Le Digital : à consommer avec modération !

Sommes-nous tous voués à devenir des ODM, des Organismes Digitalement Modifiés ? N’est-ce pas déjà un peu le cas ? Cet article n’a pas vocation à être exhaustif ou moralisateur, il s’agit plutôt d’un appel à l’utilisation modérée et réfléchie du digital. Petit rappel de ce que nous entendons par ‘Digital’ (également appelé ‘Numérique’ pour certains d’entre nous mais je ne vais pas rentrer dans ce débat) : il représente l’ensemble des équipements électroniques qui utilisent des représentations binaires (ordinateurs, smartphones, tablettes, smart TV) et qui sont connectés à Internet d’une manière ou d’une autre.

Personne ne s’opposera au fait de dire que le Digital a pris une place très importante dans nos vies. En 2014, Les Echos ont mené une enquête auprès des internautes pour savoir quelles étaient les innovations les plus importantes selon eux. Pour 66% d’entre eux, Internet, qui a globalement impacté tous les secteurs d’activité, est l’innovation qui a le plus changé notre société. Et désormais, nous avons une multitude d’appareils pour se connecter à la toile.

Internet innovation qui a changé le plus la société

Internet est l’innovation qui a changé le plus la société (source : Les Echos)

Il est donc indéniable que le Digital, notamment par l’intermédiaire du smartphone aujourd’hui, a un impact fort sur nos vies quotidiennes mais quel est notre regard sur ce sujet ? Si certains d’entre nous se réjouissent de toutes les possibilités qu’il nous offre, d’autres ont un regard beaucoup plus sombre sur cette évolution. Je vous laisse visionner la vidéo d’un des derniers titres de l’artiste Moby, mise en image par le non moins talentueux et célèbre illustrateur Steve Cutts, « Are You Lost in the World Like Me? ».

Moby nous explique :

Pour moi, la vidéo parle de notre dépendance toujours croissante aux technologies, et des interactions entre les gens, ou plutôt de leur absence d’interactions. L’accent est mis sur le fait que la technologie nous affecte, nous désensibilise.

Faut-il donc s’inquiéter de la place que prend le Digital dans notre société ? Faut-il plutôt en faire les louanges ? Si la réponse n’est ni l’un ni l’autre, la bonne question à se poser ne serait-elle pas davantage de se fixer des limites pour un usage réfléchi et modéré du Digital ?

  1. Quels sont les dangers du Digital ?

  1. La mutation de l’espèce humaine

Qui n’a pas entendu parler de l’excellente série télé de Netflix, Black Mirror, qui pose d’intéressantes questions sur l’avenir de l’homme et dépeint un futur proche plutôt inquiétant. Le titre de la série fait référence à tous les écrans désormais omniprésents et chaque épisode s’attache à imaginer les conséquences possibles des nouvelles technologies et l’impact qu’elles peuvent avoir sur les êtres humains et leurs interactions. Entre une société où chaque personne se donne mutuellement une note lors de toute interaction humaine, un implant cérébral qui modifie votre perception des autres ou encore qui vous permet de stocker et rediffuser vos souvenirs, un système de réalité virtuelle où l’on peut charger votre esprit après votre décès ou encore le « remémorateur », dispositif qui permet de scanner votre mémoire visuelle, la vision de ce futur n’est pas des plus réjouissantes. Bref, si vous ne l’avez pas encore fait, regardez au plus vite la série Black Mirror qui en plus d’être très bien réalisée, vous bouscule, vous fait réfléchir à l’avenir que l’on souhaite se construire.

