Alors que dans un mois, le salon le plus attendu et l’un des plus visité en France, va ouvrir ses portes : Salon international de l’agriculture, il semble évident de porter une attention toute particulière à un marché à fort potentiel qu’est celui de l’Agritech.

“Mais le saviez-vous ? Les agriculteurs sont la catégorie socio-professionnelle la plus connectée. Entrepreneurs polyvalents, ils guettent la météo en ligne et gèrent la télé-surveillance du bétail, informent leurs clients via les réseaux sociaux ou jonglent avec les cours internationaux… Oublié le cliché de la fourche et du chapeau de paille, le paysan d’aujourd’hui a les deux pieds dans le XXIe siècle!

 

Utopie ou véritable avenir ?

Au niveau Européen la France est leader en matière d’agriculture digital car l’on recense plus de 215 start-up, réparties sur plusieurs axes que sont l’amélioration de la production (utilisation de drones, émergence de nouveaux mode de consommation, mais aussi transparence alimentaire)

Une production plus automatisée : La data est dans le pré

Suivre au plus près les exploitations grâce à l’IA qui se manifeste de plusieurs manières aide les agriculteurs à suivre ce qui se passe dans leurs champs et ainsi leur permettre de pratiquer une agriculture de précision et durable.

Airinov: L’avenir de vos terres dans les airs.

Drones dans les vignes

Drônes dans les vignes

Qui l’aurait cru que l’agriculture se passait dans en plein vol. Et bien cette start-up avec son drône muni de multiple capteur spectral survole les champs afin de détecter l’endroit précis où le besoin de fertilisants est nécessaires. Cela permet d’apporter la juste dose au bon endroit.

Déjà 15000 agriculteurs font confiance a Airinov

Un projet soutenue par nos institutions :

Bpifrance a investi 33 millions d’euros au capital de PARROT pour lui permettre d’accélérer son développement et de consolider son leadership sur les marchés des drones – notamment agricoles.

Et si les vaches devenaient coquettes : Lituus, des colliers connectés pour les vaches.

Colliers connectés

Colliers connectés

Ce collier permet à l’éleveur d’être informé en temps réel et à tout moment de l’état de santé de son bétail mais aussi du cycle de reproduction.

Avec cet outil, l’agriculteur peut estimer le bien-être, et anticiper les éventuels troubles de santé.

Cet objet répond à une attente du monde agricole, car à ce jour il ne dispose pas de données sur le comportement animal, ainsi cela va permettre d’améliorer le rendement, mais aussi les conditions de travail de l’éleveur.

Nombreux sont les agriculteurs souffrant de douleurs due à la mauvaise position de travail.

Plusieurs start-up se lancent, afin de réduire ses désagréments comme des robots agricoles, viticoles et des outils électriques de précision permettant de désherber les exploitations, biner et récolter…comme le fait Naîo Technologie.

Nos robots sont conçus pour assister les agriculteurs dans leurs tâches quotidiennes afin d’alléger la charge de travail et d’optimiser la rentabilité des exploitations tout en limitant l’impact environnemental.

Aymeric Barthes,

Co-fondateur de Naïo Technologies.

Pour aller plus loin, un reportage ci dessous sur plusieurs modèle Agritech:

https://www.youtube.com/watch?v=0jORMooSxSw&feature=youtu.be&t=366

Système de consommation plus responsable et durable

Infographie Consommation Locale

Source : https://www.alliancy.fr/etudes/e-commerce/2017/03/23/infographie-les-francais-la-consommation-locale-et-le-digital

Le consommateur face au différentes crises alimentaires veut aujourd’hui avoir recours à des valeurs plus saines, locale et un retour au saveur.

La santé est un facteur premier pour une consommation écologique et éthique.

Acheter local est un acte d’engagement

Qui n’a jamais dit : “mes tomates n’ont pas de goût”

Acheter local est une alternative pour tendre vers une consommation plus responsable. Les circuits courts permettent de s’approvisionner en produits de saison et frais.

