C’est un fait: depuis plusieurs années, le numérique est entré dans nos vies et nous accompagne dans notre quotidien. La santé fait partie des nombreux domaines transformés par les acteurs du numérique et parmi eux, des entreprises françaises et des filiales françaises de groupes mondiaux.
Quels sont les apports du numérique français dans le domaine de la santé ?

Qu’est-ce que l’e-santé ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, précisons que l’utilisation du numérique dans le domaine de la santé est désignée sous l’appellation « e-santé ».

En effet, pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’e-santé se définit comme « les services du numérique au service du bien-être de la personne ». Elle se définit également comme « l’utilisation des outils de production, de transmission, de gestion et de partage d’informations numérisées au bénéfice des pratiques tant médicales que médico-sociales ».

https://www.bourgogne-franche-comte.ars.sante.fr/la-e-sante-quest-ce-que-cest
La e-santé: systèmes d'information, télésanté, télémédecine, m-santé, robotique. source: https://www.bourgogne-franche-comte.ars.sante.fr/la-e-sante-quest-ce-que-cest
La e-santé: systèmes d’information, télésanté, télémédecine, m-santé, robotique. source: https://www.bourgogne-franche-comte.ars.sante.fr/la-e-sante-quest-ce-que-cest

Le numérique dès la prise de rendez-vous

Aujourd’hui en France, cela démarre pour beaucoup d’entre nous dès la prise de rendez-vous avec le site https://www.doctolib.fr/ . Ce concept lancé en décembre 2013 avec 50 médecins partenaires, a pour vocation d’améliorer les parcours des patients et les rendre acteurs de leur santé. Le but est de pouvoir prendre rendez-vous en ligne 24 heures sur 24 et de réduire les délais d’attente. L’objectif est également d’aider les patients à gérer leurs données de santé en consultant l’historique de leurs consultations et en partageant en toute sécurité des documents avec leurs soignants.

La télémédecine se développe

Mais ce n’est pas tout, Doctolib a pour objectif de proposer, à partir de janvier 2019, un service de téléconsultations. Et oui, tout le monde ne le sait pas mais depuis le 15 septembre 2018, les consultations à distance sont officiellement accessibles sur le territoire français.

Le but est de « faciliter l’accès des citoyens aux soins sur l’ensemble du territoire, y compris dans les zones où les professionnels de santé sont peu nombreux ».

https://www.ameli.fr/assure/remboursements/rembourse/teleconsultations/teleconsultation

Différents types de consultations sont déjà mis en place. A Lyon, depuis début décembre, quatre pharmacies proposent un service de téléconsultation. Dans un autre genre, au siège social du groupe immobilier Icade en région parisienne, les employés ont accès dans les locaux à une « consult station » , une petite cabine de téléconsultation développée par H4D, une société française.

Toujours dans cette optique et afin d’améliorer la prise en charge des patients, la télé-expertise est développée dans le même temps.

Elle consiste pour un médecin à « solliciter d’un autre médecin son expertise en raison de sa formation ou de sa compétence particulière ». « À partir de 2019, dans les cas où ils estiment nécessaire de recueillir l’avis d’un confrère, les médecins pourront recourir à des télé-expertises en direct ou par messagerie sécurisée et avec le consentement du patient ».

https://www.ameli.fr/assure/remboursements/rembourse/teleconsultations/teleconsultation
Présentation de la « consult cabin » de H4D lors de la diffusion d’un reportage sur BFM concernant les déserts médicaux.

Les smartphones, alliés de poche au quotidien

Cette proximité virtuelle et quotidienne se fait encore plus tangible avec les applications pour smartphones. En effet, de nombreuses applications ont été créées dans le but d’accompagner et d’aider les gens dans leur vie courante.

Ainsi il existe des applications destinées à aider des personnes atteintes de pathologies lourdes. Par exemple : « Mon coach douleur » (Takeda France) permet le suivi au jour le jour par les patients atteints d’un cancer de leurs douleurs liées à la maladie et est aussi utile pour les professionnels de santé qui les suivent ; de nombreuses applications dédiées au patients diabétiques existent, comme « Gluci-check » (Roche Diabetes Care France) qui permet de calculer le taux de glucides des repas mais également de tenir un journal de suivi des mesures glycémiques et doses d’insuline ; les patients atteints d’hypertension artérielle pourront également trouver des applications pour les accompagner, comme « Automesure tensionnelle » (Ipsen Pharma en collaboration avec avec le Comité français de lutte contre l’hypertension artérielle), qui aide à enregistrer et gérer la pression artérielle. 