Société Neuralink et cerveau biologique augmenté

La société Neuralink et le cerveau biologique augmenté

On pourrait croire qu’il ne s’agit ici que d’inventions de scénaristes un peu fous mais il existe un véritable courant de pensée qui prône l’utilisation des sciences et de la technologie afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales des êtres humains : le transhumanisme. Vous pensiez donc qu’un implant cérébral n’était que pure fiction ? Et bien non, le serial entrepreneur et visionnaire Elon Musk, fondateur notamment de PayPal, Tesla, Hyperloop ou bien SpaceX a annoncé en mars 2017 le lancement d’une nouvelle société, Neuralink, dont l’objectif est d’augmenter les capacités cérébrales de l’homme en nous implantant dans le cerveau de minuscules composants électroniques. Ce dispositif nous permettrait d’accéder à Internet, à des bases de données ou au cloud, le tout sans avoir besoin de parler ou de taper sur un clavier. C’est une nouvelle interface homme-machine que souhaite Elon Musk qui craint en effet que l’homme ne soit dépassé par l’intelligence artificielle. Il veut donc fusionner nos cerveaux biologiques avec l’IA. Les premiers prototypes sont attendus… dans cinq ans.

 

  1. L’emprise des notifications

Si nous remettons les pieds sur la terre ferme, vous avez sûrement déjà entendu parler de FoMo, l’acronyme de Fear of Missing Out, qui signifie en quelques mots la peur de manquer quelque chose. Effectivement, combien de fois jette-t-on un œil à son téléphone portable pour voir si nous n’avons pas reçu une notification liée à un nouveau follower Twitter, un commentaire sur Facebook ou Instagram ou peut-être encore l’arrivée d’un nouvel email dans sa boite de réception. C’est une vraie maladie, un stress mental qui touche notamment les personnes accros aux réseaux sociaux.

Notifications sur son smartphone

Les notifications sur son smartphone (crédit photo : Torsten Dettlaff)

Dans une étude récente de Deloitte, Global Mobile Consumer Survey 2016, les Français consultent leur smartphone en moyenne 26,6 fois par jour et ce chiffre passe à 50 pour les jeunes (18-24 ans). Les chiffres sont sûrement supérieurs aujourd’hui. Il est très facile de se faire happer par une notification et finalement perdre le fil de ce que nous faisions à l’origine. Même le géant Netflix en a très bien conscience et s’en amuse dans ce tweet :

 

  1. La recherche de plus de likes, de followers et de vues

Qui n’a pas assisté à cette scène désormais devenue banale où un individu va prendre 10 minutes à trouver l’angle parfait pour une simple photo de son plat au restaurant ? Ou bien la photo d’un site touristique ou d’un joli paysage ? Le réseau social Instagram en est bombardé, ce sont 95 millions de photos et de vidéos qui sont postées au quotidien. Aujourd’hui, il faut trouver la meilleure photo, celle qui nous permettra d’avoir un maximum de likes de la part de son réseau mais aussi de parfaits inconnus du monde entier.

 

Photo de nourriture

Photo de nourriture (crédit photo : Shutterstock)

Et certains sont prêts à tout pour cela. J’ai trouvé cet article édifiant sur une Youtubeuse américaine : afin de faire plus de vues, son compagnon doté d’une imagination débordante, a proposé qu’elle lui tire dessus alors que celui-ci tenait une simple encyclopédie sur le torse pour se protéger. Les plus grands spécialistes le confirment : un livre n’arrête pas les balles… Résultat : le jeune homme est mort sur le coup, laissant seule sa compagne (alors enceinte de leur deuxième enfant) et leur premier enfant âgé de 3 ans. La Youtubeuse a plaidé coupable d’homicide involontaire.

 

  1. Big Brother : IoT et l’intelligence artificielle

On ne peut pas non plus passer outre un des secteurs du Digital qui connait une très forte croissance : je veux parler de l’IoT (Internet of ThingsInternet des Objets). Il s’agit de la connexion des objets réels avec le réseau Internet ce qui leur permet d’échanger des informations et des données. On la considère comme la troisième évolution du web, d’où le nom de Web 3.0. L’usage de ces objets est assez varié, on peut notamment les retrouver dans des domaines tels que la santé, les transports, le logement ou encore l’industrie. Selon un rapport de Gartner datant de janvier 2017, ce ne sont pas moins de 20,4 milliards d’objets connectés qui pourraient exister en 2020. L’IoT peut ainsi prévenir certaines maladies, optimiser le trafic dans les villes ou encore nous faire faire des économies d’énergie.