De plus en plus d’entreprise se lance le pari de répondre aux clients au sein des villes. Alors, nous voyons émerger plusieurs start-up sur le segment des fermes urbaines. #Locavore

« Merci Raymond » veut apporter la campagne à Paris

Hugo Meunier a puisé son inspiration grâce à son grand-père, agriculteur dans le Sud-Ouest qui lui a transmis les valeurs du respect du sol.

La start-up créée en 2015 se donne pour objectif de « dé-ringardiser » le jardinage et de le rendre « cool et stylé ».

Son concept se traduit autour de 3 piliers

  • Ré-intégration de vert au sein des centres-villes, que ce soit dans des restaurants, des bureaux … L’objectif est d’avoir un lieu assainit et créer un sentiment de bien être.
  • Développer des lieux de production pouvant favoriser une consommation locale. Permettre à des restaurants de disposer de produits frais sur les toits de leur immeuble
  • Animer des ateliers pédagogique afin de susciter une âme de jardinier, à tout à chacun.

Cela pourrait devenir un élément marketing très apprécié par une clientèle à la recherche de réassurance.

Les « marketplace » se développent en B to C

Marketplace B to C Agritech

Marketplace B to C

Nous connaissons tous la « Ruche qui dit Oui », mais d’autre « marketplace » existent de type plus classique et non collaboratif, comme Agriflux, qui a choisi de s’orienter vers le commerces de proximité. Ainsi, le vendeur a la possibilité de choisir les meilleurs produits d’origine locaux, à proximité de Toulouse.

Le principe est simple :

  • Les producteurs mettent en ligne leurs offres sur la place de marché et fixent librement leurs prix.
  • Les produits sont stockés sur la plateforme Agriflux.
  • Les commerçants font leurs achats en quelques clics et choisissent leur créneau de livraison.
  • La commande est préparée sur la plateforme Agriflux et regroupe l’ensemble des produits achetés.
  • La livraison est faite en une seule fois, quel que soit le nombre de producteurs sélectionnés par le commerçant.
  • Factures et paiements sont centralisés sur la place de marché, en toute sécurité et en toute simplicité.

Pour aller plus loin sur le circuit court et la consommation responsable

Garantir transparence et traçabilité

Start Up Blockchain Alimentaire Agritech

Solution Blockchain Alimentaire

Suite aux crises alimentaires, les consommateurs se questionnent de plus en plus sur leur alimentation et souhaite connaître ce qu’il y a dans leur assiette. On sait que “ 64% des Français souhaite un système d’étiquetage nutritionnel”

Connecting Food est une solution digitale qui permet de tracer et auditer le produit alimentaire dans son parcours de production afin de garantir au consommateur final que les promesses qui sont faites sont respecter, à chaque étape de son parcours de production. Le tout est enregistré sur la  blockchain dédiée à des filières sensibles comme la volaille, les oeufs…afin de la rendre infalsifiable et certifiable.

https://twitter.com/Europe1/status/1084802539030102016

En conclusion nous pouvons dire que le secteur de l’agritech doit se positionner sur deux axes  :

  • Participer au développement durable de la planète car la population ne cesse de croitre, déjà initié par des fermes urbaines, des modes d’achat locavore.
  • Contribuer à l’amélioration des conditions de travail des producteurs dans un souci de bien être mais aussi de mieux garantir de meilleurs rendements et productivité.

Il y a tout a parier que si c’est deux points sont réunis, les robots devraient libérer les agriculteurs des tâches peu valorisantes, et ardues, tout en leur permettant de meilleurs revenus. Alors OUI, nous tendons vers une Agriculture Intelligente et Durable, nous devons mettre l’innovation au service de l’Agriculture.

Cartographie de plus de 250 start-up Agritech

Mapping des start-up Agritech

Mapping des start-up Agritech .     Sources:https://wydden.com/wp-content/uploads/2017/03/mapping-agritech.png