Blockchain = Uber-killers ?


Le monde du digital évolue de plus en plus vite, les acteurs apparus grâce aux nouvelles technologies, peuvent disparaître avec l’émergence d’un nouvel outil.  Ainsi la blockchain pourrait mettre en grand danger les entreprises telles qu’Uber ou Airbnb.

Blockchain ou « chaîne de blocs » : est un outil novateur et révolutionnaire, qui pourrait modifier nos vies. C’est une technologie de stockage et de transmission d’informations. Nous pouvons la considérer comme une base de données numérique,  décentralisée, qui regroupe un historique de transactions électroniques.

Les domaines d’exploitation sont immenses : banque, assurance, immobilier, santé, énergie, transport. De façon générale, des blockchains pourraient remplacer la plupart des solutions centralisées, par des systèmes informatiques distribués.  Ils pourraient aussi impacter fortement les nouveaux  intervenants du monde digital, en  supprimant les intermédiaires des plateformes de type Uber ou Airbnb.

La technologie blockchain permet à des personnes connectées qui ne se connaissent pas, de :

  1. Réaliser des transactions en quasi-temps réel à partir d’une même application.
  2. S’affranchir des intermédiaires tels que les banques, notaires, cadastres.
  3. S’assurer de la fiabilité et de la sécurité de leurs opérations.

Fonctionnement de la blockchain :

Une identification de chaque partie, est effectuée par un procédé cryptographique.

Une transaction est envoyée à un réseau d’ordinateurs. Ce réseau est composé de plusieurs nœuds « mineurs ». Chaque « nœud » stocke une copie de la base de données, cette dernière contient tout  l’historique des transactions effectuées. La consultation de toutes les transactions précédentes, reste toujours possible par les parties prenantes.

La sécurité de blockchain : s’appuie  sur  un  mécanisme  de  consensus  de  tous  les « nœuds » du réseau.              A chaque ajout d’informations, une transaction validée est horodatée et enregistrée sous forme d’un bloc. Dans chaque bloc les données sont chiffrées. Ces données là peuvent être  déchiffrées, et authentifiées par des « centres de données » .

La décentralisation de blockchain : est le fait de gérer la sécurité du réseau au niveau de plusieurs nœuds, de façon décentralisée. Ce principe est fait pour  empêcher la falsification des transactions, chaque nouveau bloc ajouté à la blockchain est lié au précédent. Par la suite une copie est transmise à tous les « nœuds » du réseau. L’intégration est chronologique, indélébile et infalsifiable.

fonctionnement blockchain

Domaines d’utilisation de la blockchain :

Les blockchains peuvent être classés en 3 catégories :

  • Logiciels pour le transfert d’actifs (utilisation monétaire)
  • Applications en tant que registre : pour assurer une meilleure traçabilité des produits
  • Contrats intelligents : des algorithmes autonomes, qui exécutent automatiquement les conditions et termes d’un contrat, sans nécessité d’intervention humaine une fois démarrés.

L’impact de la blockchain:

Avec la technologie blockchain, les utilisateurs pourront se faire confiance entre eux,  et effectuer des transactions de façon décentralisée, directement avec un chauffeur ou un loueur, sans intermédiaire et avec une très faible commission.

Uber-killers :

Des « Airbnb-killers » et des « Uber-killers » fondés sur cette technologie, sont donc déjà en développement. Les grands acteurs de l’économie collaborative devraient réagir rapidement.

Ainsi, Arcade City est une plateforme ouverte, où conducteurs et passagers peuvent être mis en relation directement, sans intermédiaire. L’idée est de contrer la centralisation des prix fixés par Uber, et les 20% de commissions prélevées sur chaque trajet. Un mois après le lancement d’Arcade City mi-février, plus de 1000 trajets ont été effectués dans une centaine de villes aux Etats-Unis (dans 27 états différents).

En septembre 2015, la ville de Portsmouth décide de limiter le secteur des chauffeurs de type Uber, en exigeant notamment des plateformes plusieurs conditions irréalisables. Il s’agissait par exemple de vérifier le casier judiciaire de chaque chauffeur, ou de prouver qu’il possédait les assurances adaptées, rendant de fait cette activité illégale. A la suite de cette décision, un ancien chauffeur Uber du nom de Christopher David, décide de créer sa propre plateforme de covoiturage, basée sur la blockchain : Arcade City. Plus de 3000 chauffeurs s’inscrivent en peu de temps, la plupart d’entre eux étant d’actuels ou d’anciens chauffeurs Uber. L’objectif  d’Arcade City est de faire le lien entre  le principe de décentralisation sur la blockchain, et le vrai monde des régulations, gouvernements, modèles d’assurances dépassés, enjeux de sécurité, vérification du background, service client…

De ce fait, la blockchain pourrait être une base solide, qui permet la naissance de nouvelles applications de covoiturage, entièrement peer-to-peer. On peut s’attendre aussi à ce que d’autres émergent dans les mois ou années à venir.

Le tiers de confiance qui n'existe pas

Sources:

 

Par |2016-12-20T10:10:56+00:00mardi, 20 décembre, 2016|Catégories : E-Business|

À propos de l'auteur :

Un commentaire

  1. bouchra 20 décembre 2016 à 17 h 15 min

    tres bonne analyse

Les commentaires sont fermés.

kayseri escort aydın escort denizli escort çanakkale escort bursa escort