Éco-conception web : les bonnes pratiques pour un site écologique

 

Aujourd’hui nous nous soucions tous des aspects écologiques qui entourent notre environnement. Ainsi, lorsque l’on parle d’écologie, nous évoquons directement le recyclage, limiter la pollution, or certaines sont plus invisibles que d’autres tel que le numérique. Cependant, alors qu’il est tout à fait possible d’agir à ce niveau, les démarches éco-responsable dans ce domaine restent assez marginale.

 

Qu’est-ce que l’éco-conception ?

 

L’éco-conception c’est la prise de conscience du cycle de vie d’un produit, afin d’assimiler les différents enjeux qui en découle tout au long de celui-ci. Cette réflexion permet d’avoir une approche circulaire du cycle de vie des produits/services. On peut simplement le résumer à l’intégration des aspects environnementaux dès la conception d’un produit/service. Le but final étant de réduire au maximum les aspects négatifs qu’il peut dégager et le développer afin qu’il ait le moindre impact possible.

Nous voyons souvent les services numériques comme ayant un aspect positif pour l’environnement car ils résultent de la dématérialisation (moins de papiers, plus de pages web). Néanmoins, ce n’est pas forcément le cas, la consommation d’énergie et l’utilisation de ressources non renouvelable pour créer les terminaux remettent fortement en cause ces dogmes.

 

Pourquoi est-ce nécessaire ?

 

Tout d’abord pour répondre aux enjeux écologiques que nous rencontrons actuellement. En effet, 4% des gaz à effet de serres sont émis par le numérique, soit presque autant que le secteur aéronautique (hors période de covid)*. De plus, 10% de l’électricité consommé en France sert à alimenter les data centers qui servent à traiter et stocker nos données. Contrairement à d’autres approches qui peuvent s’apparenter au greenwashing, l’éco-conception web se veut durable pour avoir un réel impact à long terme.

 

Le cycle de vie d’un site web

 

 

  1. La conception

C’est dès cette première étape qu’il est nécessaire et indispensable de prendre en compte l’optimisation du site internet. Elle permet d’évaluer ce qui est indispensable de trouver sur celui-ci pour les internautes. Les sites web éco-conçu ont des nombres de pages moins conséquents, l’important est de trouver l’information rapidement et sans trop de requête aux serveurs. Il est intéressant de se fixer un poids par page afin de rester dans une logique d’éco-conception. Par exemple, chaque page devra peser moins d’1 Mo.

 

  1. Le design

Il s’agit ici de créer un site web peu énergivore en termes de structure. En faire quelque chose d’épuré et simple, tout en faisant en sorte qu’il reste attrayant pour les internautes. Le but étant de limiter les éléments et d’aller à l’essentiel.

 

  1. Le développement et l’intégration

Pour un site web éco-conçu, le développement et l’intégration est une étape cruciale. En effet, il faut réfléchir à la façon dont on l’écrit afin de l’alléger au maximum et de garder uniquement le code utile. Il faut éviter les répétitions ou l’utilisation de divs et classe qui sont inutiles. En plus de cela, un site web éco-conçu aura l’avantage d’être plus rapide, moins énergivore et plus efficace.

 

  1. Les tests et validations

Cette phase permet de vérifier que chacune des étapes précédentes a été optimiser et de ne proposer uniquement que des services fonctionnels, qui se basent sur l’essentiel, tel que le fait de trouver les informations rapidement.

 

  1. Le déploiement

C’est à cette étape que l’on met en ligne le site web. C’est donc le moment de décider sur quel serveur on va héberger notre site web. La localisation et la politique environnemental de ceux-ci doivent être pris en compte lorsqu’il y a une volonté éco-responsable.

 

  1. La maintenance et les mises à jour

C’est la phase qui permet au site web de fonctionner correctement. En revanche, on remarque qu’un site éco-conçu demande moins de maintenance qu’un site web lambda dû à l’ensemble des étapes précédentes. En effet, un code plus réfléchi entraine moins de problèmes / bugs.

 

Quelles astuces pour un site web éco-responsable ?

 

➝ Utiliser des outils pour alléger son code

En effet, l’utilisation de UnCSS Online permet d’éliminer le code CSS inutile et non utilisé par un site web déjà en place. Il est donc possible d’intégrer ce principe d’éco-conception même pour un site internet déjà existant.

 

➝ Choisir un hébergeur vert

Il est très facile de trouver un hébergeur vert aujourd’hui. Ils sont tout aussi performants, simplement alimentés autrement par des énergies renouvelables. En France, on retrouve notamment Infomaniak, Ex2 ou Hostpapa.

 

➝ Compresser ses images

Les images lourdes prennent du temps à charger et de la place sur les serveurs. Il est intéressant de se fixer également une limite afin d’avoir une taille maximal pour les images pour ne pas se retrouver avec des images pesant 1Ko, ce qui aurait un impact sur le chargement de la page.

 

➝ Prendre en compte la fin de vie du site

Ce n’est pas forcément l’une des premières préoccupations que nous devons avoir, mais il est important de penser à la suite des évènements. Prévoir sa suppression peut être une solution afin de ne pas favoriser le développement du cimetière numérique.

 


Retrouvez des articles similaires ici:

  • Sobriété numérique monde digital ecoresponsable justine flament
  • Eco-responsable-digital-Sophie-Lagauche
  • green it démarche réduire impact environnemental digital justine flament


Sources:

*https://www.tom.travel/2019/07/19/numerique-pollue-plus-que-aerien/

https://www.aristys-web.com/eco-conception-web

https://www.eco-conception.fr/static/leco-conception-les-concepts.html