Le métier d’agent immobilier continue d’évoluer dans le temps, a-t-il encore sa place pour les prochaines années ? De nombreuses évolutions arrivent, voici un état des lieux sur la progression du métier d’agent immobilier dans quelques années.

La session de prospection

Tous les agents immobilier connaissent la prospection et chacun d’eux a sa propre méthodologie. Cette méthode permet de conserver un contact direct avec les personnes habitants en local. Cependant, l’agent immobilier doit maintenant aller encore plus loin pour répondre aux nouveaux enjeux digitaux. Tout d’abord, il doit commencer par faire un point sur la collecte des données disponible directement lors d’un point de contact avec les propriétaires. Ce premier point de contact sera intégré dans une base de données reliée à un CRM. Dès lors, les personnes concernées pourront être contactées par un professionnel de l’immobilier pour exposer leur projet de vente ou d’achat. L’ensemble des données concernées (envoi d’emails, contact téléphonique, etc.) permettront de commencer à déterminer l’état d’avancement du projet du client.

La communication

Pour rester dans la continuité de la prospection. Différentes méthodes existent, dont la création de contenu sur le blog d’une agence immobilière. Pour capter du trafic, les agences immobilières doivent désormais alimenter un espace dédié au site de leur agence immobilière, c’est à dire un blog avec du contenu pertinent. Celui-ci sera relié à différents réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Intagram, Linkedin…) afin de pouvoir mener des actions de communications en local, sponsoriser des évènements ayant lieu dans la zone de chalandise de l’agent immobilier, déterminer des stratégies de communication avec différents acteurs locaux…  Par la suite, cela permettra d’améliorer l’image de marque de l’agence immobilière concernée pour déclencher des points de contacts voire des appels téléphoniques ou directement une visite dans l’agence.

La gestion de l’agenda

L’une des premières chose à mettre en application lorsque l’on est commercial, tout secteur confondu : c’est la gestion de son agenda. De nombreux agents immobiliers utilisent encore l’agenda papier, dû à des personas moins technophiles que d’autres secteurs d’activités (mais cela commence à évoluer). Pour suivre la tendance, les négociateurs immobiliers doivent intégrer leur agenda dans un Cloud pour relier les différentes données collectez et rendre plus flexible la prise de rendez-vous entre collaborateurs en sachant exactement qui fait quoi, à quel moment.

L’intégration de l’intelligence artificielle devient un phénomène de plus en plus courant via le machine learning et peut devenir plus facilement accessible au marché de l’immobilier pour de plus petites structures (comme les agences indépendantes).  Pour l’instant nous assistons aux prémices, en récoltant différentes données en lien avec le quotidien de l’agent immobilier, on peut déterminer un classement des tâches à accomplir en les positionnants sur différentes plages horaires de la journée tout en tenant compte de celles des autres négociateurs. Ainsi, cela permettra une meilleure coordination de la prise de rendez-vous,  de visites (…) entre négociateurs faisant partie d’une même agence.

« Les rendez-vous clients sont gérés de la même manière : l’agenda sélectionne les heures pertinentes à proposer aux vendeurs et acheteurs. Lorsqu’un prospect semble déjà mûr, l’outil peut décider tout seul de le signaler à son agent immobilier et de lui recommander de décaler ses autres obligations pour le recevoir plus rapidement. »

La promotion des biens immobiliers

Durant ces dernières années, de nouvelles innovations on fait leur apparition, dont la visite virtuelle qui apporte un vent de fraîcheur dans l’immobilier. De la vidéo 360° à la modélisation 3D, les agents immobiliers peuvent mettre en avant leurs biens dans un tout nouveau contexte immersif pour leurs clients. Cette  nouvelle expérience client permet d’envisager d’autres perspectives encore méconnues ou beaucoup trop coûteux pour le moment sur le marché comme les vitrines interactives ou voire l’utilisation d’hologrammes qui ne sont pas encore disponible ou assez avancés pour le grand public.

