Il ne s’agit pas de faire un état des lieux de la révolution numérique et digitale mais plutôt de la digitalisation des TPE/PME Françaises dans le retail. En effet, les grands groupe de Retailers ont déjà pris le virage du digital depuis quelques années et ne cessent de s’améliorer. Mais où en sont nos TPE et PME françaises? Cette transformation digitale est elle inéluctable pour elles? Pourquoi n’ont elles pas encore amorcer ce changement? Il y a t’il de véritables solutions pour les aider et les accompagner dans cette nouvelle stratégie?
E commerce et petits commerces physiques sont ils incompatibles?

1/Des résultats rassurants:

Les résultats du E commerce continuent de progresser…

En 2017, le commerce en ligne continue sa progression. Plus de 80 milliards d’euros ont été dépensés sur internet par plus de 37 millions de Français. (Source : FEVAD/ Médiamétrie NetRatings). Depuis trois ans, la croissance du e-commerce est stable autour de 14,3 % par an. Le m-commerce croît de 38 % en 2017.

Achat internet VS achat commerce physique
Source : FEVAD/ Médiamétrie NetRatings

Depuis 2011, le panier moyen online diminue constamment : de 90 euros environ et approche les 65 euros en 2017. Cette baisse est compensée par l’augmentation de la fréquence des achats en ligne : 33 transactions par an en 2017, soit +19 % (croissance quasi-constante depuis 3 ans). 2018 devrait être marqué par une nouvelle hausse du commerce en ligne qui pourrait atteindre les 90 milliards d’euros. Le seuil symbolique des 100 milliards d’euros devrait être franchi avant 2020.

…mais le commerce physique n’est pas en reste…

    Malgré la forte croissance du e-commerce, le commerce traditionnel se maintient. 94 % du chiffre d’affaires du commerce de détail est réalisé en magasin. Les ventes en magasin représentent 415,5 milliards d’euros. La France compte sur son territoire 340 000 points de vente.

Les points de vente du commerce de détail voient leur chiffre d’affaires augmenter de 13 % entre 2009 et 2014. Alors que le nombre de magasins est pratiquement stable, la surface de vente progresse de 9 % et le nombre de personnes occupées de 6 % sur la même période (INSEE / DGE2015).

2/Alors pourquoi les TPE/PME doivent aller vers la digitalisation?

Une opportunité de croissance:

Ils sont deux espaces de vente avec des problématiques et objectifs spécifiques.
En effet, le plus ancien, le commerce physique peut être localisé précisément d’un point de vue géographique. Il est présent dans la vie quotidienne des consommateurs qui en ont une représentation physique et concrète. Il représente des valeurs de proximité, de conseil et d’échange, le retail est la manifestation physique de tout commerce.
    De son côté, le e-commerce représente une image moderne, plus accessible, plus rapide : un espace d’achat unilatéral, sans (véritable) échange, ni proximité. De plus en plus personnel grâce à l’arrivée d’outils d’exploitation de données et de service client virtuel comme les Chat bot, le e-commerce tend à s’humaniser.
    Malgré les différences évidentes qui séparent retail physique et e-commerce (présence physique, expérience client, immédiateté, stock…), ces deux lieux de vente sont pourtant intégralement compatibles et indispensables l’un pour l’autre.
Des exemples d’impacts des sites web sur les magasins physiques en TPE et PME:
  • L’augmentation de la fréquentation => 73%
  • Augmentation du CA en magasin physique => 65%
  • Elargissement de la zone de chalandise => 65%

En % des e-commercants – Source: Profil du e-commerçant spécial TPE/PME

Un décalage entre le consommateur et les TPE/PME

C’est le paradoxe digital français : les entreprises sont à la traîne alors que les consommateurs sont en avance. Ils sont en effet près de 67% à effectuer des achats en ligne contre en moyenne 57% des Européens. Cet écart est alors d’autant plus important sur notre marché national où 7 consommateurs sur 10 achètent en ligne tandis qu’1 PME sur 8 seulement leur propose des produits via Internet. Source Eurostat.

Acheteur en ligne VS PME digital

* Consommateurs de 16 à 24 ans. Source Eurostat.

Les très petites entreprises sont celles qui accusent le retard le plus conséquent. En France, seule la moitié des TPE de moins de 10 salariés a une présence en ligne, 16% un site mobile, 5% un site de e-commerce et 21% une page Facebook.

