Les banques face à la menace des GAFA; faut-il s’inquiéter?

Les banques face aux menaces des GAFA; véritable sujet d’actualité, tant depuis quelques années, Google, Apple, Facebook, Amazon, investissent tour à tour le marché bancaire. Ils multiplient les signes montrant leur désir de concurrencer les banques, à tel point qu’ils commencent à inquiéter. Comment sont-ils perçus? Quels sont leurs atouts? Peuvent-ils vraiment bouleverser le marché bancaire?

 

Que pensent les français des GAFA comme banques? Des chiffres qui inquiètent.

 

La perception des géants du numérique                     comme opérateurs bancaires

 

 

Selon une enquête récente, 37% des français seraient prêts à utiliser les services bancaires proposés par les GAFA et/ou les opérateurs télécom; plus d’un français sur 3. Enorme, quand on sait que les produits sont en conception ou/et phase de lancement; quand on sait aussi que les redoutables armes de ces géants ne sont pas encore mises en marche (les données, la technologie et l’expérience client) pour un lancement de masse.

 

Que proposent les GAFA face aux banques?

 

Les GAFA s’implantent progressivement dans les différents secteurs de la banque, récupérant ainsi une part de marché qui pourrait augmenter avec le temps:

  • Apple a depuis quelques années Apple pay et se lance désormais sur Apple card,
  • Amazon, a d’abord commencé par le B to B avec  le service de paiement multi-devises, avant de s’orienter vers une offre de gestion et de financement avec Amazon Business Services,
  • Facebook, s’intéresse au paiement en ligne avec Facebook pay et n’a pas abandonné l’idée de sa monnaie Libra,
  • Google aussi avec Google pay prend place dans cette conquête.

Sur quels points les GAFA surpassent-ils les banques ?

Ils disposent de trois atouts qui leur donnent un avantage concurrentiel indéniable:

  • Une base de données exponentielles: 2,32 milliards d’utilisateurs pour facebook (facebook, whatsapp, messenger, instagram). A côté, JPMorgan compte 90 millions de clients et BNP Paribas, 21 millions de clients,
  • Une expérience client efficace qui permet aux GAFA de proposer des produits et services personnalisés à leur client, répondant ainsi à des besoins individuels,
  • Une avance technologique très conséquente. Le budget recherche et développement d’Amazon en 2018 est de 22,8 milliards de dollars; dans le même temps BNP Paribas disposait d’un budget de 6 millards de dollars. On voit mal comment les banques peuvent rattraper ce gouffre.

Quelles réponses des banques? L’open banking

Les banques assistent à une remise en cause de leur modèle traditionnel; un modèle intégré de producteur-distributeur, avec une logique d’intégration verticale: la banque produit ses propres solutions, contrôlant ainsi les activités de la chaîne de valeur. L’évolution des habitudes de consommation et le contexte du marché rendent nécessaire  la mutation de ce modèle obsolète vers l’open banking.

Qu’est que l’open banking?

 

Littéralement “système bancaire ouvert”, l’open banking est un ensemble de solutions favorisant l’ouverture et le partage de données bancaires entre les différents acteurs. Il est basé sur les API (Application Programming Interface).

Avec l’avènement de la directive sur les services de paiement (DSP), l’open banking a commencé à apparaître en Europe. L’objectif de la directive est de garantir un accès équitable et ouvert au marché des paiements, tout en renforçant la protection des consommateurs et de leurs données. Lors de la mise en œuvre de la directive, les banques étaient tenues de «divulguer» leurs données clients de manière sécurisée. À partir de ce moment, les jeunes entreprises peuvent commencer à développer des solutions pour offrir aux consommateurs des services plus innovants.

Quels types de données peuvent être partagés avec l’open banking 

Comme nous l’avons déjà vu, l’open banking comprend donc l’échange totalement sécurisé d’une certaine quantité de données du système bancaire. Dans ces coordonnées bancaires courantes, on retrouve: des informations sur les virements bancaires, les opérations bancaires quotidiennes, les paiements, etc …

Exemples spécifiques d’Open Banking 

Ils existe aujourd’hui, plusieurs  programmes qui permettent de gérer le budget ou de regrouper plusieurs comptes bancaires en un seul endroit pour simplifier la gestion de compte.

Ces applications proviennent d’Open Bank. En effet, ces solutions se connectent au système bancaire via des API  pour récupérer des informations sur toutes les opérations actuellement effectuées (débits, crédits, etc.).

Grâce à ces informations, ces programmes peuvent  dire, par exemple, combien vous dépensez en moyenne chaque mois en nourriture. Ils vous avertiront également en cas d’exagération à la fin du mois.

Désormais, de plus en plus d’applications  permettent également de conserver automatiquement des fonds sur un compte d’épargne.

 

Le modèle économique des banques a évolué face à la pression du consommateur (qui est aujourd’hui autonome, informé, a le choix, proactif), des GAFA et fintech avec leurs capacités de disruption et de la technologies qui ne cesse d’évoluer. Les banques se repositionnent donc pour faire évoluer leur modèle vers l’open banking via la fourniture des API qui est l’avenir de la banque. Leur survie dépendra de leur capacité à s’adapter et à se transformer.