Ne dit-on pas que l’on est jamais mieux servi que par soi-même ?  Il est parfois plus efficace de prendre soi-même les choses en main lorsque l’on souhaite les changer . Pour autant, il reste nécessaire de mobiliser et de fédérer autour de soi une communauté  afin d’avoir le poids suffisant pour faire bouger les lignes.

A l’ère du tout digital , les réseaux sociaux offrent à qui sait s’en servir une tribune sans pareil pour se faire entendre et tenter à son échelle  d’agir sur la société, sans avoir à attendre qu’une entité supérieure, une institution ou une personnalité reconnue ne s’interesse enfin à sa cause.

Voici des exemples de femmes qui, ont pris les choses en main et sont devenues l’héroïne qu’elles n’attendaient plus, en s’appuyant sur les réseaux sociaux .

 

1/ Se réapproprier son image

Etudiante à Science Po , Louise Aubery est aussi l’éditrice du podcast In power et du compte instagram My better self. Elle s’attache à y décrypter comment les médias, par l’image,  donne de la femme une  représentation biaisée, uniforme et parfois réductrice. Elle prône un parler et un communiquer « vrai », loin de la bulle  photoshopée et « instagrammables » dans laquelle on se trouve parfois enfermé, elle tient à faire passer un message selon lequel les femmes doivent se réapproprier leur image. Au micro de son podcast , In power, elle reçoit des personnalités  inspirantes qui nous racontent comment elles ont pris le pouvoir sur leur vie. Louise développe également une marque de sous-vêtements éthiques et adaptés à toutes les morphologies , Je ne sais quoi, dont la première collection est actuellement en cours de prototypage.

 

 

 

Dans la même veine Gaelle Prudencio est devenue via les réseaux sociaux et son blog eponyme   une fervente porte-parole du mouvement body positive.

Passionnée de mode, ne trouvant que très rarement des vêtements à sa  (grande) taille dans les enseignes, elle a commencé par le dénoncer sur les réseaux sociaux, avant tout simplement de créer sa propre marque de vêtements grande taille  Ibilola  .

Elle intervient régulièrement sur des plateaux de télévision pour éveiller les consciences au sujet de la grossophobie et de ses méfaits.

Blogueuse depuis 2007 dans le domaine de la mode grande taille, créatrice du challenge French Curves qui réunit une cinquantaine de blogueuses francophones taille 42 et plus, je suis l’une des porte-voix du mouvement Body Positive en France.

 

 

2/ Lever des fonds pour sauver ses terres

Janvier 2020. Une partie de l’Australie est en proie à de violents et incontrôlables feux de forets  d’une envergure  encore jamais vue jusque-là.  Au point que les autorités australiennes se retrouvent elles-mêmes débordées et rapidement en manque de moyens  physiques et matériels pour contenir les flammes.

C’est très émue que de manière spontanée , l’actrice et humoriste australienne Celeste Barber annonce à sa communauté via une série de stories Instagram qu’elle souhaite lever 30 000 dollars afin de  venir en aide aux pompiers australiens, à bout de force et de matériels.

Elle ouvre alors une collecte de fonds sur Facebook afin d’atteindre son objectif.

En six jours, elle finira par récolter 32 millions d’euros.

 

 

Les héroïnes modernes ne correspondent donc pas forcément à l’image  que l’on en a.

L’héroïne qui se sert des outils digitaux à sa disposition pour servir sa cause est madame tout le monde . Ce qui fait d’elle une héroïne, c’est sa volonté et sa conviction qu’elle oeuvre pour faire évoluer la société ou pour le bien du plus grand nombre.

 

 

Sources:

  • Youtube
  • https://gaelleprudencio.com/