Le recueil, l’analyse et la diffusion d’un nombre croissant de données améliorent la performance sportive sur et en dehors des stades. Les sportifs, les clubs ou les organisateurs d’événement ont compris tout le profit qu’ils pouvaient tirer de cet or noir. Entre Performance sportive et performance économique, la digitalisation de nos sociétés et du sport en particulier placent les datas au coeur de nos pratiques.

“Connaître son adversaire et se connaître soi même permet de remporter la victoire sans aucun risque ; connaître le moment de l’attaque et les conditions du terrain, c’est s’assurer une victoire absolue”. L’art de la guerre, de Sun Tzu (Sun Zi)

 

La révolution des datas

L’utilisation des données n’est pas un phénomène nouveau dans le sport. La performance sportive repose sur la rationalisation de l’entraînement. Pour progresser efficacement, les sportifs et leur coach se sont toujours appuyés sur des données. Les innovations techniques permettent aujourd’hui d’accéder en temps réel à tout type d’informations.

  • Les capteurs traquent l’état physiologique du sportif (fréquence cardiaque) ou sur le mouvement du corps (vitesse, accélération).
  • Les localisation GPS sont de plus en plus précises (nombre de kilomètres parcourus, position).
  • Les conversations sur les réseaux sociaux peuvent être aussi enregistrées.

Le recueil de données n’est pas tout, il faut ensuite filtrer puis analyser toutes ces informations. Les ordinateurs offrent désormais des puissances de calculs permettant leurs exploitations en temps quasi-réel. Cette instantanéité des calculs fait entrer le sport dans une nouvelle ère : celle de la performance calculée.

 

Les datas, le sportif et le stratège

En 2011, le stratège un film de Bennett Miller, se base sur une histoire vraie. Billy Beane est Directeur Général des Oakland Athletics, équipe de baseball de seconde zone. A la fin de la saison, les meilleurs joueurs s’envolent pour des clubs plus prestigieux et pour un meilleur salaire. Malgré des difficultés financières, le club doit trouver des remplaçants à ses joueurs. Les joueurs proposés à Billy Beane sont tous de moindre envergure. Le club est dans l’impasse. Une rencontre avec Peter Brand, statisticien de génie, va tout changer. Les deux hommes décident de recomposer une équipe en se basant sur les statistiques des joueurs et l’analyse très pointue de ses données. Le but est d’associer des joueurs au talent très spécifiques.

 

Cette technique de recrutement est révolutionnaire dans le milieu sportif. Cette illustration cinématographique popularise ainsi l’utilisation systématique et scientifique de données sportives. On assiste à l’apparition d’une relation tripartie : le sportif, le stratège (l’entraîneur) et les datas.

 

Datas et performance sportive

A l’approche de la Coupe du Monde de Football de 2014, la fédération allemande de Football souhaite prendre un avantage décisif sur ses concurrents. Avec l’aide de la société SAP, le staff met en place un recueil de données physiologique, biomécanique, et de localisation géographique. La Mannschaft (nom donné à l’équipe de football allemande) sera championne du Monde.

Championne du Monde grâce aux datas

La Mannshaft est championne du Monde en 2014.

  • Les joueurs sont équipés de capteurs intégrés aux protèges tibia ou aux chaussures. Distance parcourue, vitesses, accélérations, ou rythme cardiaque sont ainsi recueillies en continue.
  • Ce premier dispositif est complété par l’enregistrement des séances d’entraînement ou des matchs par des caméras vidéos. Les mouvements individuels et collectifs des joueurs sont ainsi  enregistrés.

En quelques minutes seulement ce flux de données est alors analysé sur une plateforme dédiée. La solution permet de traiter une grande quantité d’information et de la traiter en quasi temps réel. Les résultats obtenus sont transmis au staff technique sous forme de graphique, facilement interprétable. L’archivage permet quant à lui la comparaison entre les séances, et les matchs.

D’après les entraîneurs de l’équipe d’Allemagne, ces analyses ont été déterminantes dans la conquête du titre suprême et dans la gestion du groupe pendant la période d’entraînement.

 

Datas et évènements sportifs

Autre lieux, autre sport. Chaque année à la fin du printemps, le tournoi de Roland Garros est le rendez-vous incontournable de l’univers du tennis. En savoir plus sur. Depuis 1985, IBM accompagne la fédération française de tennis. Ce partenariat permet d’offrir une expérience enrichie et inoubliable du spectacle sportif grâce à un dispositif recueillant des données chiffrées et des données conversationnelles des réseaux sociaux.

Tennis et datas

  • Cognitive Social Command Center : détecte les sujets majeurs des conversations relatives au tournoi sur les réseaux sociaux. Ce système écoute littéralement les réseaux sociaux pour déceler les tendances, les sentiments.  
  • Le “Slamtracker” permet de recueillir un grand nombre de données, provenant de différentes sources à l’aide de capteur et de radar. L’analyse, puis la diffusion se fait en quasi temps réel. Ainsi, la vitesse du service des joueurs est données directement après la mise en jeu.
  • Le “Tournament Alert Dashboard” est un système d’alerte de faits marquants et de records qui auraient pu passer inaperçus autrement.

 

Grâce l’analyse des données, les sportifs et les organisations sportives trouvent de nouveaux leviers pour améliorer leur performance ou prendre de meilleurs décisions. Les datas offrent l’opportunité d’accéder à un véritable avantage concurrentiel.

 

Pour aller plus loin

L’émission Futuremag d’Arte propose de répondre à la question :  » Les sportifs sont-ils condamnés à devenir des banques de données ? ». Le reportage « Sport : la quête du geste parfait » s’interroge sur le sport de demain et sur l’importance que prennent les données dans la réalisation d’une performance sportive.

L’Equipe Explore « La Data Révolution » dans le football. Les statistiques et les analyses peuvent-elles réduire le football à de simples données mathématiques.