Le BTP est le secteur le moins digitalisé, c’est également un des secteurs les moins productifs. Startups et grandes entreprises proposent des solutions pour changer les modes de travail mais la transformation est lente. Il existe pourtant des solutions… Quelles sont les causes de cette faible productivité? Quels liens entre digital et productivité du BTP?  Le digital peut il améliorer la productivité du BTP?

D’ici la fin du siècle la population mondiale aura augmenté de 50% environ pour atteindre 11,2 milliards de personnes. Les professionnels du secteur immobilier estiment qu’avec une moyenne de 3 personnes par foyer il faut construire 2 milliards de nouveaux logements pour répondre au besoin. Cela représente environ 100 000 logements par jour jusqu’à la fin du siècle pour  y parvenir. A ce besoin de logements s’ajoute naturellement un besoin en infrastructures, routes, bâtiments publics…

Le besoin de création de nouveaux bâtiments et infrastructures est naturellement plus important dans les pays en développement où il peut représenter 8% du PIB contre 6% dans les pays occidentaux. Le poids du BTP est donc considérable tant pour l’économie d’un pays que pour les populations qui y vivent. Paradoxalement, c’est un secteur dont la productivité est faible et progresse peu voire diminue par rapport aux autres secteurs de l’économie. 

Infographie sur la productivité de la construction

.

Selon une étude McKinsey, la croissance de la productivité du travail dans la construction est de 1% par an,  loin derrière celle du secteur manufacturier (3,6%) ou de l’économie mondiale (2,8%). Pourtant, si la productivité de la construction pouvait rattraper le reste de l’économie mondiale, la valeur du secteur augmenterait d’environ 1,6 trillion de dollars.

.

« Alors que la plupart des autres industries ont subi d’énormes changements au cours des dernières décennies et ont tiré parti des innovations apportées aux procédés et aux produits, le BTP a hésité à exploiter pleinement les dernières opportunités technologiques et, par conséquent, sa productivité a stagné voire baissé. Ce bilan peu impressionnant peut être attribué à plusieurs problèmes internes et externes : une industrie très peu capitalistique, une fragmentation importante et persistante, une collaboration insuffisante entre acteurs, une main d’œuvre qualifiée vieillissante, des enjeux de santé et de sécurité, les difficultés à attirer des nouveaux talents, le transfert de connaissances insuffisant d’un projet à l’autre, un niveau de non-qualité élevé, un taux de sinistralité croissant pour n’en nommer que quelques-uns. »

.

Pourquoi une productivité si basse?

  • Chaque immeuble est unique, il est très difficile de capitaliser sur les conceptions précédentes
  • La coordination entre les intervenants du chantier est parfois compliquée
  • La main d’oeuvre qualifiée fait défaut. Cela amène parfois à des erreurs de la part des ouvriers sur le terrain

« Voilà un secteur où chaque immeuble est bâti comme s’il s’agissait d’un prototype unique. Si l’on fabriquait aujourd’hui l’électronique de cette manière, avec des dysfonctionnements à toutes les étapes et un investissement quasi inexistant en R&D, un iPhone coûterait 270 000 dollars au consommateur »

Fritz Wolff, Katerra

.

Le digital peut il améliorer la productivité du BTP?

Le digital offre de nouveaux outils dans de nombreux domaines de l’immobilier. Une étude menée en décembre 2018 par PWC recense nombre d’innovations réalisées et d’opportunités sur le sujet.

.

Quelques exemples de solutions digitales au service de la construction :

  • Le BIM

Le BIM qui signifie Building Information Modeling est la maquette numérique d’un bâtiment. La réalisation d’une telle maquette est utile de la phase de conception à la phase d’exploitation du bâtiment.  Le BIM permet aux professionnels de travailler sur des documents de référence commun, chacun a accès en temps réel aux plans du bâtiment évitant ainsi d’éventuelles erreurs liées à un manque de communication.

Associé à la blockchain le BIM permet une traçabilité des opérations réalisées. C’est ce que propose Bimchain.

Associé à la réalité virtuelle le BIM va permettre de simplifier  le suivi de la construction et la maintenance des bâtiments.

  • Des solutions de suivi de chantier

Grâce au digital les intervenants sur un chantier peuvent suivre plus facilement l’avancée des travaux. De tels outils proposés par des startups telles que BulldozAir  ou Finalcad  qui a levé 40 millions d’euros en décembre améliorent nettement  la performance des professionnels du BTP.

  • La construction hors-site

La construction de modules en usine apporte également  des réponses intéressantes. Certaines parties du bâtiments sont réalisées en usine et assemblées sur le site. Cette technique présente plusieurs avantages:

  • limiter les gestes techniques pour une main d’oeuvre parfois peu qualifiée
  • limiter les risques d’erreurs qui entraînent une surconsommation des matériaux, des retards et une qualité insuffisante
  • utiliser de nouveaux matériaux tel que le bois notamment
  • gagner du temps et diminuer les nuisances sonores et la poussière inhérentes au chantier traditionnel

« Près d’un quart du prix d’un chantier est gâché par des problèmes d’organisation opérationnelle. »

Jean Philippe Panaget, Cad 42

.

Il ne s’agit que de quelques exemples pris dans le domaine de la construction. Les innovations sont nombreuses pour améliorer la gestion des chantiers, la formation ou encore la sécurité des ouvriers. Il semble évident que le digital peut améliorer la productivité du BTP. La question centrale n’est donc pas celle de l’existence des outils mais de leur adoption par les professionnels.