Si vous lisez cet article, c’est que vous faites partie des 4,4 milliards d’internautes soit près de 57% de la population mondiale (Etude Hootsuite We are Social) qui passent en moyenne plus de 6 heures et demie par jour ce qui équivaut à plus de 100 jours de temps en ligne chaque année pour chaque internaute ce qui représente 1,2 milliard d’années en ligne en 2019 pour l’humanité toute entière.  En étant green et digital, comment ne pas être schizophrène ?
J’espère que mon article vous fera réfléchir et que vous serez prêt(e)s a changer vos habitudes !

Que ce soit dans notre sphère personnelle ou professionnelle, Internet  via un ordinateur, une tablette ou un mobile est devenu essentiel à notre vie : nous échangeons tous régulièrement des emails, regardons Netflix le soir pour nous détendre, écoutons de la musique sur Youtube et effectuons de multiples recherches chaque jour sur Google.

Quand on est green et digital, il est bien souvent difficile d’arbitrer entre les 2. Je ne me prétends pas irréprochable, cependant, je pense que chacun, de façon modeste, et chacun à son échelle peut être acteur du changement. C’est un cercle vertueux où l’on se sent plus utile, où l’on oublie le « moi » pour penser au « nous » et où l’on donne plus de sens à son quotidien.

A l’échelle de 4,4 milliards d’internautes, tout ce que nous faisons a un impact sur notre planète : empreinte carbone, consommation électrique, épuisement des ressources naturelles, émissions de gaz à effets de serre…Quelles sont les conséquences concrètes du numérique sur notre environnement ? En étant écolo et digital, comment peut-on, chacun à notre échelle , contribuer positivement grâce à des solutions simples ?

1. Testons notre empreinte écologique

Avant de se flageller, il est important de mesurer son empreinte écologique, c’est-à-dire de mesurer la pression qu’exerce chacun sur son environnement grâce au test développé par le Global Footprint Network. Elle mesure la quantité de surface terrestre bio-productive  dont on a besoin pour produire les biens que nous consommons.

Dans mes résultats ci-contre, le jour de dépassement de mon empreinte carbone est le 31 mars et si tout le monde vivait comme moi il faudrait 4,1 planètes alors que je me déplace à pieds, en train et transports en commun. J’ai encore beaucoup à faire pour m’améliorer grâce aux conseils donnés après le test.

Et vous?

2. Quelques chiffres évocateurs 

« Les opportunités du numérique étant précieuses, mieux les calibrer est essentiel pour en préserver l’utile. Être ‘sobre’ à l’échelle de notre société, c’est donc réinventer nos usages pour qu’ils soient compatibles avec les contraintes climatiques. C’est un défi stimulant, et ce rapport m’a permis de commencer à le mesurer. » Maxime Efoui-Hess, auteur du rapport, The Shift Project

Selon le Think-tank The Shift Project, le numérique pollue même plus que le transport aérien. Découvrez ci-contre, en infographie, les chiffres clés d’une pollution qui est loin d’être anecdotique

Le numérique c’est aujourd’hui 4 % des gaz à effet de serre du monde, et sa consommation énergétique augmente de 9 % par an.

The Shift Project a publié en octobre 2018 le rapport « Lean ICT – Pour une sobriété numérique » (2018). Ils expliquent que la sobriété numérique consiste à prioriser l’allocation des ressources en fonction de nos usages quotidiens, afin de se conformer aux limites planétaires, tout en préservant les apports sociétaux les plus précieux des technologies numériques.

Ils s’interrogent aussi  sur la pertinence de notre consommation du numérique notamment pour la vidéo dans ce nouveau rapport « Climat : l’insoutenable usage de la vidéo en ligne – Un cas pratique pour la sobriété numérique » (2019) .

