Il est indéniable qu’il y aura un avant et un après Covid-19 en matière de soins de santé et de téléconsultations en particulier. Le confinement et la distanciation sociale induits par la pandémie ont mis en avant notre capacité à nous organiser différemment et à nous adapter à de nouvelles pratiques, tant au niveau des patients que des praticiens. En effet, le digital a permis un accès aux soins de santé sensiblement différent. D’une pratique assez marginale, la télésanté s’est complètement affirmée au cours des deux derniers mois. Mais quelles sont les tendances de la téléconsultation, quelles comparaisons pouvons-nous faire avec les Etats-Unis par exemple. Et in fine, pouvons-nous envisager que les téléconsultations se poursuivent à un niveau vraiment significatif après le déconfinement ?

 

1. Le Covid-19 en quelques chiffres

Les premiers cas de Coronavirus ont été détectés à Wuhan, Chine le 1er décembre 2019 puis face à l’ampleur et au déploiement de la maladie sur l’ensemble du globe, l’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré l’état d’urgence de santé publique de portée internationale le 30 janvier.

Carte du monde des cas de Covid-19

Carte du monde des cas de Covid-19

A date, ce sont plus de 3 millions de cas qui ont été confirmés à travers le monde et 130 000 en France.

 

2. Le confinement lié au Covid-19

Pour juguler la pandémie, la distanciation sociale et le confinement ont été mis en place et sont devenus de rigueur dans de nombreux pays. La confinement, partiel tout d’abord, débute en Chine de manière localisée à Wuhan et d’autres provinces. Puis à partir du 21 février en Italie, tout d’abord en Lombardie et en Vénétie. En France, il démarre sur l’ensemble du territoire le 17 mars dernier.

Début avril, ce sont quelques 90 pays qui sont désormais concernés par les mesures de confinement, soit 3,69 milliards de personnes appelées à rester à leur domicile, de manière obligatoire ou recommandée. C’est plus de la moitié de la population mondiale qui est ou a été confinée de manière plus ou moins stricte.

Covid-19 Confinement dans le monde

Carte du confinement dans le monde suite au Covid-19

 

 

3. Le boom des téléconsultations en France dans le cadre du Covid-19

 

Afin de répondre aux prérogatives de la distanciation sociale, la téléconsultation a été largement déployée et adoptée à la fois par les médecins et les patients.

 

1/ L’évolution du contexte réglementaire des téléconsultations suite au Covid-19

Mais remettons d’abord les téléconsultations dans leur contexte historique et réglementaire : le démarrage officiel des téléconsultations est très récent, il s’est fait le 15 septembre 2018 dans un cadre contraint : ces dernières devaient avoir lieu avec le médecin traitant ou avec un médecin que le patient avait pu consulter au cours des 12 derniers mois. Le lancement de cette pratique s’est alors fait de manière très douce.

Ce sont ces règles que le gouvernement a décidé d’assouplir mardi 10 mars 2020 afin de répondre au mieux aux contraintes liées au Covid19. Le remboursement de la téléconsultation a ainsi été facilité grâce à un décret paru au Journal Officiel : la Sécurité Sociale prend désormais en charge toute téléconsultation avec un professionnel de santé, que ce dernier soit le médecin traitant ou non avec un remboursement à 100% en cas de suspicion de coronavirus.

Le 04 avril dernier, un nouveau pas a été franchi : le ministre des solidarités et de la santé a autorisé la téléconsultation par téléphone pour les patients dépourvus de moyens de connexions en vidéo. « Ces consultations, réservées aux patients atteints ou suspectés de Covid-19, ou bien en affection de longue durée ou âgés de plus de 70 ans, sans moyens vidéo, seront prises en charge comme les autres téléconsultations dans le cadre de la crise sanitaire. » indique le ministère.

 

Il existe aujourd’hui une dizaine de plateformes de téléconsultations disponibles en France, comme Qare, Hellocare ou encore Doctolib pour les plus connues. Le patient doit prendre rendez-vous au préalable avec son médecin. Et si nécessaire, il est possible pour le médecin de prendre des photos via un logiciel spécialisé. 

Attention toutefois à ne pas confondre téléconsultation avec téléconseil. Ce sont en effet les mêmes plateformes qui souvent proposent ces deux modalités. Mais les conseils ne sont pas des honoraires médicaux. De ce fait, ils ne sont pas remboursés, toutefois ils peuvent être pris en charge par certaines mutuelles. 

 

 

 

2/ Les chiffres des téléconsultations en France en période de Covid-19 

Depuis le début du Covid-19, et a fortiori du confinement, on assiste à un véritable boom des téléconsultations. Ainsi en mars, ce ne sont pas moins de 600 000 consultations qui ont été enregistrées par l’Assurance Maladie. En avril, le cap du million de téléconsultations est franchi, toujours selon les données transmises par l’Assurance Maladie le jeudi 23 avril. Chiffre à mettre en regard de la moyenne des 40 000 téléconsultations enregistrée en février, soit un volume de consultations multiplié par 15 en mars et par 25 en avril !

