Le Digital peut-il faire bouger les lignes de la médecine préventive en France?

Avec la forte croissance des dispositifs connectés de santé, des applications et l’essor du Big Data, peut-on espérer un changement de paradigme et passer d’un système de santé essentiellement curatif à un système de santé préventif en France? Ce sujet m’est apparu suffisamment important pour en faire le thème de ma thèse professionnelle. 

De quoi parle-t-on?

Pour bien cerner ce qui se cache derrière ce vocable, il semble indispensable de rappeler que la terminologie de prévention en médecine se décompose en 3 niveaux :

  • La prévention primaire : prévenir avant l’apparition d’une pathologie ou d’un problème de santé, en encourageant les adaptations de comportement des populations visées, et en les incitant à passer à l’acte, si possible de manière durable
  • La prévention secondaire : optimiser le suivi aux 1ers stades de déclenchement d’une pathologie, pour intervenir le plus précocement possible afin de limiter son évolution et les facteurs de risque. Cette phase peut également s’apparenter à un renforcements du dépistage de pathologies.
  • La prévention tertiaire : à ce stade, l’objectif est de permettre d’éviter les rechutes ou de stabiliser des stades déjà avancées d’une pathologie.

Quelques initiatives de la part des pouvoirs publics sur la prévention

La prévention déclarée comme axe majeur de la politique de Santé 2018-2022

Le gouvernement a annoncé et publié le 28 Mars 2018 un vaste plan de prévention, « Priorité Prévention, Rester en bonne santé tout au long de sa vie », qui est décrit comme un axe majeur de la politique de Santé Publique jusqu’à la fin du Quinquennat. Ce plan, conduit par le Ministère des Solidarités et de la Santé implique plusieurs ministères,  est constitué de 25 mesures clés, regroupées par catégories d’âge pour accompagner la population tout au long de son cycle de vie :

  • Grossesse et petite enfance (jusqu’à 2 ans)
  • Enfance et adolescents de 2 à 25 ans
  • Adultes de 25 à 65 ans
  • La santé des plus de 65 ans
  • Et de manière transverse, la Santé des personnes en situation de handicap
Liste des mesures phares de prévention en France par catégorie d'âge annoncéendans le Plan Prévention 2018-2022

Plan Prévention Santé 2018-2022

En observant les mesures en détail, il s’avère que la place du Digital est quasi inexistante, hormis pour la mesure concernant la création d’un site Internet dédié sur les caractéristiques techniques des produits chimiques contenus dans les biens de consommation courante.

Quelques organismes et initiatives publiques autour de la prévention

Il existe plusieurs organismes qui sont focalisés autour de la prévention :

  • Le site Santé Public France (fusion de l’INPES (L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé), l’InVS (l’Institut de Veille Sanitaire) et l’Eprus (l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires). Les missions principales du site sont :
    • l’observation épidémiologique et la surveillance de l’état de santé des populations
    • la veille sur les risques sanitaires menaçant les populations
    • la promotion de la santé et la réduction des risques pour la santé
    • le développement de la prévention et de l’éducation pour la santé
    • la préparation et la réponse aux menaces, alertes et crises sanitaires
    • le lancement de l’alerte sanitaire
  • Le site Santé Public France répertorie également des sites de prévention, regroupés par grands thèmes
    • Maladies infectieuses/urgences sanitaires / Vaccinations
    • Nutrition et activité physique
    • Addictions (tabac, alcool, drogue, jeu)
    • Santé sexuelle
    • Vieillir en Bonne Santé
    • Santé des migrants en France
    • Santé et cadre de vie (habitat, soleil, audition, ondes mobiles)
  • Le Réseau Sentinelle créé en 1984 pour le suivi des risques d’épidémiologie, à partir d’informations remontées sur une connexion internet dédiée par 1430 médecins généralistes et 116 pédiatres, répartis sur le territoire
  • Le programme Sophia, qui vise à accompagner personnellement les patients atteints de certaines pathologies chroniques (Diabète, Asthme) afin de modifier leurs habitudes de vie pour optimiser leur santé (et favoriser ainsi la prévention secondaire ou tertiaire)
  • Des programmes de vaccination et de détection de cancers : l’Etat encourage fortement à une vaccination des enfants systématique pour 11 vaccins (versus 3 auparavant) et à mis en place des programmes nationaux de dépistage de cancers du sein, de l’utérus et du colon)

Malgré tout, l’ensemble de ces mesures ne sont que peu accompagnées d’outils et d’approche digitale qui pourrait en faciliter la gestion et certainement l’efficacité.