3. Green et digital : Et si nous avions toutes les solutions en main pour agir chacun à notre échelle ?

N’étant pas irréprochable, à aucun moment je ne prétends vous faire la morale, cependant je me dis qu’à la vue des conclusions présentées par le GIEC, il serait dommage de procrastiner, d’attendre en me cherchant des excuses et de ne pas penser aux générations futures pour changer quelques-unes de mes habitudes.
Tout comme Julien Vidal Ca commence par moi, je pars du principe que nous pouvons tous adopter une action éco-citoyenne en vivant normalement, en se souciant de l’environnement, de notre prochain et de notre santé, en économisant de l’argent et en étant plus heureux !

Alors prêt(e)s ?

4. Green et digital : Arrêtez d’être schizophrène !

Comment commencer à être être acteur du changement en 10 astuces !

1. Je vide la corbeille et les spams de ma boîte mail

Pour aller un peu plus loin, si chaque Français supprimait cinquante mails, le résultat équivaudrait à l’extinction de la tour Eiffel pendant quarante-deux ans ou bien celle de 2,7 milliards d’ampoules basse consommation pendant une heure. Tout de suite ces chiffres rendent les choses bien plus concrètes !

2. Je surfe de façon citoyenne sur internet

Grâce à Ecosia, les bénéfices générés par vos recherches en ligne permettent de planter des arbres là où le besoin se fait le plus sentir. Installez l’extension de navigateur gratuite et plantez des arbres à chaque recherche.

Grâce à Lilo, vos recherches financent gratuitement des projets sociaux et environnementaux.

3. Je me désabonne des Newsletters pour éviter l’envoi inutile d’emails qui atterrissent dans mes spams !

Pour vous faciliter la tâche vous pouvez utiliser Cleanfox.io.

4. J’adopte un fond d’écran noir, moins consommateur d’énergie, pour mes recherches grâce à Blackle.

5. J’achète un téléphone d’occasion sur Backmarket ou un téléphone plus responsable tel que Fairphone et je recycle mon vieux téléphone avec MonExTel

6. Je désactive l’autoplay des vidéos sur Facebook

Via mon ordinateur :

A. Cliquez sur la flèche en haut, à l’extrême droite puis sur Paramètres.

B. Dans le menu de gauche, cliquez sur Vidéo complètement en bas.

C. Cliquez sur le menu déroulant à côté de Lecture auto des vidéos et positionnez l’option sur Non.

7. J’arrête de me servir de mon téléphone comme réveil

Cette solution est un bon moyen d’être moins dépendant de votre mobile et de ne pas dépenser de l’énergie inutilement. 8h c’est le tier d’une journée et c’est autant d’énergie économisée. En plus ça fait moins d’ondes chez vous pendant votre sommeil !

8. J’éteins mes appareils en veille 

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), la puissance totale des veilles cachées pour un foyer dépasse souvent 50 W. Les supprimer représenterait une économie de plus de 80 €/an. Heureusement, avec un peu d’astuce, faire des économies d’énergie est à portée de mains !

9. Je sauvegarde mes emails sur mon ordinateur

Tous les e-mails que je souhaite conserver seront stockés précieusement sur mon ordinateur (ou même sur un disque dur externe) plutôt que dans un data-center qui consomme de l’énergie et est probablement situé à l’autre bout de la planète.

10. J’évangélise mes collègues, les ressources humaines et je challenge mes managers.

Je fais savoir mon engagement et je communique sur mes résultats en intégrant la RSE à ma stratégie digitale.

 

Pour plein d’alternatives sur comment être acteur du changement, n’hésitez pas à consulter les 400 manières de contribuer selon ses talents, ses disponibilités et ses moyens à la transition énergétique sur le site Ca commence par moi 

Alors convaincu(e)s que les petits ruisseaux font les grandes rivières et que chacun à son échelle peut contribuer…Vous commencez quand ?

Sources :

https://theshiftproject.org/

http://www.carbone4.com/

https://medium.com/wsflab-2016/pas-si-green-le-digital-agissons-f0d40e2fccda

https://unsplash.com/

http://www.rfi.fr/science/20190813-pollution-numerique-internet-environnement-infographie

https://www.quechoisir.org/conseils-economies-d-energie-la-consommation-cachee-des-appareils-en-veille-n6967/