La semaine dernière, et ce pendant 3 jours, le Palais des Congrès à Paris a accueilli dans ses locaux l’édition 2015 des TechDays. Pour l’occasion, cet endroit de prestige s’était accordé aux couleurs de Microsoft et de ses partenaires mais a aussi et surtout adopté l’Ambient Intelligence attitude, le thème phare de cette édition. Appliqué à de nombreux produits et services visant à améliorer l’ubiquité et l’interaction naturelle avec les objets connectés alentours, l’Ambient Intelligence n’est pas un concept limité et s’applique même à l’échelle de ville. Et une ville en particulier, Barcelone, a compris la nécessité de placer les nouvelles technologies de Cloud et de Big Data, au service de sa gestion.

selimasellami_4

Une « Smart city », kesako?

Enjeu majeur de l’Ambient Intelligence et perspective inhérente à notre monde multi-connecté, le concept de « smart city » éveille la curiosité et séduit. Mais qu’est ce précisément qu’une smart city? La smart city ou ville intelligente est la résultante de l’omniprésence d’Internet dans son écosystème. C’est le fait de transformer la manière de gérer la ville à travers Internet via les nouvelles technologies. Il ne s’agit pas seulement de placer des capteurs partout afin de récolter de la data exploitable mais d’appliquer les technologies et les process les plus efficaces dans la gestion de nombreuses infrastructures:

  • Le cycle de l’eau
  • L’énergie
  • L’électricité
  • La collecte des ordures ménagères
  • Les différents moyens de transport
  • Les technologies de l’information et de la communication
  • Les espaces verts dans la ville (parcs naturels, jardins, zoos etc…)

… le but étant d’assurer l’interconnexion de toutes ces infrastructures et de mettre en place un système capable de monitorer et de savoir à tout moment ce qui se passe dans la ville.

N’est pas une « smart city » sans partenariats: Barcelone l’a bien compris

Mais l’ambition d’un tel projet ne peut se concrétiser sans la mise en place de partenariats. Il s’agit d’une nécessité majeure et stratégique pour améliorer la gestion de la ville et les entreprises l’ont bien compris. Ainsi de grands noms de l’industrie et du numérique comme Rakuten, Ubisoft ou encore Oracle et Schneider Electric ont accepté d’accompagner Barcelone dans son projet de smart city.
Exemple à l’appui, Schneider Electric et les décideurs publics barcelonais se sont accordés en 2012 sur la création d’une plateforme unique intégrant différents systèmes de gestion de l’énergie, de l’eau, des réseaux électriques, de la mobilité, des bâtiments et des logements. Autant de mesures qui contribueront, à terme, à la réduction des émissions de CO2. D’après Lluis Sanz Marco, Data and Cartography Director de Barcelone, l’absence de la pollution est un enjeu majeur de la smart city. Toujours selon lui, l’économie industrielle doit aussi s’impliquer dans le numérique. C’est la condition sine qua none pour que Barcelone devienne une véritable smart Barcelone.

L’éthique au service de la smart Barcelone

« Le mantra de la smart city: Devenir une métropole de quartiers productifs, à vitesse humaine, interconnectée, éco-efficiente, énergétiquement auto-suffisante et régénérée avec zéro émissions, à l’intérieur d’une région métropolitaine fortement interconnectée.« 

 

Plus qu’un concept ambitieux, la smart Barcelone est aussi un état d’esprit. L’idée est de rendre l’éthique au service de la ville et de ses citoyens. La e-transformation de la ville repose sur des attentes que Lluis Sanz Marco qualifie de « social dream ». Ces valeurs sont au nombre de 6: efficacité, durabilité, productivité, sociabilité, liberté et santé. Tout autant de valeurs que chaque composante d’une ville (citoyens, entreprises, infrastructures, services publics etc…) doit adopter pour garantir la réussite du smart projet sur le long terme et ainsi créer un modèle exportable d’une ville à une autre sans contraintes d’adaptation particulières.
D’ailleurs à ce propos, Laurence Lafont, Directrice Division du Secteur public de Microsoft France a interrogé Mr Lluis Sanz Marco sur l’existence d’un modèle parfait qui engagerait la e-transformation de la ville. Sa réponse est sans équivoques: Il n’existe pas de modèle préconçu en avance. C’est l’addition de nombreux groupes de travail avec d’autres villes qui détermine l’architecture numérique d’une ville. Et il rajoute: « Rome ne s’est pas faite en un jour ». Il faut du temps mais surtout du travail et une réflexion stratégique orientée pour accomplir un projet important. Mais une chose est sûre: « la réorganisation de la mairie est la première chose à faire pour qu’une ville devienne multi-connectée ».

L’Ambient Intelligence à travers Bismart

 

Barcelone a donc imaginé un modèle qui serait compatible avec la totalité des infrastructures (mentionnée plus haut) d’une ville. Chaque indicateur est ensuite analysé par Bismart.

Brève explication: Grâce au Big Data, à l’Internet des objets et des technologies de l’apprentissage automatique, Bismart offre à la ville de Barcelone les meilleurs outils de décision en temps réel basés sur les données de la ville intelligente.
Comment? Il transforme les données en argent, aide les entreprises à devenir plus SMART, plus productives, plus sûres et permet également de faire des prédictions pour prendre les meilleures décisions. Ceci s’intègre dans la logique de l’Ambiant Intelligence.
Bismart va encore plus loin; il est accessible même pour les touristes qui visitent Barcelone. Compte tenu du budget et de la durée du séjour, la plateforme est capable de te renseigner en real time sur les activités disponibles selon ta géolocalisation et ton besoin.

Je vous invite à découvrir Bismart en 2min avec Lluis Sanz Marco et Albert Iseran, le CEO de Bismart et 3ème intervenant de la conférence.

Open Data BCN ou comment rendre l’information publique disponible en open source

Dans cette logique de smart Barcelone, Albert Iseran a présenté Open Data BCN. C’est une plateforme intelligente qui permet de trouver des informations sur tout ce qui concerne la ville. Open data, ou comment rendre l’information publique disponible en formats ouverts que tout le monde peut utiliser, va au-delà du simple processus lui permettant d’être réutilisé. Il renvoie les données publiques à la société et encourage les citoyens à réutiliser les données en open source.
Fonctionnant en open source, Open Data BCN permet, par exemple, de trouver les stations de vélos en libre service partout dans Barcelone ainsi que le nombre de vélos disponibles dans chacune des stations.

Et la smart city créa le Wifi partout et pour tous …

L’élaboration de ces plateformes est fort utile car exploitable par toutes les infrastructures. Mais pour optimiser l’utilisation des datas récoltées, il est impératif que la ville soit totalement connectée via Wifi. Cela semble évident mais le wifi partout n’est pas une chose commune quand on sait qu’il existe encore de nombreuses grandes villes où la connexion est compliquée. Mais être une smart city nécessite une interconnexion fiable et accessible à tous et Barcelone y répond parfaitement en proposant un service wifi offert par la Mairie avec pas moins de 461 points d’accès disponibles absolument partout dans la ville.

Ville pionnière de la e-transformation, Barcelone ne compte pas en rester là. Avec l’organisation de salons numériques comme ceux du Mobile World Congress en mars et le Smart City Expo World Congress en novembre, elle prend à coeur son rôle de berceau de la smart city et compte faire adhérer les métropoles du reste du monde à son modèle économique et numérique.

A quand donc la e-transformation de l’ensemble du monde et à quoi ressemblera-t-il demain? Affaire à suivre …