Internet of Things ou Internet des Objets

Internet of Things ou Internet des Objets

Couplé à l’intelligence artificielle et des algorithmes complexes, il serait alors très facile de savoir quasiment tout de nous, un véritable Big Brother. Quid alors de la protection et de la régulation de la vie privée et de ses données personnelles, un des enjeux majeurs de cette évolution. Imaginez-vous une minute vous asseoir sur un banc public et recevoir une alerte sur votre téléphone portable vous informant :

Cédric, tu as pris 400g en très peu de temps, nous te conseillons de faire davantage de sport et de faire plus attention à ton régime alimentaire.

D’accord, très bien, c’est noté ! La dernière publicité du moteur de recherche Qwant illustre ces propos, certes uniquement sur la partie moteur de recherche, mais cela pourrait être facilement envisagé de manière plus générale avec tous les objets connectés de notre vie, qu’ils aient été choisis volontairement ou non.

 

On peut donc légitiment avoir des craintes sur l’impact du Digital dans nos vies et sur les conséquences que celui-ci a sur notre façon d’interagir avec la société. Cependant, s’il existe des dangers mis en évidence ci-dessus, personne ne peut non plus dénier les avantages que le Digital nous procure.

 

  1. Quels sont les bénéfices du Digital ?

  1. L’accès à l’information

Sans rentrer dans le débat des « fake news », le Digital a généralisé l’accès à l’information. Prenons l’exemple d’un élève de collège : vous souvenez-vous des difficultés lorsque vous deviez faire un exposé sur un sujet précis ? Si vous aviez un peu de chance, vos parents possédaient une encyclopédie en 25 volumes qui trônait fièrement dans la bibliothèque familiale, et pour la majorité d’entre nous, il fallait passer quelques heures au CDI de notre établissement, le Centre de Documentation et d’Information, pour trouver des articles ou livres relatifs au sujet de notre exposé. Un travail assez fastidieux…

Accès simple et rapide à l'information

Accès simple et rapide à l’information (crédit photo : William Iven)

Aujourd’hui, en quelques clics nous avons accès à une quantité impressionnante de données, entre les sites généralistes comme Wikipédia, les sites spécialisés, les études, recherches et thèses de professionnels ou encore l’ensemble des échanges sur les réseaux sociaux. Il y a encore quelques années, il m’arrivait de dire « ah, je l’ai sur le bout de la langue… » et de réfléchir au nom d’un artiste ou d’un film pendant plusieurs minutes voire plusieurs heures. Maintenant, il suffit de poser directement sa question à son smartphone ou aux assistants vocaux comme Siri, Cortana, Google Assistant et Alexa. Quoi de plus simple !

 

  1. La communication/le partage

Si l’accès à l’information est donc devenu aussi simple qu’un clic ou qu’une question posée à votre téléphone ou votre enceinte connectée, que dire des avantages du Digital dans la communication. Finies les cartes postales envoyées à ses amis du bout du monde une fois par an pour souhaiter les vœux, désormais il est très facile de rester en contact avec son entourage, plus ou moins proche, par l’intermédiaire notamment des emails et des applications de messagerie. Si je peux prendre un exemple personnel, je n’ai pas hésité à partir effectuer un semestre d’étude au bout du monde (en Nouvelle-Zélande) car je savais qu’à tout moment (enfin presque, selon l’horaire), je pouvais faire un « Skype » avec mes parents pour leur donner des nouvelles, se parler et se voir alors que nous étions à 18 717 km l’un de l’autre selon Google Maps. Quelques années plus tard, mes parents découvraient WeChat afin d’en faire autant avec mon petit frère basé à Pékin.

Selon les derniers chiffres compilés par l’agence We Are Social Singapour et Hootsuite, les messageries de Facebook, Messenger et WhatsApp, annoncent toutes les deux 1,3 milliard d’utilisateurs dans le monde. La communication est instantanée, elle n’a aucune frontière, aucune limite, il est possible de partager des photos, des vidéos ou des sites Internet. Le Digital a favorisé l’explosion des réseaux sociaux et du partage de contenus. Aujourd’hui, je mets en ligne les dernières photos de mon voyage sur Facebook et Instagram tout en envoyant un message pour souhaiter un bon anniversaire à mon meilleur ami ! Certes, cela reste malgré tout virtuel mais quel bonheur de pouvoir communiquer aussi facilement et rapidement.