Inférieur à 1% avant le début de la crise, le poids des téléconsultations s’est établi à 11% en mars. Et en avril, c’est désormais un quart des consultations médicales qui sont réalisées à distance.

Le recours massif aux téléconsultations pendant le Covid-19 n’a pu se faire sans l’engagement massif des médecins. Un tiers d’entre eux ont adopté cette pratique, répondant ainsi aux consignes des autorités de santé qui invitaient les Français à privilégier la téléconsultation plutôt que le face à face.

Soulignons que ce développement n’aurait pu se faire sans le soutien important des acteurs de la téléconsultation, notamment Doctolib, acteur français faisant partie du top 3 mondial des services de téléconsultations les plus utilisés avec Teladoc (USA) et WeDoctor (Chine).

 

3/ Doctolib, un acteur majeur de la télésanté dans le monde

Aujourd’hui, ce sont environ 100 000 consultations en ligne qui ont lieu tous les jours sur la plateforme Doctolib (vs 1 000 avant la crise du Covid19). Un total de plus de 2,5 millions de consultations vidéo ont été réalisées depuis le début de l’épidémie : plus de 800 000 patients ont ainsi effectué leur première téléconsultation au cours des 5 dernières semaines. Si, avant le début de l’épidémie, 12% des patients se connectaient sur Doctolib afin de bénéficier d’une téléconsultation, ils sont désormais 45% dans ce cas en avril 2020. En France, ces téléconsultations sont fortement concentrées en région parisienne : 34%. Le médecin généraliste reste le principal soignant consulté par vidéo (70% des professionnels de santé utilisant la plateforme Doctolib).

 

Carte des téléconsultations en France - Poids des MG dans les téléconsultations

Carte des téléconsultations en France – Poids des MG dans les téléconsultations

 

Notons également l’utilisation de la téléconsultation dans les hôpitaux et les centres de santé afin de faciliter la permanence des soins, la surveillance à distance des patients et limiter l’engorgement des urgences. 65 hôpitaux et 167 établissements de santé utilisent désormais les outils Doctolib.

 

4/ Quid de la télémédecine aux Etats-Unis ?

Aux USA, plus de la moitié des médecins ont désormais recours à la télémédecine. Ils n’étaient que 18% en 2018 à adopter cette pratique (enquête réalisée auprès de 842 médecins sur tout le territoire américain).

Plus globalement, le marché américain de la télésanté devrait croître à un CAGR de plus de 29% pour la période 2019-2025, selon une étude publiée dans le Reportlinker. Et cette année, la croissance du marché devrait connaitre un bond de 80%.

Le recours à la téléconsultation a effectivement été massif (courbe bleue ci-dessous), dépassant les visites dans les cabinets médicaux (courbe rouge).

Evolution des consultations aux USA - Téléconsultations vs consultation en face à face

Evolution des consultations aux USA – Téléconsultations vs consultation en face à face

 

Quelques exemples chiffrés donnent le tournis :

  • « UCHealth organisait moins de 100 visites vidéo par semaine et en une semaine, ce chiffre est monté à plus de 3 000 visites quotidiennes
  • Novant Health est passé de 200 visites vidéo par an à 12 000 par semaine
  • Début mars, UC San Diego Health a eu 6% de visites virtuelles et maintenant c’est plus de 50%
  • St. Joseph Health a mis en place la télésanté en une semaine et a mis en service plus de 7 000 cliniciens
  • Le NYU Langone Medical Center est passé de 20 à 1 300 cliniciens virtuels et a vu 6 500 visites par jour. Cela représente plus de 70% des visites effectuées virtuellement »

Il est important de souligner qu’aux Etats-Unis, avant le Covid19, il n’existait pas de parité de paiement pour les services de télésanté. C’est-à-dire qu’un médecin était moins bien rémunéré lorsqu’il faisait une téléconsultation vs une consultation en face à face. Or Medicare et certains payeurs offrent désormais cette parité… facilitant forcément l’adoption de cette pratique.

Les Centers for Medicare et Medicaid Services ont par ailleurs permis aux médecins de soigner les patients dans les hôpitaux ruraux « par téléphone, radio ou communication en ligne, sans avoir à être physiquement présent ». Et certains états, comme le Massachusetts ont décidé d’aider les personnes non assurées à accéder gratuitement aux téléconsultations Covid-19 via Doctor on Demand par exemple.