Les visites

Désormais, avec ces technologies de pré-visite, l’agent immobilier peut établir un meilleur diagnostic entre chaque acheteurs et pourra mieux déterminer la qualification de ses clients et gagner du temps pour diminuer le temps de visite, voire ne plus avoir à le faire. Pour pousser encore plus loin l’utilité de la visite virtuelle, d’ici quelques temps, celle-ci inclura en plus la réalité augmentée pour proposer un réel home staging virtuel immobilier. Etant donné que la personnalisation devient un enjeu majeur aux yeux des consommateurs dans plus en plus de secteurs, « l’immo-personnalisation » à mesure que les acheteurs découvriront les pièces, pourront se projeter en y ajoutant des éléments décoratifs pour rendre le logement plus attrayant. Les clients pourront obtenir un devis en ayant la possibilité de sauvegarder le plan du logement accompagné des meubles choisis. Pour que ces éléments décoratifs puisse être réellement mis en place, différents groupes spécialisés en travaux, décorations (…) pourront être en collaboration avec les agences pour faire profiter du service aux futurs acquéreurs.

L’expertise et la connaissance locale entre le client et l’agent immobilier 

Aujourd’hui de plus en plus d’outils permettent de connaître différentes informations sur un bien immobilier. Beaucoup de données peuvent être consultées par les agents immobiliers ainsi que le clients. Dernièrement « depuis le 1er Janvier 2020, La base adresse nationale est désormais diffusée sous licence ouverte. Conformément à la décision du Premier ministre, elle est passée sous licence ouverte. » L’open source, utilisée dans de nombreuses catégories liée au digital donne la possibilité à tout le monde de devenir acteur dans un domaine. Ici, le fait de pouvoir donner la possibilité aux futurs acquéreurs ou vendeurs de mieux connaître les prix du marché sur la base de donnée etalab : https://app.dvf.etalab.gouv.fr/

Cela permet d’accroître l’autonomisation du client. Cependant la mise en vente ou l’acquisition d’un bien est un projet très chronophage demandant une expertise certaine. Pour de nombreuses personnes l’investissement d’un bien immobilier représente le projet de toute une vie. Un agent immobilier, possède une grande connaissance de son secteur et permettra d’établir les bonnes décisions pour faire bénéficier du meilleur prix ainsi qu’un gain de temps. Son expertise en local concernant l’ensemble des données des villes de son secteur, des projets urbains en cours ou à venir… permettra d’établir une liste d’informations correspondant aux attentes des acheteurs (« la distance exacte qui sépare un bien immobilier de la station de bus la plus proche ; la nature des commerces situés dans un rayon d’un kilomètre autour du bien ; les résultats affichés par les écoles du quartier sur les cinq dernières années, le taux d’emploi par rapport au volume de la population active ; le niveau sonore moyen dans un immeuble résidentiel ; etc. Ces données concernent aussi le parc immobilier, les caractéristiques des biens, et les prix »). Grâce à l’ensemble de ces données couplée avec son expertise ainsi que la base de donnée de son agence, cela définira un avis de valeur étant le plus précis possible sur le marché l’immobilier à l’instant T.

L’agence 

Là encore, nous pouvons évoquer la phygitalisation des agences qui se poursuivront dans quelques années (« processus par lequel une entreprise ou un point de vente va combiner les avantages d’une présence physique avec des applications ou fonctionnalités digitales »). Les agences sont des lieux de vie à part entière et doivent apporter de la sérénité aux propriétaires ou futurs propriétaires. « Elles seront dynamiques et interactives,  avec le temps des espaces seront dédiés aux pré-visites virtuelles et peut-être même holographiques. Un plan interactif de la ville permet d’afficher les lieux d’intérêt et des statistiques locales, à destination des candidats à l’achat. La gestion des espaces participe de la séduction du lieu, mais aussi de l’impression de professionnalisme qui s’en dégage. »

L’agent immobilier lui-même

Au delà de cette transformation digitale, l’agent immobilier lui-même restera une valeur sûre pour mettre en place un processus transactionnel immobilier fiable.

Le côté humain dans l’immobilier reste un point très important puisqu’il permettra de définir le lieux de vie d’une personne et l’environnement dans lequel il souhaite être. L’agent immobilier continuera « de consacrer une grande partie de sa journée à aller à la rencontre des habitants du quartier, à contacter des propriétaires, à échanger avec des prospects acheteurs, à passer des coups de téléphone à ses clients pour prendre des nouvelles, à accompagner ses vendeurs. Bref, il ne cesse pas de nouer du lien social et de développer des rapports de confiance. »

Source : FACILOGI ( en alternance chez FACILOGI durant 2020)

https://www.facilogi.com/blog/agent-immobilier-du-futur/

https://www.definitions-marketing.com/definition/phygitalisation/

https://www.etalab.gouv.fr/lannee-2019-pour-etalab-une-retrospective