 

  1. Le côté pratique et confortable

S’il y a bien un avantage qui est indéniable concernant le Digital, c’est bien le côté simple et pratique qu’il nous apporte. Fini le temps passé à faire tous les magasins de sa ville pour trouver l’objet dont vous rêviez, désormais celui-ci n’est qu’à seulement un clic de votre domicile. Et oui, je pense bien évidemment au commerce électronique ou e-commerce. Les nombres parlent d’eux-mêmes : selon la FEVAD, le chiffre d’affaires de l’e-commerce en France a dépassé les 80 milliards d’euros de ventes pour atteindre 81,7 milliards d’euros en 2017 (contre 72 milliards en 2016). Les acheteurs en ligne français ont passé en moyenne 33 commandes au cours de l’année 2017. Et ce n’est pas le géant Amazon qui s’en plaindra. Sur internet, l’offre de produits et de services n’a jamais été aussi large et dorénavant on peut très facilement acheter à partir de son smartphone ou de sa tablette. D’ailleurs, si je recoupe avec le paragraphe précédent, les réseaux sociaux sont un levier important pour découvrir de nouveaux sites de vente en ligne et de produits mais aussi pour faire des achats.

Chiffre d'affaires du e-commerce en France

Chiffre d’affaires du e-commerce en France (source : Fevad iCE iCM)

Que dire aussi du bénéfice offert par le Digital concernant les services publics. Même si cela ne fait pas toujours plaisir à tout le monde, il est possible de payer ses amendes mais aussi ses impôts directement en ligne. Plus la peine de se déplacer et d’attendre pendant des heures pour déposer plainte ou encore pour modifier l’adresse de sa carte grise. Tout peut se préparer ou se faire directement sur Internet. Même chose pour la banque, il n’est plus nécessaire de se rendre au guichet pour faire un virement. C’est un vrai jeu d’enfants qui ne prend que quelques secondes.

Enfin, quel bonheur aussi de profiter de services de vidéo à la demande tels que ceux proposés en abonnement par Netflix par exemple. Le film qui passe à la télévision ne vous plait pas, vous êtes accroc à une série télé, pas de problème, leur service est disponible sur des milliers d’appareils en continu lorsque vous passez de l’un à l’autre : télévisions, tablettes, smartphones, ordinateurs PC et Mac. Leur plateforme ergonomique vous laisse choisir la qualité d’affichage, la bande-son et les sous-titres. Point fort également de ce nouveau mode de consommation vidéo : son algorithme surpuissant qui, en se basant sur votre historique de visionnage, vous élabore des recommandations personnalisées et vous conseille les films, séries télé ou documentaires susceptibles de vous intéresser.

 

Si on pouvait avoir certaines craintes quant au Digital, on remarque que les avantages que nous pouvons en retirer sont également très nombreux. Tout n’est donc pas noir ou blanc mais il faut plutôt essayer de trouver une façon de consommer le Digital et tous ces écrans avec plus de modération.

 

  1. Mes recommandations

  1. Vivre l’instant présent

En lisant de nombreuses listes de bonnes résolutions pour la nouvelle année qui débutait, j’ai remarqué qu’il en avait une qui revenait assez régulièrement : réduire fortement voire totalement stopper les notifications « push » sur son smartphone. Effectivement, sauf cas exceptionnels ou de force majeure, il n’est pas utile de se jeter sur son téléphone pour connaître le dernier commentaire sur sa photo Instagram ou d’aller voir le dernier email reçu. Si vous êtes avec des amis ou votre famille, laissez votre téléphone à l’abri de votre regard pour partager l’instant présent, un bon repas, une discussion intéressante ou non. On peut tout de même le sortir pour prendre quelques photos ! Evitez également l’utilisation du double écran : si vous regardez une série télé, de la même manière, éloignez votre smartphone pour vous concentrer sur ce que vous regardez.

