Addicts au smartphone ? C’est normal, c’est… hormonal !

*** Addicts au smartphone / Addicted to smartphone – English version here *** 


2.617…

C’est le nombre d’interactions que nous avons en moyenne avec notre téléphone chaque jour. Ça peut même aller jusqu’à 5.427 clicks, swipes et scrolls par jour pour les plus grands utilisateurs !

C’est ce que nous révèle une étude réalisée en 2016 par la société DScout.

En 2017 en 60 secondes dans le monde :

  • 29 millions de messages WhatsApp ont été traités,
  • 350.000 tweets postés sur Twitter,
  • 243.000 photos téléchargées sur Facebook,
  • 210.000 snaps téléchargés sur Snapchat,
  • 65.000 photos téléchargées sur Instagram,
  • sans parler des 3,8 millions de requêtes Google, du 1,5 million de titres écoutés sur Spotify et des 87.000 heures de vidéos vues sur Netflix (d’ailleurs Pierre vous explique ici comment je suis devenue accro à Netflix)…

Infographie: Ce que les addicts au smartphone produisent en 60 secondes chrono

Infographie: Ce que les addicts au smartphone produisent en 60 secondes chrono

Et oui, nous passons en moyenne 2h25 sur notre écran mobile. Et encore, je vous parle ici des connexions faites à partir d’un téléphone actif – 47% des sessions se feraient à partir de l’écran verrouillé (affichage des notifications ou des messages, vérification de l’heure, passage à la chanson suivante). Nous sommes donc bien loin des 2h25.

Les mobinautes en viennent même à vérifier leur téléphone quand ils se réveillent en pleine nuit : 87% des participants à l’étude DScout ont activé leur téléphone au moins 1 fois entre minuit et 5h du matin.

Pas de doutes, nous sommes tous accros – mais pas de panique, ça se soigne !

En effet…

 

Tout est une question d’hormones

Depuis la nuit des temps, l’Homme est régi par 4 « hormones du bonheur » qui jouent un rôle capital dans notre survie :

  1. La dopamine

C’est l’hormone de la motivation, celle qui nous pousse à aller jusqu’au bout d’une action, à atteindre nos objectifs.
Cette hormone est extrêmement addictive et on rentre vite dans un cercle vicieux de recherche de la récompense.

  1. L’ocytocine

C’est l’hormone de l’amour, celle qui nous donne ce sentiment d’amour, de confiance, de sécurité et qui renforce nos liens sociaux.
Le taux d’ocytocine augmente par exemple quand on aide quelqu’un.
#bienveillance

  1. La sérotonine

Cette hormone apporte bien-être et confiance en soi. Elle est responsable du sentiment de fierté et elle augmente avec la reconnaissance des autres, envers les autres ou avec notre propre reconnaissance à notre égard (oui moi aussi j’ai dû relire plusieurs fois ce que j’avais écrit…).
Le problème c’est qu’elle est assimilée très rapidement et qu’elle nous pousse à en chercher toujours plus.

  1. L’endorphine

L’endorphine masque la douleur. C’est elle qui nous procure l’euphorie après une séance de sport intense et qui nous aide à tenir dans les sports d’endurance.

Ok mais, me direz-vous, tes ‘hormones du bonheur’ ça ne m’explique toujours pas pourquoi je me connecte en pleine nuit ?…

 

Sommes-nous addicts au smartphone et aux réseaux sociaux… ou au ‘bonheur’ qu’ils nous procurent ?

Et oui, à chaque nouvelle interaction sur les réseaux sociaux, on s’attend à une bonne DOSE (Dopamine, Ocytocine, Sérotonine et Endorphine) de bonheur !

En général, nous passons 30 à 40% de nos discussions à parler de nous-mêmes. Ces proportions sont démultipliées sur les réseaux sociaux où ça peut aller jusqu’à 80% !
Et pour cause, en 10 minutes sur les réseaux sociaux, le taux d’ocytocine peut monter jusqu’à 13% (l’équivalent du pic que certains ressentent le jour de leur mariage) et s’accompagne de tous les bons sentiments qui vont avec : amour, confiance, empathie, générosité.

« Oh no ! J’ai loupé le message de Stéphane ! » (Moi ? atteinte du syndrome de FOMO ? pas du tout…)

« Cool ! Mon artiste préféré m’a retweetée »

« Wouahhhhh !!! 10 nouveaux likes sur ma photo Insta ! Les gens m’aiiiiiment »

« Ha ha ! Trop drôle le commentaire de Tania sur mon post Facebook – attends je vais répondre, on va bien s’amuser ! »

Autant de shots de dopamine que l’on se prend tout au long de la journée.

Et plus on a de likes,

plus on reçoit de shots de dopamine ;

Plus on reçoit de dopamine,

plus on en redemande…

Ça y est… Nous voilà pris dans le circuit de la récompense de la dopamine…

Commence alors notre quête permanente de cette récompense, de cette sensation de bonheur, d’accomplissement, de bien-être et de reconnaissance au travers des autres… on affine (se fabrique) son image en ne publiant que les photos, commentaires ou vidéos qui nous apporterons le plus d’engagement de la part de nos amis et abonnés. On se montre tel que l’on veut être vu et on en arrive même à booster notre propre confiance en nous rien qu’en visitant notre propre profil Facebook !

