Parce que nous sommes 94% à leur faire confiance, la formation continue des médecins est indispensable à la relation médecin-patient. La réalité virtuelle, ou RV, offre de nombreuses applications éducatives en eSanté, tant pour renforcer les compétences techniques des médecins que pour développer leurs compétences sociales, ou soft skills.

Se former aux gestes techniques grâce à la réalité virtuelle

Une immersion en 3D dans le corps humain, c’est ce que permet la réalité virtuelle pour simuler des interventions ou simplement étudier l’anatomie. La valeur ajoutée de la RV pour la formation?

L’immersion engendre des émotions. Et les émotions facilitent l’apprentissage par une mémorisation accrue.

“Jamais la première fois sur le patient”

La visualisation en 3D permet aux étudiants de mieux comprendre les mécanismes complexes du corps humain. Des programmes de formation en réalité virtuelle à destination des étudiants sont disponibles mais ne font actuellement pas partie du cursus standard de médecine.

Certaines facultés commencent cependant à s’intéresser à la RV. C’est le cas de la Faculté de Médecine de Limoges qui a fait tester un module de formation RV de la société SimforHealth à ses étudiants. Bien que certaines facultés envisagent de mettre en place une pièce dédiée à la formation par réalité virtuelle, le coût initial du développement d’un simulateur en RV reste actuellement un frein majeur à une adoption élargie.

 

realite virtuelle fac medecine limoge

Test d’un module de formation RV par un étudiant en médecine de la Faculté de Limoges

Parce que chaque patient est différent

La première opération chirurgicale assistée par de la réalité mixte a été réalisée à l’hôpital Avicenne de Bobigny en décembre dernier. Grâce à des clichés anatomiques 3D des membres et organes du patient modélisés avant l’opération, le chirurgien pouvait simuler des rotations et des positionnements particuliers avant d’effectuer le geste sur la patiente. Cela lui permet non seulement de préparer l’intervention, mais également de prévenir d’éventuelles complications.

Réalité virtuelle Hôpital Avicienne Bobigny

Simulation en réalité virtuelle à l’Hôpital Avicenne de Bobigny

« On passe de l’époque de Saint-Exupéry à celle du pilote de ligne. Le chirurgien a son cockpit devant les yeux et tous les éléments pour standardiser son opération » Dr. Thomas Grégory

Formation collaborative en réalité virtuelle

Une des dernières innovations de SimforHealth, éditeur d’outils numériques de formation dans le domaine de la santé, offre la possibilité pour plusieurs intervenants de collaborer dans l’environnement virtuel afin de reproduire au mieux les conditions réelles du bloc opératoire.

La RV pour développer les soft skills des médecins

La prochaine étape dans l’évolution de la réalité virtuelle est celle des agents virtuels animés. Il s’agit d’intégrer les émotions, les relations et normes sociales dans le comportement de ces avatars. Des applications dans le domaine de la formation des personnels de santé sont actuellement à l’étude.

Préparer le personnel soignant à des situations exceptionnelles

Arrivée aux urgences de dizaines de patients blessés suite à l’explosion d’une bombe ou cas d’épidémie: ce sont des situations auxquelles les professionnels de santé ne sont pas exposés pendant leur études ni leur carrière. Et ce sont des applications pour lesquelles la formation en RV offre une vraie valeur ajoutée.

C’est le cas du projet Victeams de la société Reviatech. L’objectif est d’entraîner les leaders médicaux sur des compétences non techniques qui ne font pas partie de leur cursus de formation (communication, gestion du stress, leadership). Avec un budget de près de 3 millions d’euros, ce projet est financé par des fonds publics et privés. Un prototype est attendu pour 2019.

Réalité virtuelle Victeams Reviatech

Projet Victeams pour entraîner les leaders médicaux sur des compétences non techniques comme la gestion du stress

Gérer l’annonce d’une mauvaise nouvelle à un patient

L’annonce d’une mauvaise nouvelle constitue une étape majeure de la relation avec le patient et est une grande source de stress pour les professionnels de santé. Preuve de l’importance de ce sujet, la Haute Autorité de Santé préconise la formation des médecins à l’annonce d’événements indésirables et a d’ailleurs publié un Guide de bonnes pratiques de la HAS.

Mais comme dans tout apprentissage, la pratique est indispensable pour acquérir les bons réflexes. Aujourd’hui la pratique se fait à l’occasion de jeux de rôle. Des acteurs jouent le rôle du patient à qui le médecin annonce une mauvaise nouvelle. Ce sont des environnements coûteux et lourds à mettre en oeuvre.

> Un avatar patient qui a une capacité de dialogue et de compréhension

Le projet ACORFORMed du CNRS est une plateforme de réalité virtuelle pour former les médecins à l’annonce événements indésirables graves avec un agent conversationnel animé. Ce patient virtuel autonome est capable d’adapter ses réactions en fonction du comportement de la personne qui porte le casque de RV. Il réagit à son intonation, ses gestes, postures, regards, et expressions.

Cette question de l’interaction appartient au domaine de la science et de l’étude des comportements sociaux et des émotions.

> Faire ressentir aux médecins les mêmes émotions que celles qu’ils ont ressenties dans leur pratique

Ce projet a été testé par des médecins du Centre de Lutte contre le Cancer Paoli-Calmettes de Marseille. Les premières réactions suscitent parfois des rejets par peur d’une volonté de formatage. Mais après avoir testé le système, les médecins comprennent que l’objectif n’est pas de leur dicter leur comportement mais de l’adapter selon leur personnalité et leur capacité d’empathie.

> Bien gérer l’annonce de mauvaises nouvelles a un effet positif sur le patient

Des études ont montré que la communication du médecin avec son patient a un impact sur le traitement de ce dernier. Cela a également un impact côté médecin: le fait d’être formé réduit l’anxiété et donc le risque de dépression, et réduit également le risque de procès en cas de complication.

Nous n’en sommes qu’au début. Même si elle reste encore limitée, la réalité virtuelle voit son utilisation en eSanté augmenter. Le marché de la Santé AR/VR est évalué à 5,1 milliards de dollars d’ici 2025. Au-delà des applications éducatives, la réalité virtuelle va continuer à se développer pour la thérapie, notamment la gestion des phobies. Alors adieu arachnophobie, mal de mer ou peur du dentiste grâce à la réalité virtuelle?

 


Découvrir d’autres articles sur la eSanté:


Sources:

  • Entretien sur le projet ACORFORMed avec Philippe BLACHE, chercheur au Laboratoire Parole et Langage (LPL), et Magalie OCHS, Maître de Conférence au Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes (LSIS) – Journées nationales de l’innovation en santé, le 27/01/2018
  • https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2017/07/12/le-medecin-figure-plebiscitee-dautorite-et-de-confiance-selon-un-sondage_849275
  • https://www.20minutes.fr/magazine/realite-virtuelle/tout-savoir/la-realite-virtuelle-nous-aide-a-ressentir-plus-demotions-2125/
  • https://solerni.org/blog/2016/03/les-emotions-au-coeur-de-nos-apprentissages/#.WqEIu-jOVPY
  • https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/limoges/realite-virtuelle-faculte-medecine-limoges-1346253.html
  • https://www.rencontres-simulation-numerique-sante.com/etapes/bilan-les-rencontres-de-la-simulation-numerique-en-sante/
  • http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0094207

Crédits photos/vidéos:

  • Faculté de médecine de Limoges
  • Hôpital Avicenne APHP
  • SimforHealth vidéo CES 2018
  • Reviatech et victeams project
  • Centre de la réalité virtuelle de la méditerranée (CRVM)