Le football français connait une période difficile. Personne n’ignore aujourd’hui que les clubs français peinent à remplir les gradins de leur stade. En effet, dans le championnat de Ligue 1, cette saison 2016/2017, la moyenne des spectateurs par stade est de 20 570 alors que cette dernière était de plus de 22 500 deux ans auparavant selon la LFP. Nous notons donc une baisse de 8.5% de la fréquentation générale et nous constatons que celle-ci est également beaucoup plus faible que celle de nos voisins anglais, allemands ou encore espagnols.

Quelles en sont les causes  ?

Cette baisse d’affluence s’explique par différents facteurs, parmi lesquels nous retrouvons le manque  flagrant de spectacle sur nos différents terrains. Celui-ci est fortement lié aux stratégies sportives de nombreux clubs qui  choisissent de jouer pour ne pas perdre plutôt que pour gagner, en proposant un jeu trop défensif dénué d’intérêt pour le spectateur.  Celle-ci s’explique aussi par la faible qualité de nombreuses  pelouses en France qui empêchent la fluidité du jeu. Il existe également un critère dont on parle moins et qui est pourtant devenu primordial aux yeux des supporters et de manière générale de tout individu dans notre société, c’est l’aspect digital dont manque ces infrastructures footballistiques.

Une digitalisation omniprésente

Le digital évolue tellement rapidement, se propageant dans tous les secteurs qu’il était impossible d’imaginer que le sport et notamment le football ne soit pas impacté par ce dernier.
En effet, il vous est désormais facile d’avoir accès à toutes les informations concernant un match depuis votre téléphone portable ou votre tablette grâce à la montée en puissance des réseaux sociaux ou du streaming, mais aussi avec l’arrivée de chaines de télévision sportives à coût abordable comme BeIN Sports.
Tous ces facteurs incitent les amateurs à visionner le match de leur équipe favorite chez eux en débattant de son contenu avec leurs amis via Facebook ou Twitter.
Nous pouvons donc nous demander pourquoi les supporters iraient au stade, payer leurs billets parfois une fortune pour supporter leur club dans des conditions météorologiques qui peuvent être difficiles et surtout sans avoir la garantie d’une bonne visibilité, alors qu’ils pourraient rester chez eux confortablement assis sur leur canapé, et suivre le match sur écran, bénéficiant ainsi d’avantages dont il ne peuvent avoir accès dans un stade.  Concernant ceux-ci nous pouvons par exemple citer  les commentaires détaillés d’experts, la possibilité de visionner des ralentis ou d’avoir accès à un replay, mais également d’échanger simplement avec leurs proches ou avec d’autres supporters du monde entier à travers les réseaux sociaux.
 

Un début de révolution numérique dans les stades de football

Les clubs ont pris conscience de l’importance de la digitalisation de leur enceinte et l’inauguration du stade des lumières à Lyon début janvier 2016 marque le début d’une révolution numérique au sein des infrastructures de notre championnat de France. Cet investissement a, selon le président du club, permis de doubler les recettes sur l’année. D’autres nouveaux stades ont également vu le jour un peu partout en France comme l’Allianz Riviera à Nice ou le Matmut-Atlantique à Bordeaux, ce qui confirme bien la tendance de ces clubs à évoluer d’un point de vu digital.

Le stade de football de Nice, l'Allianz Riviera qui a été inauguré en 2013

L’Allianz Riviera de Nice, stade connecté

Quels services mis en place ?

La mise en place d’expériences de plus en plus personnalisées et une simplification du parcours client:
En plus de bornes wifi disponibles et du réseau 4G déployé dans certains stades, il est désormais facile grâce à une application mobile rattachée à un club comme cela a été développé pour le stade l’Olympique Lyonnais, de passer commande pour se restaurer. Il est donc possible d’acheter depuis son siège, un hot-dog avec une boisson pour éviter de faire la queue et ne pas rater une seule minute du match. Il en est de même pour l’achat des billets, ou encore la réservation d’un emplacement de parking pour accéder au stade. La publication de vidéos de ralentis et des moments forts, ou encore la suppression d’argent liquide au sein du stade remplacé par un système de Flash Code sont autant de nouveautés mises à disposition des supporters. L’objectif étant de les mettre dans des conditions les plus agréables possibles, en rendant inoubliable leur expérience au stade.

 

L'application du stade de football du Parc OL de Lyon qui permet aux utilisateurs d'avoir accès à de nombreux services

L’application du Parc OL

 La France encore loin de ses voisins Européens

Malgré tous les dispositifs mis en place et toutes ces avancées technologiques qui commencent à s’installer dans les stades français et qui peuvent nous sembler novatrices sur notre territoire, nous sommes contraints de constater qu’il ne s’agit au final que d’une volonté de rattraper un important retard sur les voisins européens.

En effet, l’Angleterre, berceau du football dispose depuis quelques années déjà de « smart stadiums » à la pointe de la technologie. Nous pouvons citer le stade mythique de Wembley mais également L’Etihad stadium à Manchester. Ce ne sont pas les seuls à bénéficier d’infrastructures connectées puisque l’Allianz Arena en Allemagne ainsi que l’ Amsterdam Arena aux Pays-Bas permettent eux aussi à leurs fans se rendant au stade de vivre des expériences digitales uniques, comme par exemple l’utilisation d’un éclairage LED intelligent installé dans l’ensemble du stade qui permet une variation de couleur en fonction des actions de jeux.

À quoi s’attendre pour les années à venir ?

L’interaction entre les supporters et les joueurs qui est aujourd’hui inexistante  pourrait devenir réelle et s’effectuer via par exemple l’affichage de tweets sur écrans géants comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis en NBA. Nous pourrions également imaginer que chaque siège soit muni d’un écran proposant du contenu informatif qui serait personnalisable selon l’envie du supporter.  En plus de ces différents services à l’intérieur du stade, il est essentiel que se développent de nouvelles fonctions  hors de l’enceinte.  L’ensemble des données récoltées via les applications des clubs pourraient être utilisées afin de fluidifier la circulation aux abords des stades, en informant les supporters sur les entrées ou les sorties les moins bondées mais aussi pour anticiper le trajet depuis le domicile en indiquant aux supporters l’itinéraire le plus rapide pour lui permettre de se rendre au stade sans perdre de temps.
 
Si le football français souhaite retrouver l’engouement qu’il a connu par le passé, il devra innover pour proposer à ses supporters des expériences toujours plus novatrices et personnalisées. Jusqu’à présent en retard d’un point de vue digital par rapport à d’autres pays comme nous l’avons vu dans cet article, les clubs se devront d’être à l’affût des dernières technologies pour permettre à notre championnat de retrouver un second souffle.