« Mais le brand content ce n’est pas la même chose ?»

Doux jésus, combien de fois ai-je entendu cette question. La différence entre ces deux notions se situe dans leurs utilisations. La brand culture joue sur l’histoire et les valeurs que la marque revendique, Et le brand content lui est là pour développer un lien privilégié avec les consommateurs.

Les confondre équivaut à dire : « Picasso, ce n’est pas le nom d’une voiture ? » et trouver normal que la référence qui ressort en premier ne soit pas celle du peintre cubiste.

De fait, il faut bien les distinguer et mettre à profit ces deux éléments dans un contexte totalement différent.

S’il te plaît… dessine-moi un mouton !

Les marques ont compris la nécessité d’apporter autre chose que de simplement vendre. Cette période où « je te fais une publicité et tu achèteras mon produit » est révolue. Le consommateur attend plus et surtout mieux d’une marque qu’ils évangélisent ou qu’ils viennent de découvrir.

Pour chouchouter et surtout garder une clientèle sur le long terme, celles-ci doivent représenter un idéal de vie, des valeurs à suivre et surtout montrer quelles s’engagent à travers le quotidien de ses clients.

Une marque ne faisant pas ce virage dans les messages et les signaux qu’elle envoie, se retrouve vite dans la case « ouvre ton portefeuille, je ne suis là que pour ça ». Et cela se termine souvent dans les larmes et par un long voyage sur le banc de touche.

Les mots ne suffisent plus, il faut apporter des preuves

Prendre la parole n’équivaut pas à emprunter des valeurs ou un discours pour s’adapter aux attentes de sa cible et pour gagner son amours. Le récit se doit d’être authentique car le consommateur est à l’écoute et reste vigilant à ce que font réellement les marques.

Afin d’affirmer leurs positions, les annonceurs mettent en avant leur politique RSE ou leurs partenariats éthiques. Mais, beaucoup aujourd’hui fondent l’intégralité de leur récit et leur culture sur la démarche éthique.