Réseaux sociaux, e-commerce, marketing local, utilisation d’outils digitaux de productivité : les TPE et PME françaises sont-elles fâchées avec le digital ?

Pourquoi ne s’empressent-elles pas de mettre en place des outils dont elles pourraient tirer un intérêt certain ?

 

3/Les raisons de ce retard:

La première raison à ce retard provient du fait que les outils digitaux sont encore perçus comme trop complexes à mettre en place et à gérer,  sans compter sur la multitude de fournisseurs et de solutions qui n’aide pas une à la prise de décision. Enfin, les solutions proposées par les grands acteurs du marché s’adaptent souvent mal aux besoins des TPE/PME.
Le dernier point qui résignent les chefs de petites et moyennes entreprises à se détourner de ces nouveaux outils reste le flou autour de l’utilisation et de la sécurité des données. Si près de six entreprises sur dix identifient le numérique comme un axe stratégique à moyen terme, seules 36% d’entre elles ont formalisé une stratégie adaptée. Une erreur, car les entreprises les plus avancées dans leur digitalisation affichent une croissance six fois plus élevée que celles qui sont en retard.

France NumComment accélérer la digitalisation nos TPE/PME retardataires?

Une première solution s’offre à eux: dédiaboliser la digitalisation. Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministère de l’Économie et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au Numérique ont lancé la plateforme France Num lundi 15 octobre 2018.

“L’objectif d’est d’aider 1 million d’entreprises à passer au numérique en leur montrant, exemples à l’appui, ce que coûtent – et surtout ce que peuvent rapporter – des actions assez simples comme ouvrir un site Internet, réaliser des ventes en ligne ou être présent sur une plateforme d’e-commerce.” Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’Etat chargé du Numérique,
France Num est un site internet à destination des TPE et PME Françaises, qui envisage de se lancer dans la digitalisation de leur activité (Visibilité sur internet, vente en ligne, recrutement, utilisation des données, amélioration des processus internes…).
Cette plateforme permet d’accompagner grâce à des témoignages d’entreprises qui ont déjà sauté le pas du numérique.
L’accompagnement peut aussi être fait par le biais d’organismes publics ou privés lors des différentes étapes du projet.
Concrètement, il suffit au dirigeant d’aller sur le site, d’entrer les différentes données de son activité comme:
  • Son secteur d’activité
  • Sa commune
  • La taille de sa structure
  • Son besoin
Le site lui proposera alors le témoignage d’un confrère et de lui transmettre les éléments concrets à mettre en place pour réussir sa transformation numérique.

Bien d’autres choix s’offrent aux entrepreneurs comme « comment financer son projet », « tester sa maturité numérique » etc.

4/La digitalisation du retail, une véritable opportunité:

La digitalisation permet aux TPE et PME de ne plus communiquer uniquement par le biais de leurs commerces physique grâce à l’omnicanalité.
Elle ouvre le champs des possibles de la communication afin de créer plus de liens avec son client, par le biais de la création de site internet mais aussi via les réseaux sociaux.
Le commerce s’avère être une opportunité fabuleuse de s’adresser à un marché potentiel.
Elle offre aussi une meilleure visibilité, et ce jusqu’à l’international, pour un impact direct sur le chiffre d’affaires. Et ce pour un investissement moindre, ce que ne lui serait pas possible aussi vite avec des commerces traditionnels.
Beaucoup d’outils sont à la disposition des TPE/PME dans le digital pour booster rapidement leur business, qu’ils soient gratuits ou payants.

Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire d’être Digital Native pour maitriser les codes du Digital, il suffit d’être bien informé et bien accompagné.
Le digital ne doit pas être vu comme un substitut mais plutôt un complément, voire même un levier essentiel à l’extension de la créativité des retailers.

A lire aussi:
Sophie Malka https://mbamci.com/les-tendances-du-salon-paris-retail-week/
Rose Marie Chamieh https://mbamci.com/social-commerce-boostez-ventes-soldes/
Capucine Peyredieu https://mbamci.com/phygital-digital-dans-magasins-physiques/
Isabelle Dulaurans https://mbamci.com/digital-reseaux-sociaux-made-in-france/

A Voir aussi:
https://www.espadrille-tropezienne.com/fr/
http://www.bosco-boatshoes.com/fr/

Sources: