De la Digital detox à la méditation, en passant par le reset de nos cycles de sommeil, ce que l’on qualifie de « marché du Wellness » ou « marché du bien-être », est en plein boom, « off » et surtout online. Une croissance insolente due en partie à la pandémie de Covid-19 et son impact sur le moral et la santé mentale des Français, mais pas que. Quels facteurs contribuent le plus à la croissance? Quels ont été les apports des technologies, de la data? Comment opérent les entrepreneurs charismatiques et visionnaires des welltechs, start-ups du bien-être 3.0 et leurs investisseurs? Et puisqu’il est temps de prendre nos bonnes résolutions de l’année, comment leurs offres et applications bien-être peuvent elles nous aider à aller mieux ? Le secret du bonheur et de la joie ne tiennent peut-être qu’à un clic …

 

C’est quoi le marché des applications bien-être en ligne ? C’est où et combien ça pèse ?

Sérénité et relaxation coulent à flot sur internet et les réseaux sociaux

Dimanche matin, première consultation de mon fil d’actualité. Défilent les posts débattant du nombre de manifestants et de voitures brûlées de la veille (#LoiSécuritéGlobale), les offres Black Friday (du dimanche), un post sponsorisé pour des ateliers yogiques en ligne à -50% aujourd’hui seulement (comme la même offre d’hier et du mois dernier), une application de méditations gratuites de pleine conscience, des cours de sophrologie ou de Qi gong, une app de pilotage de chauffage à distance. À croire que Facebook sait que j’écris cet article… OK, Facebook sait que j’écris cet article.

En un drag, se sont quasiment dessinés les premiers contours de ce vaste marché des applications du bien-être en ligne. 

parodie de promotions sur le marché des applications bien-être

Un bien-être holistique : mental, physique et social

Pour clarifier, segmentons les offres en 3 grandes catégories :

    • Les solutions pour rester en bonne santé : médecine préventive, fitness, yoga, hygiène de vie, spas et thalasso, beauté, dispositifs contrôlant notre environnement direct (air, eau, température …).
    • Celles liées à l’équilibre psychique avec un vaste catalogue autour de la méditation, d’offres de stages, de séjours touristiques et autres retraites plus ou moins spirituelles,
    • celles relevant du « bien-être social » via des produits et solutions liées au développement personnel. Un vaste éventail d’offres extrêmement différentes qui rendent son chiffrage délicat

 

Au niveau mondial, le marché du bien-être pèserait près de 4 400 milliards de dollars

Et il aurait progressé à un rythme 2 fois plus rapide que celui de la croissance mondiale selon le Global Wellness Institute. Avec une croissance projetée autour des +5% par an entre 2020 et 2025 il ferait pâlir bon nombre de secteurs, surtout en cette période économiquement perturbée. Comment s’explique cette santé presque  insolente?

 

Urbanisation croissante et ralentissements économiques en Europe et aux États-Unis ont accentué les besoins en solutions bien-être

Plus de 55% de la population mondiale vit désormais en ville, proportion qui devrait grimper à 68% en 2050 selon l’ONU. Cette urbanisation massive s’accompagne de problématiques écologiques, de sédentarité, d’un stress grandissant avec pour conséquence une augmentation des maladies chroniques.

 

En Europe, comme aux États-Unis, s’est ajouté un contexte socio-économique difficile. La déflation sectorielle marquée par la chute des prix des biens de consommation a mis la pression sur les effectifs, les salaires et le pouvoir d’achat des classes moyennes et moins favorisées. Dans le même temps, le poids d’éléments essentiels tels que le logement et de la santé s’est considérablement alourdi.

Homme-stressé-urbain-burn-out-internet

 

Développement personnel, autoformation, médecine préventive ont pris leur envol à un moment ou la course à la performance pouvait apparaitre comme un moyen de maintenir un emploi donc un niveau de vie . Rappelons que l’OMS a classifié le burn-out en tant que maladie professionnelle en 2019.

(Si vous commencez à déprimer au regard de ces données, je vous conseille de vous relaxer avec Gisèle Bundchen sur Insight timer. Vous vous sentez mieux? Reprenons.)

 

Epidémie de Covid-19 et confinement ont agi comme des catalyseurs pour le marché des applications bien-être

69% des Français se déclarent plus stressés maintenant qu’avant le confinement, selon une étude Ipsos-Headspace de septembre 2020. Et cela devrait durer : à en croire Serge Hefez, psychiatre, près de 20% de la population aurait même basculé  vers une forme maladie psychiatrique. Le médecin annonçant une 3ᵉ vague qui serait, elle, une 3ème vague psychiatrique.  Une opportunité majeure pour les créateurs d’applications liées au bien-être. 

Corporate Happiness : les sociétés ont pris conscience de l’importance du mal-être au travail

L’impact économique des maladies chroniques et du burn-out est chiffré et désormais intégré dans les P&L des groupes. Absentéisme, baisse de productivité ont un coup non négligeable. En investissant dans le bien-être et la santé mentale de leurs salariés, c’est bien aussi un objectif ROIste qu’elles poursuivent. Et aujourd’hui, les solutions ne manquent pas pour les y aider. Formations gamifiées en lignes, « Détox mail », cours de fitness... Quel groupe n’a pas son plan Qualité de vie au Travail ? D’autant que l’offre devient pléthorique. Envie de méditer entre midi et deux ? Postulez chez Microsoft ou Deloitte  et bénéficiez des partenariats qu’ils ont signé avec Calm ou Petit Bambou, 2 leaders des apps de méditation.

 

Technologies connectées et applications bien-être prennent soin de notre santé mentale et physique en ligne et IRL

Connectivité et Data au cœur des offres 

Cours de fitness et chat sur vélo connecté, méditations guidées par des stars ou en en format snack méditatif sur Snapchat, la palette d’offres pour se faire du bien est large et potentiellement sans limite. Avec 2 constantes centrales : connectivité et data.

Femme qui médite entourée d'objets connectés à des applications bien-être et data de personal analytics

Longtemps, la notion de bien-être avait une dimension subjective. Aujourd’hui, les nouveaux acteurs du marché, ou welltechs, la traduisent en indicateurs chiffrés : temps de sommeil, rythmes biologiques, respiration, température, activité physique, dépense énergétique, calories et types de nutriments, lumière du jour ou lumière bleue… Nos comportements peuvent être quantifiés (quantified self) et via nos montres, bandeaux, capteurs, apps, nous pouvons suivre ces chiffres en temps réel.

Les welltechs disposent des technologies pour collecter les datas massivement et au niveau individuel, les mettre en relation, les tracer les traiter et en restituer des conclusions simples en continu. Bluethooth, objets connectés, wearables, applications bien-être, plateformes dessinent de véritables éco-systèmes technologiques Et brouillent la frontière entre le physique et le virtuel.

Prenons la société américaine Peloton par exemple. Elle ne vend pas des vélos d’appartement ultra-connectés à 2 245$ (ne cherchez pas ils sont en rupture), des softwares, des chaussures de cycling, des vêtements de sports, des cours, du contenu fitness en streaming, des media, du lien avec une communauté qui partage et soutien les performances de chacun. Non. La mission déclarée de Peloton est de « nous rendre meilleurs, de nous inspirer les uns les autres et d’unir le monde au travers du fitness ».

Ces acteurs ont aussi souvent comme points communs d’agir très vite, une maîtrise de l’art du pivot et une capacité à ne pas se laisser enfermer dans les catégories traditionnelles. John Foley affiche d’ailleurs son ambition de faire de Peloton la marque d’une génération, à l’instar d’un Apple. Et les investisseurs semblent y croire dur comme fer.

 

Citation de Peloton un leader du marché des applications bien-être

 

Des levées de fonds record pour les start-ups et créateurs d’applications bien-être en ligne

Pas moins de 2,2 milliards de dollars ont été injectés dans les 97 start-ups  US de la Welltech identifiées depuis Mars 2019. Peloton a levé 994.7 M de dollars de sa création en 2012 à sept 2018. A suivi une IPO au Nasdaq en 2019 qui a permis de lever 1,2 milliards de $ de plus selon Techcrunch. Et les consommateurs suivent: avec un chiffre d’affaires de 1 825 millions de dollars, Peloton enregistrait une croissance de +170% (12 mois arrêtés à juin 2019).

Autre entreprise emblématique du secteur des applications de méditation cette fois : Calm. Créée elle aussi en 2012 a levé plus de 143 millions de dollars (à janvier 2020) et est valorisée à 1 milliard de dollars. Avec le Covid, rien qu’au mois d’avril 2019 l’app a enregistré 1,6 millions de téléchargements et en revendique 80 millions au total. 2019 marqua aussi son lancement en France où notre fleuron national Petit Bambou reste leader (cocorico). D’après l’étude Headspace-Ipsos, 1/3 des Français se seraient mis à la méditation pendant le confinement notamment via les apps. Définitivement « out » la méditation à papa dans les vapeurs d’encens-patchouli.

La bataille s’annonce musclée sur cette catégorie, avec des milliers d’apps de méditations disponibles dans toutes les langues. Mais pas de quoi faire peur à Ludovic Dujardin, et Benjamin Blasco, les talentueux fondateurs de petit Bambou, qui étendent la présence internationale de la 5ᵉ app de méditation la plus téléchargée au monde. À suivre aussi, l’app ultra-simple et ludique Mind et ses mini-séances de méditations guidées pour toute la famille.

 

clasement Sensor Tower des applications bien-être de méditation selon leurs revenus

Classement des apps de méditation dans le monde en 2019

 

Autre indice du potentiel des marchés du bien-être connecté, le rachat de la société de bracelets d’activité Fitbit par Google, auquel l’Union Européenne a donné son feu vert la semaine dernière. Avec la 5G, l’évolution de l’IA, notamment dans la détection des émotions (voir les travaux du MIT sur la détection des signes de dépression dans les conversations sur les réseaux) et de l’automatisation, les techs n’ont pas fini de disrupter et de faire jaillir de nouvelles catégories. Le marché du Wellness leur offre un terrain extrêmement fertile et fait entrer la tech un peu plus loin  dans la sphère de l’intime.

On peut s’interroger sur l’impact qu’elles auront sur nos environnements, notre rapport à nous-mêmes et aux autres. Mais qui sait, le bonheur 3.0 sera peut-être au bout du chemin.

 

Que conclure sur ce nouveau marché et ses applications bien-être:

    • Les questions relatives au bien-être ont explosé sur internet et les réseaux sociaux, couvrent un éventail de propositions très large.
    • Un marché déjà lourd à la croissance insolente portée par des facteurs structurels et une conjoncture anxiogène, notamment mais pas que, liée au Covid.
    • Les welltechs, start-ups de ce nouveau marché du bien-être en ligne, séduisent d’autant plus les investisseurs que la 5G va permettre l’utilisation plus massive et rapide des datas et l’émergence de nouvelles offres.
    • Des cas d’école remarquables avec des leaders charismatiques et des business models à géométrie variable qui n’en finissent pas de se réinventer. Et dont nous reparlerons très vite. 

 


Pour aller plus loin :

  • Pour creuser sur les apps autour du sommeil, l‘article de Margaux Crouton sur ce blog
  • Excellent article de Marie Dollé sur léconomie de l’anxiété 
  • Après tous ces chiffres, n’hésitez pas à jeter un œil sur Twitter aux comptes parodiques des publicités pour Peloton. Hilarants !
  • En cas d’urgence, je peux aussi vous conseiller une « méditation du Turfu » ou si vous êtes plus classiques, une méditation musicale sur la Pavane de Fauré .
  • Sinon, les Chocobons ça marche aussi.
Parodie de publicité pour le vélo et l'application bien-être de Peloton sur Twitter

Tweets parodiques sur les publicités Peloton par Clue Heywood

Sources Bonus, en plus des liens de l’article :