Vous pouvez également essayer de limiter votre temps passé sur les jeux vidéo et favoriser régulièrement les jeux de société. Je vous promets qu’il n’y a pas que le Monopoly ou le Scrabble et que de très nombreux jeux vous permettront de passer une très bonne soirée entre amis, si je peux en citer un (plutôt pour adultes, à ne pas mettre dans toutes les mains) : Blanc-manger Coco. Si vous souhaitez pousser l’opération un peu plus loin, pourquoi ne pas faire de temps en temps une journée ou bien même un week-end « Digital Detox » ?

Jeux de cartes

Une petite partie de tarot ou de belote entre amis (crédit photo : Inês Ferreira)

N’ayez pas peur de l’inaction, de l’ennui ou même du silence. L’usage de nos appareils électroniques et notamment du smartphone a peu à peu comblé des moments où nous prenions le temps d’écouter, d’admirer (un paysage), de penser ou de réfléchir. Le téléphone s’est même invité jusque dans nos toilettes… On remarquera ainsi une croissance des activités du type yoga et méditation où finalement on se reconcentre sur soi-même, sans être pollué en permanence par la tentation du smartphone par exemple.

 

  1. Se voir physiquement

Comme on a pu le voir précédemment, le commerce électronique est toujours en pleine croissance et se porte bien. Mais si le Digital a favorisé cette évolution, de nombreux acteurs du marché savent désormais que vendre sur Internet ne fait pas tout et certains mêmes reviennent aux commerces plus traditionnels en complétant leur offre avec des magasins physiques. On peut citer le rachat de Whole Foods par Amazon ou encore Alibaba qui a investi plusieurs milliards dans le retail physique. Dans la dernière étude Shopper Observer de Havas Paris, on peut remarquer que 57 % des 18/24 ans souhaitent que les grandes plateformes de e-commerce comme Amazon ou Vente-Privée.com ouvrent des magasins physiques. Le commerce physique reste aujourd’hui le canal privilégié des achats, l’e-commerce ne représentant que 8,7% des ventes de détail globales dans le monde en 2016.

Le commerce physique reste aujourd'hui le canal privilégié des achats

Le commerce physique reste aujourd’hui le canal privilégié des achats (crédit photo : Anthony Martino)

Parlons du phénomène du ROPO (Research Online, Purchase Offline) : le consommateur effectue dans un premier temps une recherche sur Internet puis ensuite il achète dans un lieu physique, un magasin ou une boutique. Cela s’inscrit dans ce qu’on appelle le web-to-store qui est une vraie tendance de fond du commerce. Selon le baromètre Web-to-store publié en novembre 2016 par Mappy et l’institut de sondage BVA, 89% des acheteurs se déclarent intéressés par le web-to-store et 91% des consommateurs ont pratiqué le ROPO. Les clients souhaitent voir ou toucher les produits mais aussi bénéficier des conseils des vendeurs, avoir un rapport humain pour les confirmer dans leur décision d’achat. Bien évidemment, certaines catégories de produits sont moins impactées par ce phénomène.

 

  1. Garder une part de mystère et se protéger

Enfin, il est important aussi de faire attention à toutes les informations que vous partagez sur Internet via vos différents appareils et vos applications. Si le Digital a permis le partage de contenus en tous genres, il a également favorisé la communication d’informations personnelles à nos applications, sites et services internet. Qu’il s’agisse de nos préférences, de nos coordonnées, de nos amis, de nos mensurations, sans parler de nos commentaires et opinions, nos données sont disponibles chez nos marques et plateformes préférées et il est difficile de savoir comment elles sont utilisées. Cela va sûrement évoluer avec la mise en place du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) en mai 2018 mais c’est un sujet important qui nécessite une vigilance toute particulière.