Il n’y a pas que des applications destinées aux patients atteints de maladies graves.  D’autres sont utiles à un public plus large, à titre préventif ou pour améliorer le bien-être. Ainsi « Alertes Pollens » (développé par Stallergenes Greer en partenariat avec le Réseau national de surveillance aérobiologique) permet de connaître les niveaux de pollen dans l’air et d’adapter notre journée en fonction et « Je vais bien dormir » (Processing box) vous coache pour améliorer votre sommeil.

Les serious games, un appui supplémentaire

Une dimension à  la fois éducative et ludique s’est également ancrée dans notre quotidien via les serious games.

Un serious game est une « application informatique qui combine une intention sérieuse, de type pédagogique, informative, communicationnelle, marketing, idéologique ou d’entraînement avec des ressorts ludiques issus du jeu vidéo ou de la simulation informatique. »

https://www.actu-environnement.com/ae/dictionnaire_environnement/definition/Serious-game.php4

Ainsi, depuis cet été, France Assos Santé propose « Take care », développé par Dowino. C’est un jeu de mise en situation qui a pour but d’apporter des informations de base ainsi que des renseignements sur leurs droits en matière de santé pour les 16-25 ans.

Image extraite du serious game « Take Care » conçu par France Assos Santé et Dowino

Qu’en sera-t-il demain ?

Pas besoin  d’aller chercher à l’autre bout du monde pour se faire une idée. Chaque été, à Castres, a lieu l’Université d’été de la e-santé. Elle est devenue un évènement international de premier plan. C’est ici que l’on découvre concrètement les prochains apports en matière de e-santé. Cette année les participants ont pu constater que les chambres des patients seront de plus en plus connectées grâce à des capteurs reliés au lit mais aussi à l’ensemble de la pièce. Le but sera de pouvoir observer et analyser en direct mais aussi a posteriori pour un meilleur suivi du patient. La cérémonie des Trophées de la e-santé 2018 a également mis en lumière plusieurs acteurs et innovations Français de ce domaine. Parmi eux, l’application « Lucine » accompagne et permet un meilleur suivi des patients souffrant de douleurs chroniques. L’application « Professeur Fizzgobble » est un serious game destiné aux enfants qui ont un parent atteint de sclérose en plaques. « Efelya » est une plateforme de télémédecine consacrée à l’amélioration de la prise en charge des femmes enceintes.

Lauréats des trophés de l’université d’été de la e-santé 2018. Crédit Photo: Laurent Frézouls pour www.lejournaldici.com

Si la preuve de l’utilité du numérique français dans le domaine de la santé est désormais avérée, on peut maintenant se demander quelles seront ses nouvelles innovations pour l’e-santé de demain. A votre avis, quelles seront les nouveautés et les prochains lauréats français de l’édition 2019 de
l’Université d’été de la e-santé ?

Pour aller plus loin

https://www.ameli.fr/assure/remboursements/rembourse/teleconsultations/teleconsultation

https://www.universite-esante.com

Le compte Twitter de l’Université E_santé: @UnivEsante

Sur Twitter, un incontournable de la E-santé: PHARMAGEEK https://twitter.com/LionelREICHARDT

Le Festival de la communication santé aborde également la E-santé: https://festivalcommunicationsante.fr/

Sources

https://www.bourgogne-franche-comte.ars.sante.fr/la-e-sante-quest-ce-que-cest

https://www.doctolib.fr/

http://www.leparisien.fr/economie/doctolib-va-se-lancer-dans-la-telemedecine-26-09-2018-7904073.php

https://www.leprogres.fr/lifestyle/2018/12/05/le-medecin-consulte-par-ecran-interpose-dans-les-pharmacies

https://www.20minutes.fr/sante/2221727-20180219-video-telemedecine-quoi-ressemble-cabine-teleconsultation-medicale

https://www.santemagazine.fr/sante/maladies/tension-diabete-sommeil-les-applis-sante-sur-smartphone-172360

http://www.leparisien.fr/societe/sante/huit-applications-mobiles-pour-prendre-soin-de-soi-23-04-2018-7679208.php

https://www.santemagazine.fr/sante/maladies/allergies-les-meilleures-applications-pour-traquer-le-pollen-188801

https://play.google.com/store?hl=fr

https://www.20minutes.fr/sante/2392755-20181211-take-care-serious-game-informe-jeunes-droits-sante

https://www.ladepeche.fr/article/2018/06/29/2827364-universite-ete-e-sante-intelligence-tous-etats.html