Ailleurs dans le monde, ce sont les payeurs qui se sont mobilisés pour proposer les téléconsultations, à l’instar d’Axa qui offre ses services de télésanté dans les différents pays d’Asie à environ 6,5 millions de personnes en Asie, notamment pour les personnes en zones rurales, ayant un accès limité aux soins de santé.

 

4. L’engouement pour les téléconsultations peut-il perdurer au-delà du Covid-19 ?

La téléconsultation est ainsi devenue une véritable aide pour lutter contre le coronavirus en rompant l’isolement des populations, isolement de fait induit par le confinement mais aussi isolement géographique. Il convient ici de se rappeler la détresse de certaines populations habitant dans les déserts médicaux et devant effectuer des kilomètres ou bien attendre des semaines voire des mois afin d’obtenir un rendez-vous chez un médecin spécialiste pour une consultation.

La téléconsultation permet dans ces contextes de pandémie d’éviter toute rupture dans la prise en charge des populations souffrant de pathologies sévères, chroniques et d’apporter des réponses à des besoins malheureusement non-couverts. Parions que demain, après cette période exceptionnelle, que la médecine se fera plus digitale et que la téléconsultation aura apporté de nombreuses réponses notamment en faveur d’une médecine plus accessible et d’une permanence des soins.

 

« L’impact sur les médecins de COVID-19 va être transformateur. La façon dont les patients accèdent aux médecins et comment et où les médecins exercent changera fondamentalement. Un résultat positif de la pandémie est que les obstacles à l’accès aux services médicaux par la télémédecine peuvent être réduits, ce qui sera critique alors que le pays fait face à une pénurie croissante de médecins.»

Travis Singleton, vice-président exécutif de Merritt Hawkins.

 

Dans l’étude qu’il a diligentée, Doctolib indique ainsi que l’adoption de la téléconsultation est effective à la fois chez les patients et les médecins qui souhaitent poursuivre dans cette voie pour plus des trois quarts d’entre eux. Ainsi, les patients qui ont déjà pratiqué la télésanté pensent continuer à adopter ce type de consultation avant tout, à des fins de praticité : cela évite de se déplacer et ainsi de consulter leur médecin d’où ils veulent sans avoir à patienter en salle d’attente. Notons également qu’une personne sur cinq indique que la téléconsultation leur permet d’obtenir des rendez-vous plus rapidement. 

Quant aux médecins, de la même manière, les trois quarts d’entre eux pensent poursuivre leur activité en maintenant la vidéo après la phase de pandémie. C’est une réponse qu’ils souhaitent apporter avant tout à leurs patients, désormais en demande de télésanté. C’est également un moyen de rémunérer une activité qu’ils pratiquaient jusqu’alors de manière gratuite.

Doctolib - Attitude des patients à la poursuite de la téléconsultation

Doctolib – Attitude des patients à la poursuite de la téléconsultation

Doctolib - Attitude des médecins à la poursuite de la téléconsultation

Doctolib – Attitude des médecins à la poursuite de la téléconsultation

 

En conclusion sur les téléconsultations

La télésanté et les téléconsultations sont devenues des technologies clés au cours des derniers mois et ce, quels que soient les pays où ces modèles ont été mis en place. Elles ont permis de mettre en avant la nécessité d’apporter des réponses de soins de santé à toutes les populations, où qu’elles soient localisées et surtout quel que soit leur profil.

Après cette expérience, il conviendra de se poser les questions nécessaires pour valider la pertinence d’un tel niveau de téléconsultation. Et surtout de s’interroger sur la manière dont ces visites doivent être adaptées pour améliorer la surveillance et le diagnostic des patients à distance. 

En effet, au-delà de la description de leurs symptômes, les patients doivent aussi pouvoir être en mesure de partager un certain nombre de données pour que le professionnel de santé puisse établir un diagnostic et une prise en charge pertinents. Les applications et surtout les objets connectés permettant un suivi longitudinal en temps réel, voire prédictif, devront apporter ces réponses de manière fiable et validée. Qualifiés souvent de gadgets, ces IOT, une fois certifiés et confirmés par des essais cliniques rigoureux, trouveront alors toute leur légitimité sur le marché de la santé. 

Pour compléter le sujet, je vous invite également à lire l’article de Natalie Schmid qui s’interroge sur les nouvelles tendances, de manière plus globale, qui émergent suite au Covid-19.

 

Sources

Organisation Mondiale de la Santé – Carte du nombre de cas de covid-19 dans le monde

Ouest France – Carte du confinement lié au Covid-19 dans le monde

La Quotidienne – Téléconsultation, comment ça marche ?

Twitter Doctolib – Dossier de presse Doctolib pendant la pandémie

MobiHealthNews – Doctolib, among the three most-used providers of online medical consultations in the world

HealthCare IT News – Telehealth

HealthCare IT Today – Examples of Virtual Telehealth Visit Growth Due to COVID-19

MobiHealthNews – Axa in Asia