Par ailleurs, faut-il absolument tout partager, surtout sur les réseaux sociaux ? Ne faudrait-il pas garder une part de mystère ? La crainte avec la puissance du Digital est peut-être que nous devenions de véritables livres ouverts. Vous pouvez donner quelques informations importantes et utiles vous concernant, mais il n’est peut-être pas nécessaire d’étaler de long en large votre intimité, vos pensées les plus secrètes, vos envies les plus folles ou des « coups de gueule » qui finalement pourraient se retourner contre vous dans le futur. Cela ne peut pas faire de mal à votre e-réputation !

 

En conclusion…

 

Nous vivons depuis quelques années une révolution numérique qui, comme on a pu le voir, peut être assez effrayante sur la façon dont elle peut s’immiscer dans notre quotidien voire dans notre chaire. On s’interroger d’ores-et-déjà sur le devenir de l’Homme. Mais s’arrêter à cela serait nier les bénéfices extraordinaires que le Digital nous a apportés, un accès quasi illimité au savoir, une facilité de communication et d’échange avec le monde et avec son entourage.

Finalement, il ne faut pas ni le rejeter ni l’embrasser de manière naïve mais plutôt apprendre à vivre avec les outils numériques. Le Digital est aussi important que la découverte du feu, nous devons le tester, jouer avec pour ensuite apprendre à le maitriser. Sans y faire trop attention, on se retrouve facilement happé par tous nos appareils connectés à Internet, passant beaucoup de temps à naviguer sur les médias sociaux ou à regarder des vidéos. Il semble aujourd’hui que la reconnaissance sociale ne passe finalement pas par ce que l’on est ou ce que l’on fait, mais plutôt par ce que l’on montre, la façon de marketer sa vie (du personal branding) à la recherche éperdue de toujours plus de followers ou de likes.

Montre gousset

Nous devons nous réapproprier notre temps de cerveau (crédit photo : Jiyeon Park)

Nous devons nous réapproprier notre temps de cerveau pour pouvoir hiérarchiser toutes les informations auxquelles nous sommes soumis car tout arrive au même niveau, notamment par l’intermédiaire de cet outil incroyable qu’est le smartphone. C’est l’objectif de l’organisation Time Well Spent créée par Tristan Harris, un ancien employé de Google : lutter contre les plateformes technologiques qui « hijackent » l’esprit de plus de deux milliards de personnes. Il a été rejoint depuis par de nombreux autres talents pour bâtir le Centre de Technologie Humaine (Center for Humane Technology).

Le numérique est un sujet incontournable. Dans sa dernière bande dessinée, Bug, Enki Bilal imagine un avenir assez proche (2041) où la mémoire de l’humanité est entièrement informatisée. La population vit à travers les écrans, les ordinateurs et les téléphones, qui sont les seuls témoins de leur passé, et les complices de leur avenir. Vous imaginez la suite : aspiré par une force indicible, toutes les données disparaissent et plus aucun appareil numérique ne fonctionne. Que faire quand vous ne vous servez plus de votre mémoire depuis longtemps ? Je vous laisse dévorer la BD.

Pour conclure, le Digital doit être et doit rester au service de l’humain mais ne doit pas l’asservir. Lâchez régulièrement votre ordinateur, votre tablette et votre téléphone pour aller vous balader, voir vos amis ou simplement partager un bon moment ! Le Digital est finalement comme le bon vin : c’est à consommer avec modération. Et je rappelle aussi qu’une émoticône 😊 ne vaudra jamais un vrai sourire.

Repas de famille

👉 Si vous avez aimé ce contenu, partagez-le avec le monde entier, éteignez ensuite votre ordinateur ou votre téléphone et allez faire un tour, boire un coup ou encore dites simplement bonjour à votre prochain voisin dans les transports en commun !

Par | 2018-02-26T16:35:46+00:00 jeudi, 22 février, 2018|Catégories : E-commerce, Objets connectés / IOT, Tech|

À propos de l'auteur :

Etudiant au #MBAMCI Promo 2018 • Ex Kedge Bordeaux, Microsoft & Digital River • Membre du Team E-manist • Curieux de tout #Digital #Ecommerce #SocialMedia #SportsBiz et notamment de soi-même #Running & #Trail • Optimiste réaliste • "La douleur est temporaire, l'abandon est définitif" • #BeHappy

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.