Le Digital au service du développement durable

Comment définir le développement durable ?
Le Dévelopement durable est un développement économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable.

Internet est à la fois considéré comme un pollueur et un défenseur du développement durable.

Des fermes de serveurs grandes comme une ville, la fabrication de smartphones, tablettes ou ordinateurs, gros consommateurs de ressources non renouvelables, des centaines de mails que nous envoyons chaque jour d’un bout à l’autre de la chaîne…internet est véritablement un grand consommateur d’énergie et une source de pollution.


le digital pollue

Pour remédier à cela …

Chacun peut agir en mettant en place de bonnes pratiques au quotidien. Quelques idées simples comme par exemple télécharger l’extension Click Clean Scorecard. En ajoutant ce plug-in sur chrome vous découvrirez, au gré de votre navigation, si vos sites favoris mènent une démarche responsable !

les géants du secteur ne manquent pas d’idées …

avec Facebook  qui a implanté son principal data center européen à Lulea, en Suède , près du Cercle Polaire ou le refoidissement des installations est quasi naturel …. Google, qui mise sur une utilisation de l’Intelligence Artificielle pour optimiser l’utilisation des installations et faire chuter leur consommation de 40%, enfin Microsoft  qui étudie la possibilité de data center immergés dans l’eau des oceans, bénéficiant ainsi d’ une source inépuisable de refroidissement.

Le Digital offre des solutions en faveur du développement durable.

Dans un monde sur-connecté à internet avec un accès à l’information de plus en plus rapide et précis, la transparence est devenue le 3ème critère d’achat après la qualité du produit et le prix. Pour une entreprise, être éthique n’est plus simplement une obligation, mais devient une nécessité pour faire face à la concurrence du marché.

Nous ne parlons plus de consommateurs et de donateurs mais de de consomm’acteurs et de don’acteurs

Une population ultra-connectée va donc de plus en plus privilégier l’achat du bio et des produits responsables. La responsabilité ne concerne plus seulement l’acte d’achat. Les utilisateurs deviennent acteurs, à part entière, du développement durable avec :

  • L’émergence de l’économie participative définit comme « la circulation transparente des produits et des services entre les individus à travers le partage, l’échange, le commerce, la location, l’emprunt ou le don, en favorisant l’accès sur la propriété, une meilleure optimisation des ressources et la réduction des déchets. » Ce concept est incarné par Uber, Blablacar ou encore Airbnb…

 

  • Les réseaux sociaux : les réseaux sociaux numériques deviennent non seulement des plateformes de diffusion d’information mais aussi des lieux de débats et d’interaction avec ces consomm’acteurs. Ce changement a eu pour impact de renforcer la volonté de certains consommateurs éco-responsables de diffuser de l’information sur la consommation alimentaire afin d’orienter, de conseiller, et surtout de sensibiliser les autres, et de ne pas laisser aux entreprises le seul contrôle de la diffusion d’information.

 

  • Le financement participatif : le financement par la foule, autrement dit le Crowdfunding, permet aux porteurs de projet de trouver des fonds et de fédérer un grand nombre de personnes autour des causes environnementales, sociétales et écologiques ….

> Exemples de plateformes de Crowdfunding

LENDOSPHERE : Lendosphere est la plateforme de financement participatif dédiée aux projets de développement durable. Sur le site Lendosphere, les particuliers prêtent, avec intérêt, aux projets participant à la transition énergétique et écologique.
Valorem a obtenu un prêt de 110.500 euros sur Lendosphere, afin de financer les dernières étapes d’un projet de parc éolien dans la Somme.

LUMO : avec Lumo, vous épargnez dans des projets utiles et concrets qui ont un impact positif sur notre environnement  en prenant part au développement des énergies renouvelables !

Egalement, Ecoglobe, enerfip, 1001impact, Helloasso …

Des applications de plus en plus responsables voient le jour :

  1. Les applis qui nous rendent la vie facile et qui bénéficient indirectement à l’écologie.

Des applis favorisant la consommation plus locale, des applis intelligentes qui nous permettent de trouver une place de stationnement ou d’éviter les embouteillages. Les courses en ligne qui diminuent considérablement les déplacements individuels.

Toutes ces applications pratiques qui nous aident dans notre quotidien, en nous faisant gagner du temps, vont indirectement avoir un impact positif sur l’environnement.

  1. Des applications responsables

Parallèlement, de nombreuses applications responsables ont vu le jour ces dernières années.

TOO GOOD TO GO :  l’appli qui permet de réduire le gaspillage alimentaire en récupérant à petit prix les invendus des commerçants à la fermeture ! avec 100 000 repas sauvés, 2500 repas aux sans abris, 270 000 téléchargements, 800 commerces partenaires …

WEEAKTApplication mobile et réseau social, WeeAkt permet aux citoyens d’agir au jour le jour en communiquant les actions positives qu’ils réalisent. Ils peuvent aussi valider des offres chez nos partenaires locaux. A chaque action positive réalisée, les utilisateurs se voient gratifiés de points qui profitent aussi à leurs villes.

IMPAKTS : Vous proposez des actions, votre rapport RSE se fait collaborativement et automatiquement grâce aux données remontées par vos collaborateurs. Ces données apparaissent sous forme de graphiques, indicateurs et photos. Elles sont automatiquement mises en forme. Vous pouvez ensuite personnaliser votre rapport et l’obtenir en PDF.

NEIGHBOULY : Ces plateformes mettent en relation des professionnels et des particuliers autour de questions relatives au domaine social, écologique et environnemental dans un esprit de partage et de solidarité…

CONCLUSION :

Le Digital pollueur d’un côté, défenseur de l’environnement de l’autre, traduit toute l’ambiguïté entre évolution technologique à la fois toxique et déshumanisante et la volonté, par le biais du numérique, d’un retour aux valeurs essentielles plus humaines, plus solidaires et plus écologiques.

ANNEXES :

 

 

Par | 2017-07-25T22:44:36+00:00 mardi, 25 juillet, 2017|Catégories : E-commerce|Mots-clés : |

À propos de l'auteur :

Chef de Projet Web dans une ONG. Etudiante à #MBAMCI.
Intérêt pour #NGO #Fundraising #DigitalMarketing #Méditation #Bienêtre @laetitiaDupin