Les fondateurs des réseaux sociaux l’ont bien compris et utilisent ces leviers pour nous garder connectés : plus on nous like, plus nous interagissons. Plus nous interagissons, plus nous leur fournissons des informations sur nos habitudes et préférences. LES informations qui leur permettent de nous proposer des contenus plus adaptés, qui augmenteront notre taux d’engagement sur leurs plateformes !
C’est justement ce que décrie Ayman Hariri, co-fondateur de Vero – l’appli qui a fait son come-back avec succès il y a 2 semaines. Avec Vero, il promet en effet une appli qui transpose sur la toile le comportement des gens tel qu’il est dans la vraie vie. Une appli sans publicité ni algorithmes qui redonne le contrôle aux utilisateurs et avec laquelle ils sont libres. « Libres d’être honnêtes, ouverts, provocateurs, obsédés » (sic) – Bref, « d’être soi-même »… mais obsédés, car avec Vero « on peut écouter de la musique et faire des achats sans quitter l’appli »…

Autrement dit, de longues heures sur ce « nouveau vrai réseau social » en perspective pour les addicts au smartphone que nous sommes…

 

Mais comme je vous le disais plus haut, il est possible de décrocher de son smartphone !
Retrouvez-moi bientôt pour suivre ma première journée détox !

Et vous, quel accro du smartphone êtes-vous ? Votre anecdote me donnera sûrement des idées pour mon prochain article  🙂

#CompellingUX

 

Sources:

  • blog.dscout.com/mobile-touches
  • fr.statista.com/infographie/13160/60-secondes-chrono-sur-internet/
  • blog.bufferapp.com/psychology-of-social-media
  • www.youtube.com/watch?v=kGZvNbfrNag
Par |2018-03-14T11:37:08+00:00mercredi, 14 mars, 2018|Catégories : E-commerce, Tech, UX Design|

À propos de l'auteur :

Consultante en Marketing Digital et étudiante en MBAMCI #IntelligenceArtificielle #ChangeManagement #StartUp #IoT #SmartCities

15 Comments

  1. gasse 14 mars 2018 à 15 h 30 min - Répondre

    J’adore

    • Stéphanie Reversé 14 mars 2018 à 21 h 12 min - Répondre

      Super !
      Merci G. pour ce message encourageant, contente que ça t’ait plu 🙂
      Bonne soirée,
      Stephanie

  2. Thierry V 15 mars 2018 à 8 h 00 min - Répondre

    Etude fort intéressante
    Je soupçonnais l’importance de la Dopamine dans le processus de l’addiction (Entre autre, aux jeux) mais pas vraiment celle des Endorphines (qui pour moi est plus lié aux efforts physique)
    J’attends la suite avec impatience… Comment s’en sortir ?

    • Stéphanie Reversé 23 mars 2018 à 13 h 01 min - Répondre

      Merci Thierry !
      Et encore, je n’ai développé que les principales.
      J’aurais pu parler du cortisol, l’hormone du stress, sécrétée quand on oublie son téléphone (le fameux syndrome FOMO) ou quand les amis ne répondent pas assez vite sur les réseaux sociaux 🙂
      à très vite pour un nouvel épisode !
      Steph

  3. MGON 20 mars 2018 à 11 h 45 min - Répondre

    Moi Addict ? NON NON !

    En tout cas, voila un article qui permet de mettre des mots a une pratique omniprésente de nos jours.

    Bravo , c’est super.

    OU EST MON TELEPHONE ??????? RAAAAA

    PS : a Mr V, pour s’en sortir : jette ton téléphone :p

    • Stéphanie Reversé 23 mars 2018 à 13 h 33 min - Répondre

      Hi M. !
      Merciiiii !!
      Justement je cherche les témoignages d’un addict pour la partie gaming de ma thèse XD
      T’as retrouvé ton téléphone?? ou tu l’as jeté…? 😉
      A bientôt,
      Steph

  4. VVER 20 mars 2018 à 12 h 40 min - Répondre

    je me disais bien que y’avait un truc …

    super article

    je m’empresse de le partager à ma copine 🙂

    • Stéphanie Reversé 23 mars 2018 à 13 h 05 min - Répondre

      Hello VVER,
      Alors est-ce-que ta copine s’est reconnue dans cet article? XD
      Bonne journée
      Steph

  5. Thierry Pires 28 mars 2018 à 15 h 25 min - Répondre

    Je rajoute volontiers l’hormone Batteriemine qui alimente les 4 autres ;))

    • Stéphanie Reversé 4 avril 2018 à 12 h 46 min - Répondre

      Oui Thierry, et quelques actions chez EDF au passage

  6. chris 3 avril 2018 à 12 h 58 min - Répondre

    Angle d’approche original, chouette article 🙂

    • Stéphanie Reversé 4 avril 2018 à 12 h 51 min - Répondre

      Bonjour Chris,
      Merci pour le commentaire, contente que ça vous ait plu !
      Pour ce premier article j’ai en effet préféré parler des effets physiologiques que cela avait sur nous.
      Dans un prochain article j’aborderai les aspects plus fonctionnels utilisés dans les différentes applications pour nous rendre addicts.
      Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à faire un tour sur mon blog qui traite du sujet: http://www.compellingux.com
      A très vite !
      Stephanie

  7. Serre 4 avril 2018 à 19 h 05 min - Répondre

    J’ai compris, tu es totalement « dopaminée » et c’est pour cela que tu es toujours aussi performante ! Bravo pour cet article

  8. Rai 4 avril 2018 à 20 h 48 min - Répondre

    Tres interessant ton article, tres instructif. Toujours aussi professionnelle, et toujours hyperdynamique dans ton ecriture. Bravo!!!

  9. Mercedes 7 avril 2018 à 10 h 13 min - Répondre

    Très intéressant

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.