîneurs à améliorer les performances et le bien-être de leurs athlètes en mesurant et en illustrant exactement leur évolution.

Google a lancé lors de sa conférence Google I/O, le projet Jacquard dont l’ambition est d’industrialiser la fabrication de tissus communicants permettant de répondre à un message par simple pression sur son vêtement !

 

DES APPLICATIONS TRÈS VARIÉES

Les domaines d’application et de recherche sont aujourd’hui très nombreux : bien-être, divertissement, fitness, sport de haut niveau, télésurveillance (bébés, femmes enceintes), traitement de maladies chroniques (hypertension)…

Voici quelques exemples :

La plateforme Umood de Uniqlo qui propose un t-shirt selon l’humeur de la personne qui le portera grâce à un casque qui scanne les ondes cérébrales émises par le client. Umood a été développé en partenariat avec l’Université de Melbourne et testée dans les magasins de Sydney en Australie.

vêtements connectés

Eram, fabricant français de chaussures, et son projet de sandales connectées, Choose, dont la semelle peut changer de couleur.

vêtements connectés

Mimo, un body pour bébé qui surveille le nourrisson : mouvements, position, respiration température corporelle… Les données sont envoyées à une application dédiée sur iPhone ou Android. Mimo est sans danger pour le bébé et waterproof. Il est disponible en 3 tailles et coûte environ 180€.

vêtements connectés

UNE PRIORITÉ ECONOMIQUE POUR LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS

L’Europe est précurseur dans ce domaine et finance des programmes, notamment Biotex (2006) au service des personnes à la santé fragile, des programmes sur l’intelligence artificielle…

Le gouvernement français a intégré le textile connecté parmi les trente-quatre domaines prioritaires du Programme d’investissement d’avenir avec comme objectifs d’« Exploiter les opportunités offertes par les révolutions numériques et les nanotechnologies, grâce aux textiles intelligents et innovants ».

ET APRES !

On perçoit vite l’immense champ d’application des vêtements intelligents. Les prochaines étapes seront de baisser le coût souvent très élevé,  de séduire les usagers et de savoir gérer l’énorme quantité de données générée par ces vêtements 2.0. Une nouvelle architecture numérique se dessine !

Par | 2016-01-24T16:25:13+00:00 dimanche, 24 janvier, 2016|Catégories : E-Business, E-commerce, Entrepreunariat & Startups|Mots-clés : , |

À propos de l'auteur :

Brand Manager chez DIM
  • Sébastien Jégou

    Super article! #cool2.0