Le design thinking est une approche d’innovation très en vogue dans le monde de l’entreprise depuis quelques années. Réponse à l’évolution des attentes des consommateurs du produit vers l’expérience, il s’agit aujourd’hui d’une méthode avérée, encore faut-il avoir le bon mindset et la bonne équipe pluridisciplinaire.

Le design thinking, un mindset avant tout 

Méthode de conception centrée sur l’utilisateur et tournée vers l’innovation, le design thinking ou pensée design s’inspire du mode de pensée des designers: une observation constante de l’utilisateur, des recherches en face-à-face, une immersion profonde dans son point de vue et la reformulation de ses besoins dont il est parfois inconscient.

Le but étant de solutionner des problèmes de façon moins conventionnelle en éliminant les partis pris et les comportements qui freinent l’innovation.

Le design thinking est une discipline utilisant la méthodologie et la sensibilité du designer pour accorder les besoins des clients avec ce qui est technologiquement faisable et financièrement viable dans une logique de création de valeur client et d’opportunité de marché. » – Tim Brown

Le principe en 3 mots: empathie, idéation et prototype 

Penser comme un designer, tel est le challenge en design thinking. L’approche quant à elle est structurée, elle s’articule autour de 5 étapes : 

Etapes du design thinking

Les étapes du design thinking

  1. Empathie : À l’inverse des méthodes de recherche clients traditionnelles menées par des experts qui font une lecture des besoins exprimés, une lecture souvent influencée par leurs propres partis pris, le design thinking consiste à identifier les besoins cachés, où l’innovateur se met dans la peau du client, il observe et  échange avec les utilisateurs pour comprendre ce qu’ils font, ce qu’ils pensent, ce qu’ils ressentent et ce qu’ils disent. 
  2. Définition : Cette phase a pour but de donner du sens aux données qualitatives récoltées lors de la première phase. Le challenge consiste à pouvoir cadrer le problème et reformuler la problématique initiale pour trouver une solution optimale.
  3. Idéation : C’est la phase de créativité qui a pour but de générer toutes les idées possibles pour aider à résoudre les problèmes définis, brainstorming puis échange sur les idées à exploiter de manière créative. Après vérification des conditions nécessaires à leur réalisation, les innovateurs disposent désormais d’un éventail d’idées abouties. 
  4. Prototype : Étape clé du processus, le prototypage permet de matérialiser les idées retenues tout en prenant du recul, le but consiste à explorer les solutions envisageables et d’en percevoir les atouts mais aussi les limites de façon plus concrète, ce qui permet de vérifier si certaines idées retenues sont réalisables ou s’il y a lieu d’apporter des modifications.
  5. Test : La phase de test permet de tester les solutions retenues au cours de l’étape du prototypage grâce aux retours des utilisateurs, le but est de pouvoir affiner davantage les solutions, identifier des nouveaux problèmes ou encore remettre en cause la solution retenue, ce qui fait du design thinking une approche non linéaire. 

« Les acteurs du monde de l’entreprise n’ont pas seulement besoin de mieux comprendre les designers ; ils doivent eux-mêmes devenir designers » – Roger Martin

Le design thinking c’est également une équipe pluridisciplinaire où responsables marketing, commerciaux, designers, techniciens, acheteurs, responsables RH et ingénieurs s’inscrivent dans une démarche d’intelligence collective. Aujourd’hui, il n’est plus question de remettre en cause l’efficacité de cette approche, qui parait linéaire et bien trop structurée pour donner naissance à l’innovation. Les géants du numérique l’ont testée et adoptée. Et vous, il ne vous reste plus qu’à sortir vos post-it !