Des data et des outils encore mal exploités pour un impact rapide du digital sur la médecine préventive

Le SNDS  : une mine d’information qui pourraient être utilisées

Les pouvoirs publics disposent d’un arsenal de Data de santé via le SNDS (Système National des Donnée de Santé), qui regroupe un nombre conséquent de données de santé, collectées dans plusieurs bases (SNIIRAM, PMSI, CepDIC)  :

  • Données patients
  • Prestations remboursées
  • Données relatives aux séjours hospitaliers
  • Informations médicales sur les patients en hôpitaux
  • Informations sur les durées de séjour
  • Informations sur médicaments et actes externes à l’hôpital
  • Informations sur les causes de décès
détails bases et organismes publics sur Données de santé

Base de Données SNDS

Malheureusement, cette base d’informations à date est très difficilement accessible par des organismes extérieurs (besoin de justifier d’u projet de recherche et d’expérimentation pour pouvoir y accéder), et les instances qui en ont la charge (la CNAM) ne les utilisent pas encore pour mettre en place un programme de prévention Data driven.

Des Data de Santé hautement sécurisées…qui peuvent freiner les initiatives

La Data de santé semble une source indispensable si l’on souhaite mettre en place une politique préventive nationale. Toutefois les restrictions d’accès et de traitements, qui permettent d’assurer sa sécurité et sa confidentialité amènent les pouvoirs publics à rendre extrêmement complexe ce marché (ex du parcours pour devenir hébergeur de Données de santé). Ces précautions peuvent avoir leur limite pour un développement en masse via de nouveaux acteurs qui disposent de projets en préventif.

Le DMP : un outil prometteur mais qui doit faire ses preuves

Le Dossier Médical Partagé (jusque là appelé Dossier Médical Personnalisé) est un outil qui permettrait un partage d’informations autour de la Santé du patient. Une expérimentation est en cours dans 9 départements, dans lesquels les Patients peuvent créer ce dossier via un site Internet dédié. Il est prévu une ouverture nationale de ce nouveau DMP à partir d’Octobre 2018. Cela pourrait être un outil efficace pour faciliter le partage d’informations médicales entre praticiens, et optimiser ainsi le suivi du parcours de soin et les axes de prévention pour les patients. Il faudra suivre de près le nombre de dossier qui seront effectivement ouverts pour en mesurer l’efficacité.Type d'accès au Dossier Médical partagé par catégorie de professions médicales

Malgré tout, des acteurs peuvent bousculer les lignes

Les GAFA à l’affût

Les GAFA ont tous montré un intérêt au secteur de l’Esanté et de la prévention/prédiction.

  • Google, via sa maison mère Alphabet, a lancé Verily et ses différentes entités autour  de l’IA et du Deep learning (Deepmind Health), de la cartographie du corps humain (projet Base Line), de l’optimisation du cancer (projet Calico), ou d’alliances avec de grands groupes pharmaceutiques, comme Sanofi, autour du diabète.

Liste de

  • Apple quant à lui a annoncé via son PDG Tim Cook en Mars 2018, que la Santé était un axe stratégique de développement pour la firme. Apple a lancé un kit de développement pour les applications de santé (le HealthKit), un programme de recherche dédié aux chercheurs (ResearchKit), et un programme d epartage d’informations entre patients et médecins (CareKit)
  • Facebook donne accès à ces données d’abonnés à certaines sociétés mettant au point des modèles prédictifs d’épidémie, comme SickWeather ou Accuweather, et a développé un format publicitaire spécifique pour les laboratoires pharmaceutiques (pour mentionner les effets indésirables)
  • Enfin Amazon est l’hébergeur de donnée de santé le plus important des US (avec les données de l’Obamacare) et a monté une structure avec JM Morgan Chase et Bershkin Hattaway pour simplifier et réduire les coûts de santé de ses salariés Nord américain, se positionnant ainsi comme une mutuelle.

Quelques initiatives prometteuses de grands groupes traditionnels

  • On peut citer tout particulièrement l’initiative d ela Poste qui a lancé don application La Poste esanté, dont l’objectif est de disposer d’un carnet de santé numérique, sur lequel les données de santé peuvent être inscrites et partageables auprès des professionnels de santé autorisés à y accéder. Là encore, avec une stratégie de diffusion (non encore validée à date) qui pourrait être déclinable très localement via la capillarité de La Poste, cela pourrait permettre de favoriser les échanges d’informations entre praticiens et optimiser la prévention.
  • On peut également citer les initiatives de nombreux laboratoires pharmaceutiques autour de dispositifs médicaux connectés pour le diabète, l’Hyper Tension Artérielle, les Risques Cardio Vasculaires et l’Apnée du sommeil. Ces initiatives ont un trait commun : favoriser le continuum du traitement et de la remontée d’information pour optimiser la prévention secondaire ou tertiaire, même si à date les Data remontées ne sont pas exploitées en masse (elles sont à l’usage quasi exclusif du Patient et de son praticien)

