Les innovations technologiques dans le secteur de l’agriculture, l’AgriTech, se multiplient depuis plusieurs années. Elles jouent un rôle déterminant pour notre avenir.

Temps de lecture: 4min

Le développement de l’AgriTech représente un enjeu majeur pour notre avenir. Et oui ! En 2050, nous serons plus de 9 milliards et plus de 80% de la population vivra en milieu urbain. Nous ne pourrons plus subvenir à nos besoins alimentaires si nous continuons à cultiver avec nos techniques actuelles. C’est pourquoi, il est indispensable d’agir maintenant pour subvenir aux besoins alimentaires de chaque être humain d’ici là.

La FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations) estime qu’une augmentation de 70% des ressources alimentaires serait nécessaire.

Seulement, si l’on poursuit avec les techniques actuelles (pesticides, OGM), on détruira les sols cultivables. Si l’on continue de cultiver loin des villes, on détériorera la qualité des produits. C’est pourquoi, il nous faut cultiver autrement: en milieu rural, à proximité des consommateurs.

L’agriculture urbaine : une solution qui séduit

Rob Hopkins, précurseur

L’agriculture urbaine représente une solution durable et responsable pour notre société. Cette permaculture a émergé dans les pays développés il y a une dizaine d’années. Notamment grâce à un anglais : Rob Hopkins.

robhopkins

Rob Hopkins, professeur de permaculture

En 2005, il commence à sensibiliser les personnes sur « l’après pétrole » dans le village anglais de Totnes regroupant près de 7 500 habitants. L’objectif est d’entamer une transition vers des énergies propres et une agriculture durable. Aujourd’hui les habitants se nourrissent de fruits et légumes qui poussent dans leur ville !

Désormais, grâce au blog de Rob (à retrouver ici), le mouvement s’exporte et se développe dans plus de 12 000 villes à travers 47 pays dont Rambouillet, ou Epinal en France. Bravo Rob !

L’AgriTech : les acteurs de l’évolution

Bon, faire pousser des abricots dans une petite ville de moins de 10 000 habitants c’est bien beau me direz-vous. Mais on fait comment quand on habite dans une capitale comme Paris ?

Le développement de l’agriculture dans nos métropoles est poussé par de nombreuses start-up. Elles ont pris conscience qu’il faut mettre en place une nouvelle manière de cultiver pour notre avenir.

C’est pourquoi les startups du domaine de l’AgriTech fleurissent comme des pâquerettes !

L’automatisation de l’agriculture urbaine

L’Open Agriculture (OpenAg) dirigée par Caleb Harper est un laboratoire de recherche composé de nombreux spécialistes : ingénieurs-agronomes, chimistes, architectes, urbanistes et économistes.

cc2014041 - Scientist Caleb Harper photograhed at CityFARM at the MIT Media Lab for Wired UK Magazine

Ce projet essaie de trouver une réponse à la problématique de l’agriculture en explorant deux domaines : celui de l’open data et du food computing. Ce dernier consiste à développer une agriculture totalement automatisée via des logiciels qui serait, dans le cas de l’OpenAg, libre d’accès à tous.

Seulement, selon Caleb Harper:

« Ces plateformes open source ont du mal à séduire le système capitaliste qui ne verrait qu’un service gratuit où tout le monde peut se servir » 

Cependant, bien qu’il soit encore tôt pour dire que nous assistons à l’avènement de l’AgriTech, le projet OpenAg propose une solution à notre problématique.

« Grâce à ce food-computing, il sera possible d’alimenter 30% d’une ville en faisant pousser des fruits et légumes à l’intérieur de pépinières-maison » Caleb Harper

OpenAg

Agricool, l’AgriTech made in France

Agricool est une start-up créée en 2015 par deux français, Gonzague Gut et Guillaume Fourdinier, fils d’agriculteurs qui n’arrivaient pas à se procurer des fruits et légumes de qualité dans les grandes villes. C’est pourquoi, ils ont recyclé des contenairs maritimes pour en faire « un véritable paradis pour la culture de fruits et de légumes. »

En effet, ces « cooltainers » sont 120 fois plus productifs qu’un champ au m2 et cela sans pesticide, en utilisant 90% moins d’eau et uniquement avec des énergies renouvelables.

Agricool

Ces potagers mobiles peuvent être positionnés partout en ville et autour. Ils ne prennent que l’espace de deux places de parking ! De plus, pas besoin d’être agronome pour les utiliser.

Pour le moment, les cooltainers cultivent exclusivement des fraises, les fondateurs ayant constaté l’effondrement de la qualité de ces dernières.

En 2016, Agricool a réalisé une levée de fond de 4 millions d’euros afin d’accélérer le développement de cette aventure qui a commencé il y a seulement un an.

L’objectif pour 2017 ? 75 cooltainers pour distribuer 91 tonnes de fraise et démarrer deux nouvelles cultures.

AgriTech

Ainsi, vous l’aurez compris, ces innovation révolutionnent totalement notre façon de cultiver et notre manière de nous fournir en ressources alimentaires dans un milieu urbain.

Des jardins comme gadgets

Désormais, il est possible de cultiver directement chez soi ! C’est le défi qu’a voulu relever l’entreprise Click and Grow.

Cette start-up américaine, a développé des mini jardin aromatiques à disposer directement dans votre cuisine. Vous n’avez rien à faire, tout pousse en parfaite autonomie.

smart-herb-garden

Également, des sites e-commerce spécialisés dans l’agriculture urbaine font leur apparition comme UrbanaPlant dans lequel vous pourrez retrouver quelques exemples.

Même plus besoin de se déplacer, la nourriture vous attend déjà chez vous !

Une prise de conscience collective poussée par les innovations de l’AgriTech

Le développement de l’AgriTech représente un enjeu majeur dans l’évolution de notre société. En effet, elle touche notre mode d’alimentation. Mettre en place une nouvelle agriculture qui respecte l’environnement et qui nous permette de tous nous nourrir est indispensable pour nous assurer un avenir durable.

C’est pourquoi, les innovations technologiques poussées par les AgriTech illustrent une véritable sensibilisation de l’humanité sur son mode de consommation.

Aujourd’hui, nous attachons de l’importance à consommer des produits provenant d’une économie responsable et durable. D’où le développement de la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Ainsi, dans les années futures, les entreprises vont se mettre de plus en plus au vert. De quoi être optimiste pour notre avenir dans lequel nous jouons un rôle déterminant !

Pour finir, on se quitte sur cette intervention de Caleb Harper lors d’une conférence TEDx à Genève l’an passé.