Le secteur automobile est en train de devenir une organisation de valeur, grâce aux progrès innovants des véhicules autonomes électriques.

C’est ce qui ressort d’un rapport de Frontiers in Future Transportation, une entreprise qui étudie les possibilités d’évolution des futurs cadres de transport.

L’intelligence artificielle est essentielle à cette évolution. « La sécurité et la simplicité de l’innovation basée sur l’IA et le caractère raisonnable de la raison, de l’utilisation, des avantages et des limites des cadres de l’IA sont essentiels pour satisfaire aux conditions de fiabilité », indique le rapport.

Elon Musk

Les principaux fabricants de véhicules électriques ont des approches différentes de l’intégration de l’IA.

Le principal producteur de véhicules électriques est Tesla, désormais leader du marché avec une part de 15 % du gâteau, suivi du groupe Volkswagen et de SGMW (SGMW est une entreprise commune de General Motors et de 2 entreprises chinoises), avec 13,2% et 11,5% respectivement selon un article publié par The Washington post.

 

La Chine est désormais le plus grand marché automobile du monde

Tesla bénéficie de marchés solides en Chine, aux États-Unis et en Europe, compte tenu de la quantité de véhicules vendus. Les constructeurs chinois commencent à leur tour à être plus agressifs, notamment sur le marché local, le plus grand marché automobile du monde, selon Canalys.

usine SGMW

SGMW a rapidement acquis une grosse part de marché grâce à l’explosion des ventes en Chine de leur nouveau véhicule électrique capable de rouler à une vitesse maximale de 60 MPH (100 km/h). Le véhicule a été commercialisé en 2020 avec un modèle d’entrée-de-gamme à 29 000 Yuan (soit moins de 4000 €), devenant rapidement un vendeur de premier plan pour les clients chinois frugaux.

Le gouvernement chinois a injecté pas moins de 400 milliards de Yuan (à peu près 51 milliards d’euros pour aider son industrie des véhicules électriques, y compris des subventions pour des travaux novateurs, des exclusions de charges et le financement de stations de recharge de batteries. Jusqu’à présent, les marques chinoises n’ont pas beaucoup progressé en dehors de la Chine, indique le rapport de The Washington Post.

 

L’intelligence artificielle stratégique pour l’entretien des batteries et l’innovation

L’apparition de l’IA a bouleversé le système biologique des véhicules électriques, notamment dans le domaine de l’amélioration des batteries.

L’intelligence simulée est particulièrement impérative pour l’entretien et la vérification des batteries des voitures électriques, qui diffèrent largement dans leur autonomie. La Tesla Model S peut parcourir 570 km, tandis que la batterie d’une Renault Zoé se décharge au bout de 200 km, selon le rapport. Les temps de charge diffèrent également. Une Tesla peut nécessiter 1h15 minutes pour une charge complète, par exemple.

TESLA & ZOE

« Les batteries sont des éléments très complexes, que ce soit sur le plan de la synthèse, de l’électricité ou de la programmation », « Cependant, l’examen de l’information peut nous aider à mieux les comprendre : comment elles sont utilisées, comment elles sont influencées par le conducteur, comment elles sont affectées par les différentes parties du véhicule. », a déclaré le directeur Recherche & développement du groupe Volkswagen.

Les modèles d’apprentissage automatique aident à la gestion du cycle de vie des batteries. En mêlant l’électronique de pointe à l’Internet des objets, la science des données, et l’intelligence prédictive peuvent anticiper la durée de vie des batteries, identifier les pannes de dégradation et leurs causes. Shamil Ara Mairon, le CEO du groupe Energy, une entreprise qui applique l’analyse intelligente des batteries pour améliorer les performances des batteries lithium-ion, explique que les données relatives à la durée de vie des batteries comprennent les performances, l’état de charge, le stress lié aux accélérations et décélérations rapides, la température et le nombre de cycles de charge.

 

Lors de la récente journée de l’intelligence artificielle, le responsable de l’intelligence artificielle de Tesla a présenté les travaux en cours pour développer la vision par ordinateur du véhicule. Les deux problèmes fondamentaux sur lesquels Tesla travaille dans le cadre de son ingénierie de vision par ordinateur sont les obstacles de courte durée (par exemple, les véhicules qui se trouvent à des carrefours occupés et qui bloquent la perspective de l’Autopilote au moment où il passe devant) et les signes ou les marquages qui montrent une certaine distance par rapport à la consolidation des chemins.

Pour aider à résoudre ces problèmes, il a décrit le travail que les ingénieurs de Tesla effectuent sur une organisation spatiale répétitive, dans laquelle diverses parties du module surveillent diverses parties de la rue et structurent une ligne basée sur l’espace et le temps. Cela constitue une réserve d’informations à laquelle le modèle peut faire référence lorsqu’il tente de faire des prévisions sur le terrain ce qui a poussé l’équipe intelligence artificielle à créer un jeu vidéo simulant des situations réelles afin d’aider la voiture à prendre les bonnes décisions.