Des startups…certes pas encore assez nombreuses qui se lancent dans le préventif

Sur ce point, l’incubateur a lancé Prevent2Care Lab, une pépinière de 13 startups tournés autour de la prévention, sur les 3 types de prévention, avec des initiatives très variés (fourchette connectée, éthylotest avec reconnaissance faciale, alerting pour personnes agées, activité physique, test ophtalmique, nutrition…)

Il existe également quelques autres startups en préventif dans ce panel de 130 startups réalisé par FrenchWeb, autour de la santé, toujours essentiellement sur des thèmes autour de la nutrition et du bien être. On voit bien ici le poids encore très  faible des startups de prévention versus les autres types de startups autour de la santé

liste des 130 startups autour de la santé par frenchweb 2015

130 Startups en santé

D’autres startups, comme Observia, mettent également au point des système d’encouragement à l’observance des traitements, en tenant compte des profils des patients ciblés. Cette aide à l’observance est un point crucial pour assurer la persistance et la conformité des médications. Ces méthodologies sont également indispensables en approche préventive. Ci-dessous la liste des 7 facteurs principaux de non observance qu’il faut tenter de faire disparaître dans une approche préventive efficace.

les 7 raisosns qui poussent les patients à mal se soigner

Les mutuelles et assurances peuvent se positionner

Ce type d’acteurs pourrait avoir un intérêt d’optimiser les solutions de prévention via le Digital pour se différencier, et limiter les frais médicaux curatifs de leurs clients.

L’approche est à la fois BtoC, comme la MGEN qui a lancé Vivoptim, un programme de suivi et d’accompagnement de leurs clients (lancement national en Juillet 2018 après 2 ans de test). Des initiatives sont également possibles en B2B, pour limiter l’absentéisme ou les risques psychosociaux, même si pour l’instant, les tests n’ont pas abouti (exemple d’Axa qui avait proposé des bracelets connectés à ces salariés et qui a fait machine arrière).

Conclusion

On le voit bien, nous disposons de toute la technologie et de toute la data qui serait nécessaire pour lancer une vaste campagne d emédecine préventive en France, mais pour cela de nombreux verrous sont encore à lever :

  • des verrous économiques, pour un financement massif de cette approche (on parle en général de ROI aux alentours de 15 ans sur ces sujets), difficilement justifiables à date sur des politiques budgétaires à fortes contraintes court terme
  • des verrous éthiques, pour laisser un peu plus de liberté aux acteurs commerciaux de lancer des initiatives à partir des données qui pourraient être mises à disposition, même s’il faut protéger la donnée de santé à sa juste valeur. Des initiatives ex post plutôt que des prérequis pourraient favoriser ces développements, comme c’est le cas dans d’autres pays que les US.

Sans ces évolutions, le risque encouru est que certains très gros acteurs du Web parviennent à proposer des services en propres sur le sol français, ce qui pourrait amener l’Etat à être désintermédié et incapable de remporter ce type de bataille.

 

 

Sources :

http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/180326-dossier_de_presse_priorite_prevention.pdf 29 mars 2018

https://www.santepubliquefrance.fr/

http://www.santepubliquefrance.fr/Infos/Nos-sites-de-prevention

https://websenti.u707.jussieu.fr/sentiweb/

https://www.usine-digitale.fr/article/google-amazon-facebook-apple-quels-sont-leurs-projets-dans-la-sante.N64651

https://prezi.com/embed/5vctwx9gl9pl/?bgcolor=ffffff&lock_to_path=0&autoplay=0&autohide_ctrls=0&features=undefined&disabled_features=undefined

http://www.prevent2carelab.co/le-prevent2care-lab

Extraits présentation Observia :

  • RTI International–University of North Carolina Evidence-based Practice Center, « Medication Adherence Interventions: Comparitive Effectiveness ».
  • CapGemini, « Patient Adherence: The Next Frontier in Patient Care ».
  • Elder, Ayala, and Harris, « Theories and intervention approaches to health-behavior change in primary care ».
  • National Council on Patient Information, « Enhancing Prescription Medecine Adherence: A National Action Plan ».

 

 

 

 

 

 

Par | 2018-07-25T10:00:41+00:00 mardi, 24 juillet, 2018|Catégories : E-Santé, Objets connectés / IOT|

À propos de l'auteur :

#MBAMCI #MarketingDigital #NTIC #Chatbot #Robots #RGPD #IA En route vers de nouvelles aventures pros dans le secteur de l'#e-santé en pleine transformation. #hcsmeufr

Un commentaire

  1. emily 25 juillet 2018 à 14 h 18 min - Répondre

    Hello 🙂

    YouTube offers a great opportunity for marketers to earn some serious money
    https://bit.ly/2v4ToG4

    Thank you

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.